Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 20:00

Réformer l'orthographe française, que voilà un vieux marronnier, qui a de nouveau fleuri à l'occasion de la parution du dernier "Matin Dimanche". Reprenons les faits: le journal à sensation lausannois relayait, il y a quelques jours, l'idée du linguiste André Chervel: simplifions l'orthographe! Interviewé, le bonhomme n'y allait pas de main morte: supprimer les h inutiles, supprimer les doubles consones inutiles, etc. "*Analisons et *simplifions l'*ortografe", voudrait-il écrire. Ses arguments? Son point de départ est que le combat pour le maintien de l'orthographe française actuelle est d'ores et déjà perdu, études à l'appui. La faute, selon lui, à la multiplication des disciplines scolaires, qui s'est faite au détriment, entre autres, du français - et au corps enseignant, devenu plus tolérant face aux fautes. Face aux carences de certains, l'homme n'hésite même plus à parler de fracture sociale entre ceux qui savent et les autres...

Là-dessus, "Le Matin" revient dimanche avec une enquête présentant des opinions plus nuancées, voire plus réalistes ou, tout simplement, d'une plus saine intransigeance. Il y a entre autres l'approche de Marinette Matthey, sociolinguiste et chroniqueuse du journal orange, apparemment modérée puisque pour elle, il suffirait de supprimer les "aberrations" pour régler le problème. Sans doute pense-t-elle à des éléments précis; sans doute sait-elle aussi que le Robert a en partie cédé à cette idée pour 2009 en relayant massivement certaines recommandations de 1991.

Bon, me suis-je dit, mais on va où, là? L'enseignement ne peut plus inverser la tendance à la baisse des performances en matière d'orthographe? Hum-hum. André Chervel se rend-il compte qu'il insulte ici tous les professeurs de français, et déclare forfait alors qu'eux font leur métier? Peut-être considère-t-il que les élèves ne peuvent plus en apprendre autant qu'autrefois - seraient-ils devenus plus idiots? Ou les pédagogues, méthodologues et didacticiens devraient-ils avouer leur impuissance à développer une méthode permettant d'enseigner avec efficacité un code complexe mais merveilleux et précis? Enfin, pour résumer par une question qui me paraît démontrer l'absurdité d'une démarche réformiste radicale, devrait-on simplifier les maths parce que personne n'y comprend rien et qu'elles servent, plus sûrement même que l'orthographe, d'outil de sélection vers les filières les plus cotées?

L'aspect "fracture sociale" suscité par l'orthographe me paraît un argument bien vide. Certes, un directeur des ressources humaines aura des réticences à engager une personne dont la lettre de motivation est pleine de fautes. Mais que dirait le même DRH face à une lettre chiffonnée, sale, ou face à une personne qui, à l'entretien, se montre indolente? Une bonne orthographe est accessible, même en français, et s'il le faut vraiment, on ouvre le dictionnaire ou on se fait relire. Je le fais personnellement tous les jours. Et sérieusement, il y a d'autres carences qui sont plus difficiles à pallier qu'une orthographe capricieuse.

Interrogé le dimanche, Jean Romain garde, comme à son habitude, une pointe pour les méthodes d'enseignement, et verrait d'un bon oeil le retour à un certain goût de l'effort en la matière - de même que Francis Klotz, organisateur de dictées, lui-même champion du monde d'orthographe. Jean Romain rappelle avec justesse que "la langue, la syntaxe et l'orthographe se doivent d'être normatives" - ce que certains linguistes, attachés à décrire la langue sans jamais dire ce qui est juste ou faux, oublient parfois.

De mon point de vue, je considère que l'orthographe française est un système qu'il convient de respecter, et que toute évolution doit être entérinée avec prudence, comme l'Académie française sait le faire depuis presque quatre siècles. Simplifier ici reviendrait bien souvent, par ailleurs, à compliquer ailleurs. L'article du "Matin Dimanche" conclut du reste avec fort peu de pertinence en présentant brièvement l'exemple de la réforme de la manière d'écrire l'allemand. Naturellement, l'auteur de l'article oublie de mentionner que la simplification des règles de virgule dans les subordonnées rend souvent les textes moins lisibles qu'avant, et qu'on voit apparaître des cas d'homonymie assez intéressants ("Rute" signifie désormais "itinéraire" ou "filet de pêche"), quand il ne s'agit pas d'orthographes assez pittoresques (on peut écrire "Majonnese" pour notre bonne vieille mayo). Elle n'a pas été introduite sans heurts, du reste, certains grands journaux faisant même la grève de la "neue Rechtschreibung".

Enfin, "Le Matin" rappelle que le lectorat, au travers des sondages express proposés par la version en ligne du journal et d'extraits de lettres consternées, exprime sans ambages combien il goûte peu l'idée d'une réforme massive. D'apparence démagogique, une telle proposition semble donc condamnée d'emblée. Marinette Matthey se montre du reste lucide: sans mouvement populaire de fond, selon elle, pas de réforme.

Finalement, le chercheur André Chervel ne représenterait-il que lui-même?

André Chervel, L'orthographe en crise à l'école. Et si l'histoire montrait le chemin?", Retz. 
Les articles en question: 
http://www.lematin.ch/tendances/societe/lorthographe-dechaine-passions-74452
et http://www.lematin.ch/tendances/societe/andre-chervel-absolument-simplifier-lortografe-64674
Photo: Flickr/Mamluke

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Le pédagogue :


La République a élaboré en 1990 une « réforme » relative à des modifications dans l’écriture de quelques mots, à la suppression de quelques traits d’union et à la fin de l’accent sire con flakes (accent circonflexe).
Cette « réforme » élaborée par la République a bien sûr été approuvée par l’Académie Française, puis rangée dans un tiroir.
En fouillant, peut-être par inadvertance, un supplétif de la République est tombé sur la « réforme ».
Il n’y avait pas de poussière car le tiroir n’a jamais été ouvert avant 2016.
La République va donc essayer de mettre en place la « réforme », maintenant que le tiroir a été ouvert.
Les éditeurs des livres scolaires qui ne sont peut-être pas étrangers à l’ouverture du tiroir, sont contents car pour l’accent sire con flakes, des traits d’union, et quelques mots, il va falloir tout rééditer : ils ont attendu vingt-six ans, et espèrent que la gauche caviar va au moins contribuer au démarrage de cette « réforme » de la République, qui va leur rapporter gros.
Il reste à trouver un riche lieu pour l’annoncer !
D
J'y reviendrai. Merci de votre message!
V
@CBP
Oui, c'est vrai, vous étiez entrain de souhaiter bonne année à Daniel et je me suis mêlée de ce que ne me regarde pas, désolée, aujourd'hui, je ne sais pas ce qui m'arrive...
Bon, je sors :)
C
Valy Christine, vous êtes bien susceptible. J'espère que vous avez d'un même élan pris pour vous les v(o)eu(x) destinés à un autre, dans mon commentaire. Une cible ? où donc ? rancune de quoi ? Où va le monde si l'on ne peut même pas rendre la politesse sur son blog à quelqu'un qui vous la souhaite bonne sur le vôtre ? Alalalala...
V
@CBP
Je vous amuse bien d'après ce que je lis, c'est au moins ça. C'est vrai, ces étrangers (es) qui viennent de nul part et veulent faire la loi linguistique du pays, ils n’ont qu’à aller chez eux, zut.
Vous avez raison, j’aurais dû fermer ma gueule au lieu de me mettre dans la gueule du loup, bien fait pour moi.
Sans rancune, bon week-end, V.
PS - Votre mot me fait rire, mais...je sens la cible, que voule vou sui sensibil, moa, ;-)
C
Le maté provient, je crois, d'Amérique du sud.
Hors de cela, merci pour vos veu sur notre blog et bone ané a vou égalemen(t - J ne sé sil convien de gardé le T).
D

Je confonds avec le saké... lamentable que je suis!
Merci de votre visite chez moi! Et bonne année à vous, une fois de plus.
Votre maison d'édition me semble faire des choses intéressantes...!?


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.