Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 20:10

PhotobucketDeux enseignants s'aiment d'amour charnel et voyagent sans relâche, jusqu'à l'inévitable rupture: tel est le propos du roman largement érotique "Béa de Capri à Carnon", écrit par Paul Villach et publié aux éditions Lacour-Ollé. L'auteur opte pour une prose fluide, concrète et souvent directe, narrative sans artifice ni métaphores faussement archaïques. Volontiers factuel, le ton paraît être celui d'une autobiographie, et le lecteur peut s'imaginer que l'auteur a puisé un peu d'inspiration dans son existence; mais il s'agit bien d'un roman (cela est précisé en début d'ouvrage), et c'est ainsi qu'il convient de considérer "Béa de Capri à Carnon".

 

Forces et limites d'une approche de l'érotisme

Contrairement à ce que dit la chanson, c'est à Capri que tout commence ici: effleurements réels ou rêvés, danse, rapprochement, avant d'arriver à la première scène d'amour physique entre les deux personnages. Le choix de la simplicité narrative, de la part de l'auteur, n'exclut pas la tentation du lyrisme, de l'image et de la métaphore. Il présente toutefois une ou deux limites: une certaine répétitivité, ou une qualité inégale des images ("l'as de coeur renversé de ses fesses dodues" (p. 99), mais aussi "ses seins pommes"), que l'on retrouve du reste d'une page à l'autre, comme si, à force, elles devenaient rituelles entre les amants: les "seins pommes" de Béa, la "queue" du narrateur que Béa "mendie".

 

Si le rythme de son récit est globalement constant (pas de ralenti suggestif avant les scènes les plus explicites), l'auteur sait jouer avec les sens, associer la jouissance sexuelle aux plaisirs de la table (que de repas partagés dans une Italie de carte postale (Venise, Rome, Florence) où les mots italiens et allemands résonnent les uns après les autres, parfois dans une graphie approximative), aux parfums et aux bruits (un peu de musique venant de loin au moment de l'amour). Mais c'est l'aspect visuel qui domine: aux pages descriptives, vient s'ajouter le rituel des photographies, qui permettent au narrateur de raconter des histoires. A noter aussi, le goût des tableaux des maîtres anciens, dont certains sont reproduits dans le livre. Cela peut laisser une impression de voyeurisme; mais n'est-ce pas l'un des ressorts du roman érotique en général?

 

"Avec l'érotisme pour seule oasis où goûter de courts moments d'éternité", peut-on lire en début de roman. Eternité ou courts moments? Le récit démontre qu'en la matière, l'éternité n'aura duré qu'une douzaine d'années, de Capri à Carnon - où se joue la scène de rupture finale, où Béa se montre très directe dès lors qu'elle refuse de jouer plus longtemps la comédie des amours. Ainsi, alors que les personnages principaux échangent peu de mots et beaucoup de caresses (les dialogues sont parcimonieux), se pose une question classique: une histoire d'amour fondée uniquement sur les rapports des sens, définie uniquement par la sexualité et se plaçant dans le cadre de voyages de villégiature donc hors du réel, peut-elle durer?

 

Un narrateur trouble

Cette question amène celle du jeu trouble du narrateur - un personnage anonyme, soit dit en passant. Il se présente comme un amant sincère. Question, cependant: macho ou jouisseur? Par-delà la modestie du choix de l'anonymat, le narrateur agit comme s'il voulait placer Béa sous son seul contrôle. On le constate aisément dans la troisième partie du récit, en forme de retour au réel. Entre démonstrations de force et tentatives de prise de contrôle, il est permis de considérer le narrateur comme un macho, à savoir un homme qui se croit (plus ou moins consciemment) supérieur à la femme.

 

Reste qu'en tant qu'homme accompli, le narrateur peine à s'assumer pleinement: il plaque sa famille... avant de se retrouver largué à son tour, Béa lui préférant une compagne - le narrateur ne dira rien de la nature de cette relation. Plus qu'un macho qui s'assumerait, je vois plutôt ici un jouisseur, de surcroît rongé par les préjugés envers une catégorie sociale qui n'est pas la sienne et qu'il répugne à comprendre vraiment (préférant les jugements à l'emporte-pièce, à l'exemple du respect de l'uniforme clinquant qu'il prête à la mère de Béa ou d'une vision systématiquement peu flatteuse des profs de sport), dans le personnage du narrateur.

 

L'intérêt de la troisième partie

La troisième partie quitte le registre érotique pour aborder d'autres rivages autrement intéressants, car ancrés dans le réel et révélateurs de ce que sont les âmes humaines lorsqu'elles se confrontent et s'affrontent. Les brouilles naissent entre la famille de Béa et le narrateur, qui a beau jeu de prétendre avoir raison contre tous. Il le fait également dans le contexte professionnel, agitant comme un étendard l'idée de solidarité pour aider Béa à échapper à des échanges scolaires qu'elle rechigne à organiser. De la part de l'amant, fallait-il le faire? Ou aurait-il été préférable de laisser Béa vivre sa vie en s'accommodant de ce qu'elle refuse? Le narrateur se présente ici comme le secouriste incompris, agissant face à une Education nationale présentée comme un Léviathan qui ne s'embarrasse pas de bases légales pour s'imposer à son personnel.

 

Etrange roman, donc, sous des dehors volontiers festifs! Il se termine sur une phrase au goût inattendu, mais qui constitue un jeu de mots sympathique comme ultime pirouette: "Tout ce que je sais, c'est qu'elle était fête pour moi." Fête pour le lecteur? Peut-être, mais surtout réflexion sur la vie, l'amour, les humaines faiblesses, l'Education nationale...

 

Paul Villach, Béa de Capri à Carnon, Nîmes, Lacour-Ollé, 2009.

 

Le site de l'éditeur: http://www.editions-lacour.com. Merci à Paul Villach pour l'envoi de ce roman!

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

Bonjour Daniel,

Je viens de voir votre commentaire sur mon blog et suis venue lire votre critique de "Bé à Capri". Je suis contente d'avoir trouvé quelqu'un qui partage mon avis au sujet de ce livre.
Et je vois que vous avez souffert de son "retour de baton" vous aussi! :-)


D


Merci!
Sur le même livre, je vous invite à aller lire le billet de Liliba, qui se montre pour le moins dubitative - mais avec le sourire! C'est ici:

http://liliba.canalblog.com/archives/2011/05/18/20753229.html

Merci de votre visite!



F

Difficile de voir d’autres aspects dans ce roman. Tellement l’érotisme occupe toute l’attention à sa lecture.


D


Euh, il y a aussi un certain regard sur le monde scolaire...



F

Les termes utilisés par les deux amoureux dans ce livre sont trop soutenus. Inadaptés à la situation.


D


...!
Merci de votre visite! Avez-vous aussi lu ce roman?



N

Euh... non, pas contacté. Zut, j'aime bien l'érotisme

Ah oui, Cynthia, je connais , c'est cette jeune bruxelloise qui s'est fait remonter les bretelles pas un écrivain...

Ne t'en fais pas pour Délivrances, aucune obligation à ce sujet. Je travaille sur autre chose. C'est publié, tant pis s'il y a de (gros) défauts. Trop tard pour corriger.


D


Pas contacté? Ca arrive... ce sera pour une prochaine fois! :-)

Et j'ouvre l'oeil pour ta prochaine publication...



N

Ben.. si je l'ai lu ? ton billet ne donne pas trop envie de le lire.
Non je ne l'ai pas lu, je réagissais aux réponses de l'auteur.

Oui je sais que tu as une pal colossale. Si tu tombes sur mon petit recueil et que tu as envie d'en parler, c'est avec plaisir (en + ou en -), mais il n'y a bien sûr aucune obligation.


D


... l'auteur a fait parvenir ce livre à plusieurs blogueurs, par exemple Liliba, qui vient de commenter ici, ou à Cynthia des Contes Défaits, ou encore à Alex de Mot-à-Mots. Je ne savais pas s'il
t'avait aussi contacté.

Ton livre est en bonne place sur ma PAL... il a donc une chance! ;-) En plus, j'aime prendre un petit livre de temps à autre, entre deux pavés. Ce pourrait être celui-ci.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.