Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 22:13

Quel est le goût de la lecture d'un livre, quelles en sont les étapes? A mon humble avis, à l'instar d'un bon cigare, un bon livre n'a pas forcément le même goût d'un bout à l'autre, et ne se consume pas, si j'ose ainsi dire, de la même manière. Et vous?

Une fois l'ouvrage sélectionné dans la PAL, je l'ouvre et passe assez vite sur les premières pages - tout en respectant le petit rituel consistant à jeter un coup d'oeil à la page de garde et, peut-être, à relire une dédicace. Je recherche également volontiers la date de parution de l'ouvrage: en cas de texte contemporain, ça peut aider à situer l'époque: thriller d'avant le téléphone portable, polar d'avant Internet - le climat n'est pas le même dans "Piège de cristal" de Roderick Thorpe que dans "Transparences" d'Ayerdhal. Cela, sans compter le pays de publication. Un coup d'oeil au nombre de pages de l'ouvrage, et c'est parti!  

Alors vient l'état de grâce du livre: les premières pages se dégustent avec l'enthousiasme des débuts, un enthousiasme plus ou moins prononcé qui dictera facilement le rythme de lecture - une sorte de sprint initial, encore conforté quand on observe sur la tranche les pages qui se tournent: très vite, il y a un petit paquet de feuilles dans la partie gauche du livre ouvert.

On s'installe ensuite dans la durée, les pages tournées se voient moins que les premières. La progression se fait peut-être plus lente: l'ouvrage ne tient pas les promesses des premières pages, il connaît ses premières longueurs, le plaisir de la découverte s'est émoussé. Ou tout simplement, on adopte un rythme de "lecteur de fond" où le premier souffle de la passion cède la place à un second, plus profond. Cela, jusqu'au milieu du livre, qui fait, du coup, figure d'étape rituelle. Le milieu est toujours chiffrable, et plus ou moins précisément perceptible: il y a toujours un petit paquet de feuilles en plus en fin de livre, correspondant aux pages non numérotées. Tout livre qui se respecte est en effet paginé à partir d'une page 1 qui est la couverture; mais en général, la notation de la pagination s'arrête bien avant la quatrième de couverture.

Après la moitié, je perçois ma lecture comme une descente: le récit commence à livrer ses clés, les personnages perdent de leur mystère et, parfois, l'ouvrage perd de son aura à mesure que tout s'explique. Les dernières pages font alors figure de sprint final dont on croit ne jamais venir à bout... Et pourtant, au terme de l'étape, reste, le plus souvent, la satisfaction d'avoir passé un bon moment en bonne compagnie.

Photo: Flickr/Bruno Ottavi

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article

commentaires

Cécile+de+Quoide9 16/04/2009 21:07

Tu es doué !

Daniel Fattore 16/04/2009 21:10


... merci!


Cécile+de+Quoide9 16/04/2009 16:45

tu as vu que même loin de mon ordi pendant 4 jours j'ai tenu mes promesses Légoennes !

Daniel Fattore 16/04/2009 21:03


J'ai constaté, en effet... et j'apprécie le jeu des lois de Murphy, dans la foulée.


Cécile de Quoide9 10/04/2009 16:11

Intéressant cette notion d'étapes. Je me disais justement ce matin en dépassant la page 256 sur 356 de "une vie française" (que je conseille aussi aux non français !!!) que ça y est, j'attaquais la dernière ligne droite : je lis toujours les 100 dernières pages d'un livre beaucoup plus vite que le reste... une sorte de hâte d'en finir pour en être débarassée si je n'ai pas trop aimé ou sans m'en rendre compte si j'ai aimé car je suis happée.

Je n'ai pas trop de rituel au démarrage et je lis rarement les préfaces qui ont parfois la facheuse tendance de tout raconter...

Scoop rien que pour toi : des photos de légo seront en ligne demain et d'autres dimanche !

Daniel Fattore 10/04/2009 19:47


Effectivement, la barre psychologique de la page 100, ça compte aussi. C'est en principe à peu près à ce moment que je prends de la réserve sur moi lorsque j'envisage de lire à l'extérieur.

Je lis peu les préfaces - et pour être franc, les ouvrages tout récents en ont rarement. Tout au plus ai-je lu celle de "Cromwell", de Victor Hugo, comme tout le monde - mais contrairement à
d'autres, je me suis aussi appuyé la pièce de théâtre.

Enfin, merci pour le scoop! Je vais être très attentif. Sur ton sondage, j'ai voté pour les Légos, justement.


sunny 10/04/2009 12:50

C'est vraiment ça ! j'aime beaucoup vos articles

Daniel Fattore 10/04/2009 19:45


Merci de votre visite et du compliment! Au plaisir de vous relire.


Alex des Couassous 09/04/2009 19:28

C'est exactement ça...

Daniel Fattore 10/04/2009 19:44


... à ce point-là?!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.