Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 22:05

Fondue à deux, bon petit repas au restaurant en famille, un peu de repos même, avec la perspective d'une dictée à Genève demain: pour fêter mes trente-cinq ans, les conditions furent idéales. J'ai même pu me ménager deux heures pour écumer les librairies de Fribourg et nourrir ma célèbre pile à lire - à peu de frais réels, puisque j'en ai profité pour utiliser des bons d'achat.

La balade s'est déroulée en deux temps, le premier à la Fnac, le second chez Payot. La Fnac m'a réservé l'agréable surprise du roman "Smonk", qui est très drôle si j'en crois la critique du Figaro Littéraire. J'y ai également trouvé des choses plus légères...

Payot a mis en évidence un récit de voyage en Sibérie signé Marc de Gouvenain. Pour des raisons familiales, j'ai pris sans trop hésiter; l'ouvrage est du reste joliment illustré, et peut-être aurai-je l'occasion de vous en reparler - de même que du premier roman d'Emmanuelle Urien, qu'on connaît surtout pour ses nouvelles à chute.

Et puis, il y a la chick lit... Calepin, organisateur du challenge "Chick Litt For Men", va peut-être me charrier; mais j'ai trouvé deux ouvrages fort prometteurs pour réitérer son défi - à savoir proposer à des personnes du sexe masculin d'attaquer un livre relevant de ce genre, fait "par des femmes, pour des femmes". Je me réjouis de vous en parler plus en détail. L'un est signé Anne-Solange Tardy, l'autre Lynn Messina. Ce dernier, intitulé "Héritière malgré moi", a paru dans la collection "Red Dress Ink". Les plus curieux d'entre vous iront voir quel éditeur se cache derrère cette appellation... et sauront, par la même occasion, jusqu'à quel point la maison ne recule devant aucun sacrifice. Qu'on se le dise, donc: chez moi, le challenge "Chick Litt For Men" continue.

Spécial scandale: le prix du livre, en Suisse, c'est tout un poème... et les lecteurs helvétiques francophones devraient se convertir massivement à l'achat sur Amazon (qui a  un superbe catalogue, rien à dire à cela!) ou à la contrebande d'ouvrages achetés, LAL en main, dans les librairies françaises. Cela, je le sais depuis longtemps... mais qu'on juge de ma surprise quand mon épouse me fait comparer les prix de deux ouvrages raflés en ce jour: "1974" de Patrick Besson est vendu 29 francs 60, sur une base de 14 euros. Ce seul exemple vous démontre déjà que l'euro a baissé partout, sauf dans les librairies suisses... mais là où l'on s'étonne vraiment, c'est quand on voit le prix de "Very Important Pénélope B." d'Anne-Solange Tardy: 28 francs 10, sur une base de 14 euros 90 centimes. Donc non seulement les librairies (ou les diffuseurs) ont une manière bien à elles de calculer les prix de leurs livres, mais en plus, la chick lit semble bénéficier d'un cours légèrement plus avantageux. Qu'en est-il du contenu? "1974" est un recueil de nouvelles écrit gros sur 171 pages, et le roman d'Anne-Solange Tardy pèse 360 pages, écrites plus petit. Je m'attends donc à davantage d'heures de plaisir de lecture avec Tardy qu'avec Besson! Vous comprendrez qu'il y a de quoi se poser un bon petit millier de questions... allez! Je me réjouis de mon prochain voyage en France pour nourrir ma pile à lire, sur la base de prix un peu plus faciles à comprendre.

Photo: Flickr/ester68

Nota: j'ai choisi d'acheter "1974" de Patrick Besson parce que c'est mon année de naissance - et comme j'ai commis cet acte le jour de mon anniversaire, symboliquement, ça compte.

Pour en savoir plus sur Anne-Solange Tardy: http://www.cachemireetsoie.fr.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article

commentaires

lecerf 12/06/2009 13:36

"Scandales dans les écoles des chtis" de Louis Richepin, voilà un livre que pas mal de personnes trouvent intéressant parce qu'il traite des scandales surprenants et effrayants dans l'éducation nationale, et à tous niveaux de personnels !!!

Daniel Fattore 13/06/2009 11:12



Voilà un ouvrage que je ne connais pas... à garder en mémoire. Merci pour l'info et pour la visite.



liliba 29/03/2009 12:57

Si jeune, et si prometteur...
Joyeux anniversaire en retard, en espérant te lire encore pendant de longues années !

Pas d'accord avec Alex des Couassous, le livre n'est pas un objet de luxe, mais de première nécessité !

Daniel Fattore 29/03/2009 21:28


... merci beaucoup! J'espère, de mon côté, trouver le temps de nourrir ce blog encore quelque temps. Sinon, ce sera dans des livres, j'espère...

A te relire, également!


Alex des Couassous 28/03/2009 17:18

Mais le livre n'est-il pas un objet de luxe ?

Daniel Fattore 29/03/2009 21:15


Luxe nécessaire ou nécessité de luxe? Vaste débat!


Sarvane 24/03/2009 16:46

Bonjour, vous êtes vraiment un passionné des livres. Je le conçois d'autant que je souffre de la même maladie que vous... Quant au mystère des prix, alors là... Mais que cela ne vous empêche pas de savourer vos lectures ;-)

Daniel Fattore 24/03/2009 22:02


Je n'arrête pas, et c'est un euphémisme... j'aime par ailleurs découvrir des ouvrages peu fréquentés, qui sortent des sentiers battus.
Quant aux mystères des prix, je crois savoir que c'est une affaire d'intermédiaires.


calepin 23/03/2009 17:44

Deux romans chick lit ! Il va falloir peut-être que j'envisage un challenge plus viril en guise de cure de désintoxication... :) ps : bon anniversaire !

Daniel Fattore 24/03/2009 21:54


... de la lad lit en anglais dans le texte, peut-être? ;-)


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.