Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 22:46

L'autre jour, j'ai pondu un billet sur le roman "Héritière malgré moi" de Lynn Messina, paru, dans le monde francophone, dans la collection Red Dress Ink, dépendant des éditions Harlequin. Sans concertation, je venais de rédiger quelque chose qui répondait peu ou prou aux critères du défi "Harlequinades 2009", lancé la semaine dernière par deux blogueuses:

Chiffonnette (dont j'ai découvert le blog à cette occasion - bonsoir!)

et

Happy Few (dont j'ai AUSSI découvert le blog à cette occasion - bonsoir également)

L'idée? Lire un Harlequin d'ici à la fin de l'année, et rédiger un commentaire sur son blog. Dans la foulée,
In Cold Blog  a produit un logo très parlant... qui illustre le présent billet.

L'éditeur Harlequin s'adresse certes aux femmes, mais le défi est, ai-je supposé, également ouvert à l'autre moitié de l'humanité. C'est pourquoi je me suis inscrit, sans vergogne, d'autant plus que j'ai encore, sur ma PAL, un Betsy Burke cent pour cent adapté. Autant dire que ça va harlequiner encore un peu sur ce blog, avant de passer à autre chose... à la rentrée littéraire, par exemple!

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Voilà une idée qu'elle est bonne. Il faut renverser les clichés du genre : c'est une littérature pour filles. Brovo pour cette prise de risques ^^
D

Partant du principe que la littérature n'a pas vraiment de sexe, je tape dans tous les rayons... Je pense que le livre que j'aborderai sera issu de la collection "Red Dress Ink", consacrée à la
chick lit. Reste que comme challenge estival, ces Harlequinades 2009, c'est parfait!


C
le coup de rouge, au bord d'une piscine c'est souvent sur les épaules, le nez, les genoux...
D

Ne renverse rien, surtout! ;-)
Plus sérieusement, je ne suis pas non plus à l'abri des coups de soleil... et à la piscine, avec la réverbération de l'eau, c'est encore plus rude.


L
Cécile, tu es trop cruelle, car moi aussi au bord d'une piscine (mais de façon très certainement moins romantique et harlequenienne que toi), je n'aurai pas de... connection internet... argghhhh c'est dur les vacances !

Euh, Daniel, j'espère que ça ne te dérange pas trop que Cécile et moi papotions sur ton blogocanapé... Tu sais ce que c'est, maintenant que tu es un pro de la littérature de filles ;-).

Mais bon, ça manque de coup de rouge, ici, depuis que tu ne lis presque plus que des bluettes !!!!
D


Pas de problème, mettez-vous à l'aise...

Quant aux vacances, c'est horrible, c'est vrai... pas d'Internet, juste une piscine... et dans le pire des cas, le portable n'est même pas amphibie! Aïe...

Coup de rouge? Il faudra que je remette ça, en effet. Il ne suffit pas de déboucher les bouteilles...



C
D'ailleurs un message est déjà programmé à propos de cette Harlequinerie contagieuse et il paraîtra dimanche... des photos de la piscine (avec moi dedans ou devant) paraîtront la semaine prochaine...
D

Ca, c'est de l'organisation! J'ai hâte de voir et de lire tout cela... La Harlequinade semble en effet déchaîner un engouement sans précédent - apparemment, le soleil cogne fort.

La blogosphère des livres subirait-elle les effets du réchauffement climatique?


C
Sachez Madame Liliba qu'en tant que Midinette patentée, certifiée et tatouée, moi, les romans Harlequin je ne les lis pas, je les vis... (au bord d'une piscine également) ;o)
D

Harlequin sans bouquin, mais avec piscine... le luxe! Le nirvana!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.