Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 23:14

Donald Rumsfeld, vous connaissez? Un homme dont le nom de famille sonne comme un coup de tonnerre, et dont le prénom laisse imaginer quelqu'un d'aussi colérique qu'un certain canard... Le journaliste et écrivain américain Andrew Cockburn lui a consacré un ouvrage extrêmement fouillé, portrait à charge accablant, que les éditions Xenia ont publié dans une traduction française.

Dans quel domaine Rumsfeld s'est-il illustré? Son secteur d'activités le plus connu est sans doute la guerre d'Irak, précédée par de nombreux projets de réarmement organisés depuis la tête du Pentagone. Bureaucrate éloigné des préoccupations du terrain, il fait montre, selon l'auteur, d'une incompétence notoire, faisant acheter du matériel à la fois onéreux et inopérationnel.

Mais ce n'est pas dans l'armement que Donald Rumsfeld fait, si j'ose dire, ses premières armes, mais dans un produit que vous consommez peut-être tous les jours: l'aspartame. L'homme s'est en effet sucré avec cela, et Andrew Cockburn consacre tout un chapitre magistralement fouillé sur ce sujet. Donald Rumsfeld avait tout intérêt à pousser ce produit, dont les propriétés sont plus qu'intéressantes pour le commerce: ça sucre 200 fois mieux que le sucre, donc les possibilités, comme disait l'autre, sont inouïes. Mais voilà: les enquêtes officielles laissent entendre que l'entreprise productrice, Searle (dont la survie dépendait alors de la commercialisation de l'aspartame), a bâclé ses tests, faisant "ressusciter" des cobayes. Les essais officiels révèlent même que le produit est cancérigène... A force d'intrigues, cependant, l'aspartame sera commercialisée, entre autres sous les noms de Nutrasweet et de E951.

L'auteur présente donc un Donald Rumsfeld actif à la fois dans la politique et dans le privé, et n'hésite pas à mettre en évidence les liens que le notable américain tisse entre ces deux mondes, au risque de mélanger les genres - et l'aspartame n'en est qu'un exemple. Côté armements, Donald Rumsfeld est peint comme un personnage têtu, qui tient à ses idées même quand elles sont mauvaise, qui n'écoute guère la base... et paraît, au final, antipathique. Seuls les attentats du 11 septembre lui permettent de tenir un peu plus longtemps, et de se faire remarquer sur la scène internationale - à défaut d'avoir décroché la présidence des Etats-Unis, poste qu'il convoitait dans les années 1970 et dont il a dû faire son deuil. Dans ses errements, le "faucon" Donald Rumsfeld croisera à deux ou trois reprises un certain John McCain - qui, plus pragmatique, ne sera jamais son allié.   

Enquête à charge, donc, et - on en a l'impression - uniquement à charge? Peu d'éléments trouvent grâce aux yeux d'Andrew Cockburn, en effet - pour ne pas dire aucun. Sa force est cependant de s'en tenir aux faits, des faits dont il a connaissance grâce à la presse, à des documents puisés aux sources de la communication militaire américaine, voire auprès de témoins: homme de bureaux rigide qui aime à montrer qu'il est le chef, Donald Rumsfeld s'est fait peu d'amis au sein des militaires en uniforme, et l'auteur n'hésite pas à en écouter certains. Et le lecteur qui veut s'aventurer dans cet ouvrage devra s'attendre à arpenter les couloirs du Pentagone, voire à suivre des discours parfois fort techniques, toujours très détaillés, entre plans foireux et chers et intrigues de palais.

Andrew Cockburn, Caligula au Pentagone, Vevey, Xenia, 2006.

Partager cet article
Repost0

commentaires

liliba 18/11/2008 13:27

Intéressant, mais trop "livre de garçon" pour moi...

Daniel Fattore 20/11/2008 22:34



Je me suis fait un peu la même réflexion...



Thaïs 30/10/2008 20:31

Je ne lirai pas ce livre mais je trouve ce billet intéressant. Et à part, l'aspartam il a tâté de quoi cet homme ?

Daniel Fattore 01/11/2008 20:32


Bonne question! En lançant l'aspartame, il a sauvé la boîte qui l'employait comme patron... mais on a l'impression que tous les coups sont permis pour cela. Un peu sucré-salé, toute cette
histoire...
Sinon, il a tâté du Pentagone, il a même tâté de la politique, avec assez peu de succès cependant: s'il a souvent été nommé, il a rarement été élu. En particulier, les circonstances lui ont barré
la route à la présidence des Etats-Unis. Et le 11-Septembre lui a permis de rebondir pour un dernier tour de piste peu efficient (c'est peu de le dire!) à un moment où paraissait grillé.


Amaury Watremez 30/10/2008 16:07

Étrangement on parle beaucoup du lobby militaro-industriel aux Etats Unis, ce qui est bien certes, mais peu des connexions de ce lobby avec ces chers hommes politiques français. Celui qui est en ce moment à l'Elysée par exemple.

Daniel Fattore 01/11/2008 20:29


Cela pourrait effectivement faire l'objet d'un livre passionnant...
L'ouvrage de Cockburn, cependant, est totalement axé sur les Etats-Unis (et accessoirement l'Irak), et occulte la France - du reste, Rumsfeld n'y a pas été actif.
Merci de votre visite!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.