Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 21:07

Supposons que le projet de votre vie, celui de votre peuple, aille à l'encontre des intérêts de tout un tas de gens, en dépit de l'indéniable noblesse qu'il présente à vos yeux. Par exemple tuer une baleine, un jour, à la manière de Moby Dick. Telle est la quête que relate Frédéric Roux dans son roman "L'hiver indien", qui met en scène une équipe d'Indiens Makah en rupture de ban qui ont décidé, un beau matin, de renouer avec la vieille tradition de la chasse au cétacé. "Le moment d'être indien" est revenu pour eux, affirme le prière d'insérer.

Et être indien, pour ces gens, c'est une gageure. Les six personnages présentent quelques tares rédhibitoires aux yeux d'une société policée, celle des Etats-Unis d'Amérique: penchant prononcé pour l'alcool, tendance à la kleptomanie, goût du vandalisme à tendance artistique. Aucun d'entre eux ne peut se réclamer d'une tradition indienne reconnue: pas de tipi, pas de religion des ancêtres (certains ont été baptisés dans le Christ), pas même de langue autochtone (le makah est une langue morte en 2002, c'est historique). On est donc fort loin du cliché de l'amérindien jaloux de ses traditions, portant des plumes et des costumes traditionnels - rien à voir avec le mythe du bon sauvage.

L'auteur jette donc entre les pattes du lecteur une brochette de personnages qu'il n'aurait pas envie de rencontrer le soir dans une rue mal éclairée, et relève le défi de les rendre sympathiques malgré tout - des personnages en rupture avec toute culture, plantés dans un no man's land, ayant perdu celle des origines sans pour autant être intégrés à la culture dominante aux Etats-Unis. Sans compter qu'ils ambitionnent de chasser la baleine... leur volonté de procéder de façon humaine n'enlève pas grand-chose au côté sauvage de leur projet. Sympathiques quand même? A force de les accompagner au long d'une narration assez longue, le lecteur finit par les apprécier, voire par les soutenir lorsqu'ils font une régate contre une équipe de buveurs de thé afin de savoir qui aura l'honneur symbolique d'être le premier groupe à partir à la chasse.

Le projet fait des remous, attire les journalistes, devient un sujet de société extrêmement émotionnel, dans une manière qui n'est pas sans rappeler le Tonino Benacquista de "Saga", qui raconte comment un truc anecdotique devient soudain énorme. Et c'est là qu'intervient le dilemme de certains opposants à la chasse à la baleine: s'opposer à la chasse, c'est s'opposer à la volonté de renouer avec une tradition ancestrale émise par un peuple opprimé... on se retrouve donc vite avec deux camps, et avec les arguments spécieux des opposants à la chasse qui jurent leurs grands dieux qu'ils n'ont rien contre les tribus natives...

Et par-delà ces points de vue, le romancier offre ici un récit linéaire à l'américaine, efficace, derrière lequel on sent un auteur connaisseur du pays. Le style en est fluide et efficace, la narration ironique, parfois drôle, volontiers grinçante; les chapitres sont de taille moyenne et se focalisent souvent sur l'un de ces personnages qui, pour une fois qu'ils ont un but dans la vie, se retrouvent entravés dans son atteinte par des forces qui les dépassent.

Frédéric Roux, L'hiver indien, Paris, Grasset, 2007.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G

je ne connais pas ce livre...malgrè que l'auteur porte un nom plein de promesse ;-). Merci de nous avoir fait partager ce moment de lecture!


D


C'est un roman efficace, à l'américaine, qui présente le mode de vie (et le malaise) d'Indiens d'aujourd'hui. A conseiller!



A

L'équipe de bras cassés m'a tenue en haleine tout au long de l'histoire. J'ai beaucoup aimé ce roman et les personnages inventés par Frédéric Roux. Cet auteur me rappelle Carl Hiaasen, un écrivain
dont je dévore chaque nouvelle parution avec passion.


D


Carl Hiaasen... ce sont là de bons souvenirs: j'en avais lu un qui était formidable, il y a quelques années. Grâceà vous, je pourrais avoir envie de m'y remettre!



C
J'ai lu ce livre et ai adoré cette saga épique et mouvementée. Des personnages hauts en couleurs, des loosers que l'auteur réussit à rendre sympathiques, ce qui n'est pas une mince affaire, et un livre moins superficiel qu'il n'y paraît.
Bonne analyse!
D

En effet! Il m'a aussi fait passer un bon moment, même si ce n'est pas a priori un sujet qui me passionne. Merci de ta lecture attentive, et de ta visite!


E
"ambitionnent"
Solutionnez mieux vos finalisations avant de les candidater, si vous voulez que je les forwarde.

Bonne continuation,

Exupere
D

... quel est le problème?
Merci de votre visite, et à bientôt!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.