Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 21:23

Comme promis, la suite de la veille... Une nouvelle quatrième de couverture, inspirée d'autres événements qui ont marqué leur époque.

Version «Elections 2007»


A quarante ans passés, Ségolène a encore tout pour plaire, mais elle a tendance à l’oublier, prise qu’elle est entre ses multiples activités ménagères et professionnelles. Il faut dire que François, son conjoint, très occupé également, ne l’aide pas beaucoup! Une échéance majeure va la confronter à un homme qui l’énerve depuis des années, un homme pour lequel elle éprouve des sentiments évidents pour tout un chacun, sauf pour elle. Son prénom? Nicolas. Il s’agit de son pire concurrent au niveau professionnel, un homme au regard froid comme un jet de kärcher, qui ne partage pas du tout ses valeurs. Nicolas est marié à Cécilia, mais il cherche autre chose. «J’ai changé», admet-il volontiers. Entre ces deux êtres qu'un gouffre béant sépare, le courant pourra-t-il passer? Ségolène va-t-elle faire pousser un grand et bel arbre dans le jardin secret de Nicolas? Celui-ci saura-t-il être le Chevalier à la Rose dont elle rêve depuis sa jeunesse estudiantine? A moins qu’un trouble-fête impromptu ne vienne leur jouer la danse du centre… Un roman rouge passion, fait d’ouvertures sur tous les bords, où les phrases assassines ou tendres s’entrelacent afin que seuls triomphent celles et ceux qui ont le monopole du cœur.

Toute ressemblance entre les personnages représentés sur la couverture servant d'illustration au présent billet et ceux mis en scène dans l'exercice ci-dessus est purement fortuite et indépendant de notre volonté. Cependant, ceux qui considèrent que l'intrigue décrite ci-dessus est peu crédible sont invités à lire "Le Pacte Secret" de Patrick Fioretto et Albert Algoud, ou de visionner "Starko" de Karl Zéro et Daisy d'Errata - la scène qui précède le débat télévisé est digne de figurer dans une anthologie.  

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Textes originaux
commenter cet article

commentaires

didouchka 07/10/2009 11:58


qu'est-ce qu'ils ont comme imagination dans les Harlequins. Comme si une histoire pareille pouvait arriver dans la vraie vie! :)


Daniel Fattore 07/10/2009 21:23


Pourtant, d'autres auteurs y ont pensé avant! C'est effectivement surréaliste...


second flore 06/10/2009 15:46


Je l'ai lu !
Collection "Audace", au moins.
La scène où l'électeur se fait baiser par le héros avec son paquet fiscal est d'anthologie ;)


Daniel Fattore 07/10/2009 21:25


Là, je crois qu'il faudrait créer la collection "Culot" - cela rimerait avec Sarko...
Phrase à placer obligatoirement quelque part dans le récit: "Viens chez moi, je te montrerai mon paquet fiscal..."


céline 05/10/2009 18:05


Sympathiques ces petits exercices de style ! J'ai bien rigolé, mais toujours aussi peu envie de me plonger dans ce genre de littérature !


Daniel Fattore 07/10/2009 21:29


L'essentiel, c'est bel et bien d'en rire un peu! De ce côté-là, je suppose que les Harlequinades 2009 ont dépassé leurs objectifs les plus optimistes.


liliba 04/10/2009 21:06


Je vais me mettre à aimer la politique, moi !


Daniel Fattore 04/10/2009 22:07


C'est l'effet magique des Harlequinades...


keisha 04/10/2009 09:26


Je pensais que le couverture de cet harlequin était admirablement choisie...^_^


Daniel Fattore 04/10/2009 19:24


... quand j'ai vu cette couverture, je me suis dit qu'elle était parfaite pour illustrer un billet au sujet de Harlequin. Et je trouve que le mec a un faux air de François Bayrou...


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.