Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 21:01

Les disparitions d'enfants ont fait les gros titres de la presse ces derniers mois, notamment en Autriche. Sans doute sont-ce cependant les hasards du calendrier éditorial qui ont poussé les éditions Actes Sud à faire paraître, l'an dernier, une traduction de "Sans personne", roman de l'écrivain canadien Barbara Gowdy - qui évoque précisément un rapt d'enfant quelque part au Canada.

Thriller psychologique, promet l'éditeur. J'aimerais lui répondre que c'est quand même le côté psychologique qui domine l'aspect thriller, donnant à toute l'affaire un arrière-goût de téléfilm. Il n'y a guère de suspens, en effet, sur l'issue de l'histoire: on sait que Rachel, la fillette enlevée, sera libérée - reste seulement à savoir comment. Il n'y a pas non plus de coup de théâtre ou de retournement de situation spectaculaire, propre à rendre l'action palpitante. Ce qui est palpitant, en revanche, c'est bien sûr l'étude psychologique des personnages et l'affrontement des âmes.

Le lecteur est en effet invité à assister à l'évolution des personnages principaux, en particulier Rachel: comment vit-elle sa captivité? Ron, un homme apparemment bien sous tous rapports (comme souvent dans ce genre d'affaires) l'a séquestrée; il cherche à la séduire par des aspects matériels: sa collection d'aspirateurs, une jolie chambre, la force physique - qui emportera l'adhésion. Sa compagne Nancy, elle, jouera la séduction en essayant d'être la copine de Rachel - après être entrée dans le jeu à reculons, elle s'y livre sans retenue et révèle un pan peu reluisant de sa personne en p. 231. Dans un premier temps, ça marche mieux pour Nancy que pour Ron; ensuite, quand Ron gagne du terrain, Nancy la doucereuse, qui n'admet pas qu'elle ne pourra jamais enfanter, éprouve du ressentiment, presque de la jalousie envers Ron.

Du côté des gentils, on trouve Celia, la mère, chanteuse de bar. Le prière d'insérer évoque son sens de l'action; est-il réel? Certes, on la verra coller des affichettes et distribuer des tracts; mais ce n'est pas grâce à cela que Rachel retrouvera la liberté - mais bien par l'action de Ron, contraint au suicide après avoir commis le geste de trop. A côté de Celia, se trouve Mika, le propriétaire, qui entretient une relation plus qu'amicale avec sa locataire Celia.

Et c'est là qu'en filigrane, on a envie de lire le regard que l'auteur porte sur ses personnages masculins. Ron est le ravisseur, il se rend justice, la cause est entendue; mais Mika n'est-il pas trop poli pour être honnête? Tout au long du roman, on s'attend à ce qu'un coup de théâtre révèle un visage différent de ce personnage, que la police interroge de manière assez poussée, et que les ravisseurs dépeignent à la fillette comme une mauvaise personne. Ainsi, le lecteur ne pourra jamais avoir un attachement sans faille envers les hommes du roman.

Un curieux arrière-goût reste donc au terme de cette lecture où rien n'est épargné au lecteur, ni l'enfance difficile de Celia, ni celle de Ron, encore moins celle de Nancy... et où même un certain syndrome de Stockholm apparaît. On mentionnera aussi, pour mémoire, les rêves (fréquemment décrits) et les intuitions qu'ont (ou prétendent avoir) les personnages: Rachel est vivante, on le sent dans l'air du temps, etc. - une manière de dramatiser l'instinct parental et d'insérer un zeste de fantastique et de doute dans ce récit.

Barbara Gowdy, Sans personne, Arles, Actes Sud.  

Partager cet article
Repost0

commentaires

liliba 16/01/2009 15:14

Peut-être pour une lecture d'été, sur fond de piscine...

Daniel Fattore 19/01/2009 22:56


Pourquoi pas? Ca se lit quand même bien.


Alex des Couassous 14/01/2009 11:52

Des rêves racontés ? J'ai horreur de ça !
Je passe...

Daniel Fattore 14/01/2009 21:57


C'est des choses qui arrivent... ;-)


Bookomaton 13/01/2009 19:57

Hum, au vu de ce que tu dis + 4e de couverture, je passe mon chemin !

Daniel Fattore 14/01/2009 21:59


Pas cent pour cent convaincu, en effet - même si cet ouvrage n'est pas totalement dépourvu de mérite.

Si tu veux te faire une religion au sujet de ce livre, Amanda Meyre en parle également, ici:

http://www.amandameyre.com/list/devores/gowdy-barbara.html


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.