Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 19:05

Vous aimez ces romans policiers faussement tranquilles où l'on ne découvre le coupable qu'à la fin, après une intrigue bien solide? Vous appréciez une certaine grisaille londonienne, les quartiers populaires où se croisent les truands trop aimables pour être au-dessus de tout soupçon? Alors vous aimerez "Le doux murmure du silence", roman signé de l'écrivain irlandais Paul Charles, qui habite justement à Londres. Et c'est dans le quartier de Camden, autour d'un grand feu de Guy Fawkes, que tout commence...

Pour ce qui est de plonger le lecteur dans le bain, si j'ose dire, l'auteur ne fait pas de quartier. Dès les tout premiers paragraphes, avant même que ne soit tournée la première page, le drame est noué: un homme brûle vif dans le bûcher. Peu instructif, l'interrogatoire des témoins rappelle au lecteur qu'en ce début d'histoire, la confusion est totale. En ce début de roman, l'auteur laisse agir ses personnages, et les fait surtout parler: les dialogues sont nombreux, les descriptions rares, l'introspection inexistante. Pas même le temps d'aborder la situation des Irlandais exilés à Londres. Place à l'enquête, nue, sans fard. 

Peu à peu, au fil des entretiens effectués avec l'entourage de la victime, on découvre son portrait, peint en creux, et cela n'a rien de reluisant. Christy Kennedy, dont c'est ici la huitième enquête (et la première publiée par les éditions Naïve), se retrouve donc à enquêter, avec son équipe, sur un flic ripou, volage, aux méthodes expéditives. L'état d'esprit de l'inspecteur reste cependant très professionnel, ce qui ajoute à son mérite, surtout lorsqu'il se retrouve face à des hypocrites dont le portrait est réussi (à l'instar d'Anderson). Naturellement, tout le monde a intérêt à voir mouirir

Une fois le lecteur bien accroché, l'auteur, habile, distille peu à peu des descriptions, et laisse du champ à l'introspection. Même s'il n'est pas un familier du personnage de Christy Kennedy, le lecteur découvre ainsi à qui il a affaire: un homme d'un certain âge, qui réfléchit (par exemple à une justice parfois trop encline à prendre le parti des coupables contre celui des victimes) qui n'a guère de passions hors de la police, si ce n'est le thé (un art où il est passé maître; on boit beaucoup de cette boisson dans ce roman, beaucoup plus que de l'alcool) et, dans une certaine mesure, la musique.

Cette dernière renvoie à un des éléments qu'on associe volontiers à Londres; "Le doux murmure du silence" effectue du reste un passage obligé dans une salle de concerts. L'auteur lâche par ailleurs quelques noms, quelques titres de chansons, qui pourraient constituer la "bande originale" du livre, et lui donnent en tout cas une certaine ambiance, entre rock et jazz. Ajouté à un certain sourire qui transparaît à travers les phrases, cela donne un roman de facture solide et classique, jamais glauque, jamais gadgétisé (oui! C'est un roman de notre temps, mais on n'y voit guère de téléphone portable) mais finalement accrocheur, jusqu'à la résolution finale. Surprenante, comme il se doit.

Paul Charles, Le doux murmure du silence, Paris, Naive, 2009.

Livre reçu des éditions Naïve et du site Ulike, que je tiens à remercier ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 13/06/2009 21:19

Plus de chance que moi avec ulike. j'ai reçu Morsure de Dan Nisand, ouais, sans plus !

Daniel Fattore 13/06/2009 22:00


C'est toujours un peu une loterie... mais le polar me tentait bien. J'ai eu la main heureuse - peut-être que la prochaine fois, ce sera toi.


Ameleia 13/06/2009 09:43

il faudra un jour que l'on débatte de la difficulté des faire des critiques négatives...

Daniel Fattore 13/06/2009 10:57


C'est un sport relativement difficile, en effet, et qui mérite débat! J'avais effleuré le sujet à l'occasion du billet suivant: http://fattorius.over-blog.com/article-23009387.html



Alex-Mot-a-Mots 13/06/2009 08:19

Un bon polar, je prends !

Daniel Fattore 13/06/2009 10:57


Bien classique, mais qui fonctionne! Bonne lecture...


liliba 12/06/2009 21:23

Tous les ingrédients sont réunis pour que cela me fasse passer un bon moment, et voici donc un livre de plus que je note en passant chez toi, cher Daniel !

Daniel Fattore 13/06/2009 11:13


En tout cas, il m'a fait passer un excellent moment! Bonne lecture...


Ys 12/06/2009 10:29

Dès les premières lignes de ton billet, ce livre m'a tentée, si c'est londonien, ça me plaira sûrement, d'autant plus que je n'ai rien contre les romans policiers dont l'intrigue s'installe doucement.

Daniel Fattore 13/06/2009 11:10


En effet, ce n'est pas un ouvrage dont l'action est le point fort - malgré une entrée en matière vigoureuse. Recommandable, d'autant qu'il se lit bien!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.