Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 17:31

Challenge de lecture Chick Litt For Men !Deux chapitres en guise d'entrée, pour présenter les personnages du récit: tel est le point de départ de "Je vous aime", roman de Catherine Siguret, rattaché au genre de la "chick lit". Et ces personnages, qui sont-ils? A ma gauche, vous avez Alice, sans nom de famille, qui exerce le dur métier de nègre (tout comme l'auteur, d'ailleurs). Le chapitre constitue une visite de son âme, de son système de fonctionnement psychologique - de quoi se familiariser un peu avec elle. L'incipit plonge du reste le lecteur dans le vif du sujet sans tergiverser, en lâchant sans ambages: "Le message se résumait au titre: "J'aimerais vous revoir." Hop, envoyé, You'Ve Got Mail.

A qui ce courriel? A un écrivain célèbre, pardi! Dans le récit, c'est un trentenaire portant beau, homme à femmes, dénommé Philippe Musil. Homme sans qualités... littéraires ou clone de Guillaume Musso? Le lecteur comprend assez vite qu'il a affaire à un prédateur, et l'auteur le souligne à l'occasion, à l'aide de vocables choisis: "traçabilité" de la fille (p. 68), "animal" (p. 72, en parlant d'Alice). Homme de terrain, il ira jusqu'en province pour savoir qui est vraiment Alice.

En tombant amoureuse d'un tel bonhomme, Alice semble prolonger un modèle qui semble être celui de son existence, à savoir celui d'une certaine fuite du réel, assez bien dessiné par le choix de l'auteur de montrer ce qui se passe dans les âmes de ses personnages. Ainsi, Alice écrit des livres, mais par procuration; elle utilise son PC pour communiquer, cherche l'évasion dans la lecture de la presse quotidienne... et tombe amoureuse d'un personnage a priori inaccessible. A eux deux, ils incarnent du reste tout un faisceau de marqueurs propres à faire rêver dans les chaumières: métiers confortables voire très lucratifs dans un milieu courtisé (et du reste esquissé par l'auteur) à Paris, soirées intellos au Collège de France, boutiques chics de bougies, soin apporté à la décoration d'intérieur chez Alice, etc.

Toute l'histoire va donc se résumer au rapprochement de deux êtres que tout, apparemment éloigne. Tout, vraiment? L'auteur s'amuse beaucoup à un petit jeu de coïncidences et de points communs qui rappelle les premiers temps du flirt, quand elle et lui recherchent ensemble les points qui leur sont communs. Là, il y en a une brassée, qui égrènent le récit - à tel point qu'on se demande, à un moment du récit, si l'écrivain à succès n'est pas amoureux d'un de ses personnages. Tout y passe, du plus probable au plus surréaliste: l'auteur se demande depuis toujours qui habite derrière la fenêtre d'Alice, les tourtereaux fréquentent tous deux le Flore (mais pas aux mêmes heures), se fournissent en bougies au même magasin, etc.

L'écrivain regarde donc ses personnages être et évoluer, et cela même par procuration, puisqu'elle confie à la meilleure amie d'Alice (du reste pas mal effacée, quand on pense à Renaud, le meilleur ami de Philippe Musil) le soin de raconter l'histoire, hésitant entre le "je" et le "nous" puisque la narratrice semble se faire le porte-parole de toute une clique d'amis qui, du coup, semble bien informée... Le parti pris psychologique présente un double inconvénient: il n'est pas toujours drôle (contrairement à un "Bridget Jones" ou à un "
Le Diable s'habille en Prada", l'ouvrage manque de péripéties et de rebondissements, si l'on exclut, peut-être, le faux bond d'Alice au réveillon de Noël) et occulte un peu le décor de rêve que peut constituer Paris, capitale des amoureux, pour une telle histoire.

Alors, au final? Une lecture en demi-teinte: les trois premiers chapitres sont un peu lents, un peu trop psychologisants - et convenus quand il y a de l'action. Cela commence à rebondir au chapitre 4 - et là, on est un peu mieux accroché, jusqu'à la conclusion, attendue: si je vous dis que ça se termine par un mariage, ne venez pas me dire que c'est un spoiler. Tout au plus vous laissé-je la surprise de savoir quelle est la nature de la paire de jumeaux qui naîtra de leur union, après une gestation de 147 pages...

Catherine Siguret, Je vous aime, Paris, Fleuve Noir, 2006/Presses Pocket, 2008.
Lu dans le cadre du challenge "Chick Lit For Men". Je n'exclus pas de remettre ça en cours d'année.

Le site de l'auteur:
http://www.catherinesiguret.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires

windows 7 problems 13/09/2014 14:10

Oh! Great! This is certainly a better challenge than the ALC bucket challenge! Lol. After all this is going to serve a good purpose. Reading can improve your vocabulary immensely. You can always remain updated on several aspects too.

ta d loi du cine 29/01/2009 11:22

Bravo au pionnier des chroniques Chicken Lit for Men.

A part ça, j'avais lu l'an dernier "Enfin nue", un autre bouquin de Catherine Siguret, sous-titré "Confessions d'un nègre littéraire". Comment on le devient, et comment on le vit... J'avais pas pigé qu'elle s'en inspirait même pour romancer!

Daniel Fattore 29/01/2009 20:19



Merci beaucoup! Je me suis pas mal amusé à relever le défi. J'ai par ailleurs profité de noter la présence du témoignage "Enfin nue" de Catherine Siguret, qui doit être fort croustillant à lire.



Alex des Couassous 28/01/2009 11:29

Parce qu'il existe une "chick lit for men" ! Jusqu'où iront les éditeurs...

Daniel Fattore 29/01/2009 20:24


C'est l'objet du challenge: les mecs sont invités à lire, pendant l'année, un roman "pour filles" (chick lit). Tout est expliqué chez Calepin: http://romansetlectures.canalblog.com - si le coeur vous en dit, la porte vous est ouverte.

Quant à la chick lit pour mecs, cela s'appelle la "lad lit"; ses contours sont assez flous, mais on y classe apparemment, entre autres, Nick Hornby. J'ai envie d'y mettre également un roman que
j'ai lu il y a quelques années: "Franky Blue" - qui fonctionne un peu comme de la chick lit, mais perçu à travers les yeux d'un homme.


liliba 27/01/2009 21:23

..."propre à faire rêver dans les chaumières" : voilà ce que je retiens, non du livre, que je laisserai sans problème à tous ces messieurs de la chick litt (j'adore aussi le poulet !) mais de ton billet !!!

Daniel Fattore 29/01/2009 20:33


S'il n'y a que cela, je serai le plus heureux des blogueurs! :-)


Florinette 27/01/2009 20:42

Très bien résumé, c'est un livre à la limite du conte de fées, mais qui m'a fait passer un bon moment !

Daniel Fattore 29/01/2009 20:20


Fort agréable surtout, mais j'aurais attendu davantage de péripéties et de gags. Enfin, je ne regrette pas ma lecture. Merci de ton passage!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.