Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 20:27

... si l'on me permet cette titraille agressivement anglophone: j'ai appris cette après-midi que le monde des championnats d'orthographe va perdre une de ses institutions les plus motivantes: la Dictées des Amériques. Télé-Québec a en effet décidé de renoncer à produire cette émission, pour des raisons de gros sous énoncées sans détour dans les dépêches d'agence: "Cette émission engendre des coûts pratiquement comparables à ceux d’une série", peut-on lire: personnel à temps plein, suivi durant toute l'année dans les écoles, etc.

Mauvaise nouvelle, donc! Je garde un excellent souvenir de mes deux passages à la Belle Province, dans le cadre de la Dictée des Amériques - la première fois à Québec (1997, en compagnie de feu René Belakovski, correcteur d'imprimerie retraité doué d'une faconde certaine), la seconde à Montréal (1998). Les textes étaient d'Arlette Cousture et de Marie-Claire Blais: la Dictée des Amériques a pris pour habitude de commander ses dictées à des vedettes locales, voire d'envergure internationale, à l'instar de Dany Laferrière, de Luc Plamondon, de Robert Charlebois ou de Marie Laberge - sans doute revus et "dopés" par des linguistes chevronnés.

Il y eut aussi des rencontres, celles de Sylvio Morin, coordonnateur de la Dictée, avec qui j'ai notamment bu une bière avant de quitter Montréal (eh oui!), de Pascale Lefrançois (qui s'est illustrée chez Bernard Pivot avant d'entrer dans la production de l'émission: les Championnats d'orthographe de Bernard Pivot ont ouvert des portes à de nombreux Québécois, à l'instar de Stéphane Ethier). Il y a aussi eu des soirées mémorables au Concorde Hôtel de Québec - et la dégustation d'un plat de wapiti au restaurant tournant, avec une vue à tomber sur le Saint-Laurent gelé, avec en arrière-plan la musique distillée par la pianiste Andrée Boudreau... J'arrête ici le parachutage onomastique (1)!

Ainsi donc, Ariane Moffatt aura été le dernier auteur de la Dictée des Amériques. Une perte pour un exercice qui reste populaire (l'émission est très regardée, au Québec et dans le monde), et peut-être un léger recul pour le français: ces épreuves motivent de nombreux défenseurs sincères du (bon) français, et offrent à la langue de Molière un terrain d'illustration qui parle au grand public, jeune ou moins jeunes, comme le prouve la forte fréquentation de tels concours (il y avait environ 125 personnes à Saint-Vaury, plusieurs dizaines à
La Garde-en-Oisans l'été dernier, et le succès des défunts Dicos d'Or est indiscutable).

Petite consolation? Les organisateurs promettent de remettre ça sous une autre forme, en recourant aux nouvelles plates-formes technologiques. Espérons que l'épreuve ne se déroulera pas à distance: faire une dictée en duplex depuis la Suisse romande, c'est quand même moins jouissif que de prendre l'avion pour aller déjouer des pièges au pays des trappeurs!

(1) et propose "parachutage onomastique" comme terme français susceptible de remplacer le trop américain "name-dropping". Avis aux Académiciens qui passent par là! 

Le communiqué:
http://www.dicteedesameriques.com/nouvelle.aspx?id=60

Partager cet article
Repost0

commentaires

O
Et bien, l'essentiel est de voyager avec les mots ! Je continue sur ma lancée d'efforts orthographique grâce à tes liens...Merci.
D

En effet... mais si ça permet de voyager géographiquement, c'est encore mieux! Bien du plaisir avec l'orthographe...!


A
C'est sûr, il y a moins de dépaysement à être en duplex !
D

C'est vrai! L'avenir nous dira ce qu'ils ont à proposer. Peut-être auraient-ils dû chercher davantage à jouer le jeu des partenariats; mais dans les pays qui envoient des candidats à la Dictée des
Amériques, ce sont souvent des bénévoles, peu en mesure d'envoyer des sous, qui organisent les sélections. L'avenir nous dira ce qu'il adviendra de cette épreuve internationale... la seule du
genre, avec la Dictée d'Afrique, qui pourrait reprendre le flambeau, qui sait? Après tout, Douala, ce n'est pas mal non plus...


C
Un peu long ton "parachutage onomachinchose" par rapport au coulant "name dropping"... L'idéal serait un mot valise mais lequel. Tiens, je vais poser la question sur la liste de diffusion "mots passion"
D

Pourquoi pas? Ce serait même un jeu intéressant et révélateur. J'ai aussi pensé à "parachutage patronymique", tout aussi lexicalisé, mais c'est plus restrictif, puisque le name-dropping comprend la
mention de marques.
Et puis, c'est quoi, cette liste de distribution "mots passion"?


F
Et à propos de la fréquentation, la Dictée des Amériques, dans sa phase de sélection, rassemble plus de 50'000 personnes (au Québec et dans les territoires francophones du Canada). Ce n'est pas rien. Des écoles entières participent aux épreuves préliminaires : nul doute que l'an prochain marquera pour beaucoup d'enseignants de français la fin d'une ère.

Quant à l'audience, Télé-Québec a annoncé le chiffre de 65'000 le 25, lors de la diffusion au Québec (il faut noter que le temps était (inhabituellement) magnifique ce jour-là et que, par conséquent, beaucoup de gens qui auraient regardé la télévision en temps normal profitaient d'être à l'extérieur). Ailleurs dans le monde, c'est TV5 qui a diffusé au cours de la semaine passée, mais vu l'heure de diffusion en Europe cette année (autour de minuit si mes souvenirs sont bons), je ne sais pas si cette édition a été très suivie...

Cette décision est regrettable, et je ne peux qu'espérer qu'un autre événement prendra le relais, que ce soit demain ou après-demain. Et pourquoi pas la dictée du Cameroun ?
D

Heureux êtes-vous, d'avoir participé à la dernière édition! Je pense qu'en étant sur place, vous avez entendu certaines rumeurs...

En effet, j'imagine que certains enseignants, du Canada ou d'ailleurs, vont trouver cela regrettable! Encore une fois, participer à une épreuve télédiffusée et internationale est quelque chose
d'extrêmement motivant. Peut-être que les organisateurs auraient pu trouver d'autres voies de financement? Les organisateurs suisses financent déjà le vol vers le Canada; est-ce que les autres pays
participants en font autant?

La Dictée d'Afrique? On se retrouve face à une autre philosophie; mais effectivement, l'épreuve devient, du coup, la seule dictée réellement internationale. Saura-t-elle saisir la balle au bond? En
a-t-elle les moyens? Les infrastructures nécessaires existent-elles (hôtels, salles, transports, etc.)? Si la Dictée d'Afrique devient le biais d'un développement en ce sens, si modeste soit-il,
nous pourrons dire que la défense et l'illustration de la langue française ne sont pas un exercice vain.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.