Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 20:53

Avec "Ruine", Alain Spiess a signé un roman bref aux phrases longues. Paradoxal? Pas tellement, nous allons le démontrer. Il y a en effet un côté "exercice stylistique" dans ce roman, qui relate la lente déconfiture de Sebain, assis dans un restaurant de standing face à un narrateur mal à l'aise - et ce côté aurait pu lasser, comme souvent dans ces cas-là, si le roman avait été plus long. La longueur des phrases de ce texte a une double fonction: d'une part, elle rappelle la lenteur du service (apparemment calculée) et la lenteur de Sebain en train de manger et de soliloquer (parfaitement calculée, elle). D'autre part, elle permet à l'auteur de ressasser à l'envi les quelques éléments qu'on trouve dans l'établissement, et de faire évoluer ses personnages et groupes avec une lenteur obsédante. Le système présente certes un inconvénient: à force de montrer des actions simultanées, l'auteur se trouve obligé d'user fréquemment d'adverbes tels que "tandis que", "pendant que", "alors que", etc.

Le côté obsédant des répétitions qui rythment l'ouvrage est particulièrement perceptible pour les éléments quasi immuables: la photo de la baleine échouée, ou le parfum entêtant de muguet de la jeune serveuse blonde aux seins engageants (fantasme classique!)... du moins jusqu'à ce qu'elle décide qu'il est l'heure pour elle d'arrêter son service. Les répétitions permettent, enfin, de rappeler au lecteur qu'il y aura une catastrophe finale; l'auteur entretient ainsi l'intérêt, et pousse le lecteur à vaincre la longueur de la phrase. Astuce efficace.

Passant d'une table à l'autre, d'un personnage à l'autre, l'auteur parvient à dire tout ce qui se passe, par bribes, en fonction des éclats (de voix ou autres) en provenance de l'une ou l'autre tablée, comme cela arrive effectivement dans un restaurant. Plus fort encore, l'auteur parvient à suggérer ce qui se raconte un peu partout, et à recréer ainsi, par éléments, des histoires plus ou moins suivies et des portraits plus ou moins ébauchés. Cela, sans recourir jamais au style direct, même à la table du narrateur: celui-ci n'est pas à sa place face à Sebain, et ne se gêne pas de le dire dans son récit; au restaurant, il fait de la figuration et se montre distrait, que ce soit par la décoration ou les seins de l'accorte serveuse blonde.

Et la fin surprend le lecteur: on se serait attendu à un paroxysme plus profond qu'un simple pétage de plombs par un Sebain devenu ivre de vins puissants et de calvados des familles, au terme de récits de guerre honteux racontés de manière hasardeuse en phrases alambiquées. Rappelons que Sebain souhaite liquider son affaire, et que le narrateur est l'émissaire de Catherine, repreneuse potentielle: des faits de guerre dont on n'est pas fier sont-ils rédhibitoires? Je dois avouer avoir eu un peu de peine à voir le rapport. Sans doute faut-il le trouver dans l'état de "ruine humaine" en cours de déliquescence qui est celui de Sebain dans l'ouvrage.

Déçu donc par la fin; mais je reste d'avis qu'il y a aussi du bon dans ce livre, essentiellement du point de vue stylistique. A vous de juger, donc!

Nota: j'apprends à l'instant que l'auteur est décédé le 30 juin 2008.   

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alex des Couassous 04/01/2009 19:15

Un exercice de style ? Je passe...

Daniel Fattore 04/01/2009 19:52


Pas de souci! J'espère vous proposer quelque chose de plus attrayant la prochaine fois.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.