Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 04:24

"No man's land", tel aurait pu être le titre du roman "En zone frontalière" de Sherko Fatah. Tel est en effet le décor que cet écrivain berlinois, Kurde par son père et écrivant en allemand, offre à son personnage principal, un passeur qui, au péril de sa vie, traverse régulièrement les champs de mines pour passer de l'Irak en Turquie afin d'y acheter les biens dont son entourage a besoin.

Un tel roman ne saurait exister sans un jeu de tensions bien présent. Le lecteur est immédiatement plongé dans le quotidien du passeur, présenté comme le rouage d'une société victime d'embargo, certes indispensable mais si dépourvu de visage qu'il n'a pas de nom, pas d'histoire ou presque - juste une famille, un fils même, ce qui le fait avancer. Le quotidien? C'est une "carrière" de trafiquant, transportant, alcool, cigarettes puis ordinateurs portables, que le lecteur découvre. Et c'est aussi un homme qui sait déterrer les mines. Le roman est dominé ici par une lenteur qui fonde le jeu de tensions précité et semble refléter, par exemple, les gestes minutieux d'une personne qui déterre une mine. L'auteur laisse éclater la force de son propos au gré d'un style sobre évitant tout pathos, toute figure intempestive.

Quelques passages sont cependant plus rapides, et cognent avec violence. On pense par exemple à l'épisode où, aux mains de soldats eux aussi sans visage, il se fait humilier. Les dialogues sont ici rapides, nerveux. Une autre manière de dire la violence, violence agie et subie alors qu'elle est latente, toujours potentielle, face aux mines.

C'est bien le pays d'aucun homme que l'auteur décrit ici. Il n'y a aucun nom de personnage ou presque (prénommé, Beno revêt un supplément d'existence et traverse ainsi le roman avec une aura énigmatique), et les lieux ne sont pas nommés non plus; les localités sont désignées de manière vague. Et naturellement, rien n'indique clairement le passage de la frontière - si ce n'est un champ de mines dont le passeur seul détient la carte.

Ce passeur, seul connaisseur de sentiers risqués, peut-il figurer une métaphore de l'artiste? Le lecteur peut y penser. Artiste qui, comme l'a écrit Charles Baudelaire, plonge "Au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau!", le plus souvent à travers mille périls, au prix d'une vie difficile que figurent les champs de mines, afin d'aller quérir ce dont les gens ont besoin - des gens qui portent sur le passeur un regard ambigu, entre évitement et respect. "Ce qui s'affronte est toujours ce qui est parent, songea-t-il, et quelqu'un chez moi est fait pour courir entre les feux", peut-on lire en p. 94 - courir entre les feux, prendre des risques pour dire l'essentiel comme le passeur les prend pour aller chercher des objets de luxe ou de première nécessité, n'est-ce pas justement la destinée de l'artiste, qui met toujours sa vie en jeu? Un point de vue à envisager.

Ce roman dur et sobre conserve ainsi une actualité tragique et permet donc une lecture à plusieurs niveaux. Riche, il requiert une lecture attentive; mais le lecteur en sortira étonné. Au sens fort et beau de ce mot.

Sherko Fatah, En zone frontalière, Paris, Métailié, 2005.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alex-Mot-a-Mots 03/09/2009 20:11

Pas facile à lire, il me semble, à cause du sujet.

Daniel Fattore 03/09/2009 22:07


... à cause du sujet, effectivement! Mais aussi du fait d'un style plutôt lent et dense. Mais ça en vaut la peine.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.