Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 21:14

Le "typha", vous connaissez? Il s'agit d'une sorte de roseau qu'on trouve dans les étangs... et surtout dans les dictées de Jacqueline Bayol. Après le Championnat d'orthographe de la Creuse, j'ai dû vous dire que j'avais écrit correctement le nom de cette plante adorable, par un hasard qui s'est révélé heureux.

Mais fut-ce un hasard, vraiment?

J'en doute depuis quelque temps. En retournant mes piles de papiers, en effet, je me suis retrouvé l'autre jour face à une vieille Dictée de Gruyères - un concours organisé annuellement par Louis Vial, et qui est malheureusement trop confidentiel. Et là, l'auteur du texte avait glissé des "typhacées" sur lesquelles j'avais trébuché comme un malpropre. Depuis, j'avais oublié cette histoire... du moins, je ne l'avais plus consciemment en mémoire.

Mais il faut croire que mon cher inconscient en avait gardé la trace: une orthographe comme "typha", ça ne s'invente pas! L'y, sur lequel j'avais magistralement trébuché à Gruyères, est resté quelque part dans mes neurones, prêt à resservir à Saint-Vaury.

Certains candidats affirment que c'est en faisant des fautes qu'on apprend à ne plus les refaire; ils ne savent pas à quel point ça peut être vrai. La morale de cette histoire? Pour écrire juste, écrivez faux...

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
C'était un plaisir
D

Merci!


P
Typha?
Excellent pour le scrabble
D

Je n'avais pas vu la chose comme ça, mais force m'est de constater que vous avez raison.
Merci de votre visite!


S
Je vois ce que vous voulez dire, même si je n'adhère pas vraiment. En particulier, je trouve préférable d'établir des droits valant pour toute personne humaine plutôt que d'insister sur la différence, ce qui induit à terme une différence des droits.
Sinon, je me permets une petite correction : humain n'est pas l'adjectif relatif à l'homme, ces deux termes n'ont pas la même étymologie, ni d'ailleurs la même acception, il me semble (le concept d'homme nous désignerait en tant qu'espèce animale parmi les autres, tandis que celui d'humain aurait une signification plus "spirituelle").
D

... tout à fait - et la déclaration remaniée de 1948 insiste sur le fait qu'elle s'applique à tous les humains (hommes de tous les sexes, donc, si j'ose cette formulation). Les différences de
droits, ou les spécificités, sont le fait de chartes spécifiques (droits de l'enfant, droit de ceci ou de cela), avec le risque, selon certains observateurs, d'affaiblir ainsi les droits de l'homme
"originels".

Quant à "humain", il y a effectivement une nuance en plus... qu'on met volontiers en avant par antiphrase avec "droits inhumains". Spirituelle? Ou simplement "digne de ce qu'un humain devrait
être"?


S
J'aime aussi les dictées, mais je suis bien loin de saisir toutes les subtilités de la langue française. Petite question : quelle différence fondamentale faites-vous entre "droits de l'homme" et "droits humains" ? Ce qui me gêne, personnellement, c'est la polysémie qui fait qu' "homme" peut désigner l'être humain en général, ou seulement le "mâle". Mais je voudrais savoir si l'expression "droits humains", que j'utilise, est impropre.
D


Différence fondamentale? Elle me paraît en tout cas perceptible.

La polysémie gêne aussi Amnesty International, qui a opté pour "droits humains" - d'autant plus que les Droits de l'Homme avaient été inventés, au début, pour la partie masculine de l'humanité
uniquement. Cependant, les reprises ultérieures du document (1948 sauf erreur) précisent que c'est valable pour les deux sexes... Choix politique, donc, qui fait fi de la grammaire
française. Comme cela vient d'une institution basée à Londres, j'ai un peu de mal.  

Venons-en aux droits humains... il y a effectivement une nuance, que je perçois comme ceci: les droits de l'homme sont relatifs à l'homme, alors que les droits humains émanent de l'homme. Le
passage du nom à l'adjectif n'est pas toujours innocent, et d'autres exemples sont plus parlants encore: "Société des étudiants suisses" n'est par exemple pas synonyme de "Société des étudiants
de Suisse": la première regroupe des étudiants helvètes (dotés d'un passeport à croix blanche, mais potassant peut-être à Paris), alors que la seconde regroupe des étudiants qui potassent en
Suisse (mais peuvent être issus d'un autre pays). "Musée de l'homme" ou "musée humain"?

Il y a aussi, par ailleurs, la pauvreté du terme "droits humains", qui aurait dû amener à préférer "droits de la personne humaine" si l'on tient absolument à gommer le mot "homme": à partir de
"droits de", on peut construire plein de mots sur un modèle identique (droits de la femme, droits de l'enfant, droit de la personne handicapée, etc.), ce qui n'est pas possible avec "droits
humains" (droits humains du handicap? droits humains à mobilité réduite?)

Cela, enfin, sans oublier la blague des "droits inhumains", chère aux détracteurs de l'expression... ou celle des "droits enfantins", qui ne sont pas tout à fait les mêmes que les "droits de
l'enfant".

En espérant avoir pu vous éclairer...



C
ce truc est un souvenir d'enfance et je mets enfin un nom dessus grâce à toi !
D

Heureux d'avoir pu faire une heureuse!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.