Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 20:33

La fraîcheur d'un ananas qu'on vient de couper, la caresse bienvenue d'une brise en plein été: ainsi peut-on résumer l'effet qu'exerce sur son lecteur le roman "Les particules de mon mari sont authentiques", signé Véronique Beucler et paru dans la grande déferlante des romans de la rentrée littéraire d'automne 2008. A ce régime, l'éditeur aurait mieux fait de le sortir avant les vacances.

C'est en effet à une lecture ensoleillée que l'auteur convie son lectorat. Le cadre? Un pays d'Amérique latine, bien ensoleillé, un 14 mai. L'action est partagée entre une petite ville, une ambassade de France, et un foyer pour femmes tenu par un prêtre catcheur. Autant d'univers peints de manières fort différentes, avec un poids particulier accordé à l'ambassade, puisque c'est là qu'on peut le mieux faire grincer les dents.

Car l'ambassade est peuplée d'un charmant petit monde haut en couleur, congénitalement incapable de s'adapter au pays où il vit, et ramenant tout à ses références culturelles métropolitaines - le drame de certains expatriés est ainsi représenté. L'auteur dépeint fort bien, quoique de manière légère, les types qui hantent la mission. L'ambassadeur adopte par exemple la figure d'un autocrate très "vieille France" aux manies particulières, vaguement radin, incapable de comprendre qu'il est odieux aux yeux de tout le monde; Suzanne, proche collaboratrice, rappelle à bien des égards une certaine Berthe Bérurier, l'intelligence en plus. Bien croqués, tous ces personnages auraient cependant mérité que l'auteur s'y intéresse davantage, les creuse un peu plus, aille au-delà de la caricature. L'attaché de sécurité intérieure Vogel, que sa femme a quitté, est un peu délaissé... par l'auteur également.

C'est au personnage de Clara que l'auteur s'attache avant tout. Clara, qui a envoyé à son amie un mail pas piqué de vers, prenant pour cible l'ambassadeur. Seul problème: en raison d'une erreur de manipulation, le courriel part chez ledit ambassadeur... C'est la porte ouverte à une journée présentée comme un peu folle. Voyons cependant ce qui s'y passe: ses amis essaient de récupérer le courriel, elle se rend à l'extérieur de la ville pour y rencontrer quelques personnes aux pouvoirs magiques, elle se fait également voler ses affaires sans qu'on sache trop pourquoi, et finit par conclure avec El Lindo, restaurateur de son état. Plein de choses, me direz-vous - beaucoup pour une journée! Beaucoup, aussi, pour une jeune femme qui joue son poste sur un courriel... et ne semble pas forcément se faire beaucoup de souci à ce propos.

J'ai évoqué les pouvoirs magiques... ceux-ci sont présents dans le récit, de manière si légère et subtile qu'on se demande s'ils sont réels ou supposés (et l'auteur excelle dans la suggestion, qu'il s'agisse de celle-ci ou d'autres). Ainsi, c'est "la rue" qui protège Clara contre le mauvais sort, et en particulier contre les vols. C'est aussi la rue qui lui donnera la force de claquer la porte de l'ambassade qui l'emploie, et de renoncer à sa carrière dans ce secteur. Et c'est loin du centre de la ville, à la suite d'un voyage en bus, qu'elle sera libérée d'un sort un peu particulier - le poids de son passé d'orpheline, peut-être? Et qui est ce mystérieux garçon qui semble vivre de rien et pointe son nez de temps à autre dans le récit, à la manière d'une sainte apparition?

Voilà... un roman léger et divertissant, qui fait des clins d'oeil appuyés aux écrivains à succès (vous croiserez ici le fantôme d'Aurélie La Tombe, entre autres...), un peu fouillis à force d'amorces de péripéties pas forcément abouties, mais finalement fort agréable à lire: Véronique Beucler a une bonne plume, et sa prose est fluide. Bref, avec ses qualités et ses défauts, la recette prend quand même. Merci!

Véronique Beucler, Les particules de mon mari sont authentiques, Paris, Albin Michel, 2008.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Le titre est alléchant lui aussi !
D


Il fait penser à Houellebecq, mais ça n'a rien à voir! Cela dit, le titre m'a effectivement fait tilt au moment où j'épluchais les livres de la rentrée littéraire de l'automne dernier.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.