Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 21:11

Pour rapprocher deux gaillards, rien ne vaut quelques coups de feu vécus ensemble dans une cuisine et une enfance pas évidente pour assurer un bon début dans la vie. Telle est l'une des idées fortes qui sous-tend le savoureux roman "Alcool" de l'écrivain américain Poppy Z. Brite - originaire de la Nouvelle-Orléans, théatre du roman dont je vous parle ici.

Pour commencer, rappelons, au risque d'enfoncer des portes ouvertes, que la Nouvelle-Orléans, c'est aux Etats-Unis. Les Etats-Unis sont un melting-pot de cultures dont la Nouvelle-Orléans est le parangon, à en croire le roman. Cela passe par l'onomastique: loin de tous porter des noms anglophones, les personnages (il y a des noirs et des blancs) arborent des noms qui sonnent français (Duveteaux, Mouton), italien voire rien du tout (NuShawn le dealer au prénom improbable, par exemple). Et les restaurants décrits sont de toutes sortes: le chapitre 16, inventaire des loupés les plus magistraux en la matière, recense toute une série de restaurants aux concepts et aux allures les plus diverses.

Autre aspect très américain: le goût pour les histoires de personnages qui, partis de rien, réussissent à réaliser leurs rêves. Ici, les rêveurs sont deux obscurs mais talentueux cuisiniers désireux de monter leur propre restaurant, selon un concept révolutionnaire: chaque plat a, dans ses ingrédients, un produit alcoolisé. Ressort ici, évident comme une lapalissade, le thème du self-made man.

Self? Pas tout à fait: Rickey et G-Man, le duo de choc, est épaulé par un patron riche qui les a "découverts" et leur donne un coup de pouce au départ, parce qu'il semble croire à leur projet. Une sorte de miracle... Là, c'est une relation quasi familiale qui s'installe: Lenny, le fameux richard, arrivé et solide sur ses bases, fait régulièrement figure de père pourvoyeur de fonds et de soutien. Face à lui, Rickey et G-Man font figure de gosses qu'il convient de guider. Reste que la figure paternelle a quand même quelques choses à cacher (cadavres dans le placard - il faut bien que l'histoire comprenne quelques obstacles, même bidon, sinon ça manque de sel), ce qui permet aux deux enfants de faire, pour ainsi dire, leur crise d'adolescence...

Rickey et G-Man cultivent un secret: ils sont homosexuels, et sont ensemble... L'auteur sait peindre le milieu des cuisines de la Nouvelle-Orléans, et n'oublie pas son côté macho. Bastion masculin, l'arrière-cour des restaurants est peint comme un lieu propice aux préjugés bêtement homophobes. Rickey s'attire du reste, pour cette raison, quelques inimitiés, en particulier celle de Mike Mouton, le méchant de service. Revers: l'ouvrage présente peu de personnages féminins jouant un vrai rôle. Au début, on peut croire que le tandem est constitué de deux éléments trop pauvres pour coucher - une analyse à la Alain Soral, qui ne résiste pas à la suite du récit. Reste que Rickey et G-Man ne sont pas la caricature du couple gay, au-delà de quelques démonstrations de tendresse. Il s'agit plutôt d'un duo classique, formé d'un élément dynamique et fonceur (Rickey) et d'un élément plus pondéré (G-Man).

La religion joue également un rôle, ne serait-ce que d'élément de décor, dans ce roman. Il y a naturellement l'un des deux personnages du couple vedette qui se retrouve volontiers à prier, parce que ça lui fait du bien. Il y a aussi l'autel à Saint-Joseph, que l'on trouve à l'Apostle's Bar. Et il y a le Mardi Gras, carnaval typique. Tout cela est présenté avec naturel, à la place qui lui convient, sans afféterie. Normal, dans un pays où la religion est quelque chose d'important pour une majorité de la population...

Voilà donc le portrait d'une certaine Amérique qui, par-delà les images puritaines, sait s'éclater avec outrance, que ce soit avec des moyens légaux (l'alcool, apanage des "gentils" du récit) ou moins légaux (la cocaïne, dada de Mike Mouton). A savourer tambour battant, avec un bon cocktail bien sucré et bien frais sous la main - parce qu'après le mois de mai, la Nouvelle-Orléans est intenable...

Poppy Z. Brite, Alcool, Au Diable Vauvert, 2008.



Partager cet article
Repost0

commentaires

microneedle skin dermal roller 12/08/2014 09:09

The novel sounds interesting and the author has put an attractive name to it. Alcohol has tampered the lives of many people and there should be a rethinking about the intake of it regularly. A novel in the background of it promises some benefits for many.

Isa 18/04/2009 19:07

ça m'a l'air pas mal du tout ça !

Daniel Fattore 20/04/2009 21:47


Je l'ai prêté à une collègue de bureau, qui en salive déjà...


Océane 08/04/2009 23:03

Poppy m'a initié au roman trash anglo-saxon ! C'est äme perdue et sa bio de Courtney Love mes favoris ! Je m'en vais quérir bientôt ce petit dernier !

Daniel Fattore 08/04/2009 23:30


Ouille! Attaquez "Alcool" avec l'esprit léger: ça mérite une lecture et c'est agréable. Il paraît du reste qu'il y a deux suites à ce roman, si vous aimez. Je ne pense en revanche pas que je vais
me précipiter sur sa biographie de Courney Love: j'ai peu d'affinités avec le sujet... A bientôt!


pagesapages 06/04/2009 12:50

Est-ce que ce ne serait pas un roman à tendance polar ou "action", derrière la peinture de société ?
(ma question est peut-être "noix-noix", faut m'excuser, c'est que je n'arrive pas bien à me faire une idée)

Daniel Fattore 06/04/2009 21:55


Disons que j'y vois avant tout une "success story" montée en roman, avec plein d'allusions à la bonne chère. Roman d'action? On n'est pas dans Bob Morane. Polar? Il y a certes des cadavres dans les
placards, mais leur mystère est très partiellement éclairci, et la justice est faite par les protagonistes, et pas par les policiers.
Disons que si vous l'approchez en attendant de nombreux épisodes liés à la bonne table, vous ne serez pas déçue. Mais l'évolution des personnages vers le succès est assez linéaire: quelque part, on
sait qu'ils vont réussir et que les obstacles mis sur leur chemin sont plus là comme prétexte (il ne faudrait quand même pas que ça soit trop facile) que comme véritables épreuves.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.