Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 19:40

PhotobucketRoman, lu par Clara (merci!), FlorinetteLe Grand Nulle Part, Passion des livresTinusia.

 

C'est en lisant le billet de Clara que je me suis souvenu que "Alice dans les livres" de Jean-Marie Gourio se trouvait quelque part au fond de mes fonds de piles à lire, à peu près depuis sa parution en 2006. Son avis m'a incité à faire remonter cet ouvrage, et je ne l'ai pas regretté. Il convient certes de s'habituer à la prose poétique de l'auteur, à son univers, à ses pages écrites tantôt en bleu, tantôt en noir, mais le voyage en vaut la peine.

 

L'histoire? Elle est simple, difficile et surtout tragique. Alice est une fillette de six ans qui se sait condamnée par un cancer - on devine à travers les lignes la nature de cette maladie. Elle bénéficie cependant du soutien de son père Samuel et, surtout, les livres lui offrent un havre de rêve. Alice au pays des souffrances rencontre ainsi Alice au pays des merveilles, et c'est l'univers du roman de Lewis Carrol qui servira de fil rouge au roman de Jean-Marie Gourio.

 

L'idée de départ de l'auteur est de faire du livre de Lewis Carrol un être animé, un personnage à part entière, qui attire vers lui la malade, en termes enthousiastes. Au sens le plus littéral, Alice passe donc de l'autre côté du livre, de l'autre côté du miroir pour reprendre les idées de Lewis Carrol, pour vivre dans un univers de rêves - d'abord avec Alice, puis avec d'autres romans où la guide un certain Lapin blanc, toujours en retard... ou presque. 

 

Et s'ils sont étranges et pénétrants, les rêves d'Alice au pays des souffrances ne sont pas des plus agréables. Les interpolations que fait l'auteur entre les deux Alice, le lapin blanc et une poignée de romans fameux démontrent une belle économie de moyens pour, déjà, suggérer l'inévitable issue: boucherie dans le monde du "Ventre de Paris" d'Emile Zola, champ de bataille dans "Le Grand Troupeau" de Jean Giono, lapins et souris tués par Lennie dans "Des souris et des hommes" de John Steinbeck. Pierre Mac Orlan et Vladimir Nabokov sont aussi représentés, et les milliers d'autres livres que les écrivains ont laissés sont suggérés, comme autant d'univers possibles où gratter.

 

La mort doit-elle cependant être perçue comme une fin? Certes, c'est une bougie qui s'éteint, comme une âme qui s'en remet à Dieu. Mais l'auteur parvient à développer une eschatologie originale en faisant intervenir quelques personnages du roman "Alice au pays des merveilles" chargés de venir chercher Alice, qui souffre dans son lit d'hôpital. "Sais-tu mourir?" Face à l'ignorance d'Alice, ils lui font passer le miroir - et simplement vivre autrement, comme s'alignent autrement les mots des derniers paragraphes du roman. Ainsi, la vie n'est pas détruite, elle est transformée.

 

L'auteur est aussi un poète accompli, qui sait que les mots servent à autre chose qu'à relater platement des faits. C'est un homme de rythmes, alternant passages calmes et lignes exaltées à coups de points d'interrogation et d'exclamation, qu'on aurait presque envie de lire à haute voix. Autre exemple: la suggestion des pulsions du coeur d'Alice qui bat, relié à un appareil, marquées par des "pour toi, pour toi, pour toi" (p. 27/28). Le coeur vert, lumineux, de l'appareil, constitue sans doute une couleur complémentaire au coeur rouge sang (couleur de plus en plus présente dans le récit, à mesure qu'on avance) de la fillette. Et cette rythmique intervient à nouveau en fin de roman, comme un rappel, lorsque tout bascule, lorsque tout est décidé.

 

Livre difficile et tragique, certes, livre abordant un sujet sensible. Mais "Alice dans les livres" transcende et illumine son sujet en tirant des mots, des phrases et du patrimoine littéraire humain ce qu'ils ont de meilleur, de plus profond. A recommander, chaudement.

 

Jean-Marie Gourio, Alice dans les livres, Paris, Julliard, 2006.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Loë 03/02/2017 19:17

Je ne connaissais pas mais le titre m'a intriguée ! Le thème ne me m'attire pas particulièrement, mais je le note quand même

Daniel Fattore 08/03/2017 15:52

C'est à découvrir, c'est un livre plein de sensibilité, de la part d'un spécialiste des "brèves de comptoir".

gourio 05/08/2010 00:24


ah c est bien beau de passer pour un bon alors que l on a passe sa vie dans les bars et laisser tomber sa famille pour gourio de gourio


Daniel Fattore 05/08/2010 20:45



Ben, c'est un bel et bon roman!



liliba 04/08/2010 09:46


Un livre que j'avais noté aussi il y a un bail, j'essayerai d'y penser !


Daniel Fattore 04/08/2010 16:47



Essaie: c'est effectivement un très beau livre, même si le sujet est douloureux et difficile. Ou peut-être parce que, justement...



Marie 27/07/2010 13:04


C'est un livre qui semble magnifique. Je suis à la fois tentée et repoussée par ce récit. C'est une lecture difficile, surtout quand on a des enfants du même âge...


Daniel Fattore 27/07/2010 20:28



L'auteur écrit vraiment bien, de manière très poétique - il faut s'y immerger, mais c'est parfaitement pertinent. Reste qu'en effet, le thème abordé est difficile.
A recommander pour l'aspect esthétique et pour la sensibilité qu'il y a là-derrière!



Pickwick 20/07/2010 12:59


Un sujet difficile effectivement... je note en sachant qu'il me faudra une bonne dose de courage de le lire (et surtout pas à la suite du dernier E.E.Schmitt commenté chez Clara !).


Daniel Fattore 20/07/2010 20:41



Pas évident, mais l'approche est originale et l'écriture est belle, très poétique. Il faut se laisser surprendre, peut-être prendre le temps de s'habituer; mais le résultat est tout à fait
pertinent.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.