Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 21:16

Le vele par PiE81... découvrir la camorra: c'est ce que propose le best-seller "Gomorra", signé Roberto Saviano. Best-seller? Il s'en est vendu 1,2 million d'exemplaires, dans 43 langues. Un sort enviable pour un ouvrage, un peu moins pour l'auteur, qui vit sous protection policière depuis la publication de la version originale de son vaste reportage et envisage de s'expatrier. Salman Rushdie, dont la tête est également mise à prix, conseille à Roberto Saviano de bien choisir son exil...

Alors, "Gomorra", de quoi s'agit-il? Avec ce livre extrêmement dense où les révélations se succèdent à une vitesse effrénée, l'auteur réalise un double tour de force: donner un aperçu complet des activités de la camorra, ou mafia napolitaine, et dresser un tableau sociologique des populations des lieux. Les faits, les hommes, donc.

Les faits? Roberto Saviano ne fait pas dans la dentelle, si j'ose dire, et balance d'emblée au lecteur que la moindre chemise Valentino qui traîne dans ses placards peut le rendre complice. A ce titre, la visite guidée des ateliers de petites mains des quartiers populaires de Naples est édifiante. Les plus friands de potins sauront également, en lisant ces pages, d'où vient certain habit blanc porté par Angelina Jolie. Complicité également dans la description du traitement des déchets par la camorra, qui importe les poubelles de l'Europe entière pour les enterrer en Campanie - une Campanie qui, du coup, ne sait plus où mettre les siens.

Du côté des hommes, le lecteur sera épaté par tout ce que l'auteur est parvenu à voir, à entendre même. Sans doute a-t-il recouru à des méthodes similaires à celles de Günter Wallraff, auteur de "Tête de Turc", pour s'infiltrer dans des milieux normalement assez fermés, pour manger des pizzas avec de jeunes mafieux. Moyennant l'achat du MP3 d'un de ces jeunes caïds, il a même pu découvrir ce que l'on écoute quand on tue un rival ou un suspect. Plus attendu, le chapitre consacré à la faida de Secondigliano relate les règlements de compte entre le clan des Espagnols et celui des Casalesi; il permet de visiter le quartier défavorisé de Secondigliano, et tout ce qui peut se passer à l'ombre des "Vele", ces grands ensembles massifs et fascinants signés de l'architecte Franz di Salvo, emblèmes du bétonnage du territoire encouragé par le système, où vit une faune humaine des plus interlopes.

Il ventre par SuPerDraSMais, si fouillé soit-il, l'ouvrage de Roberto Saviano ne saurait être qu'une histoire de gangsters. Pourquoi tout le monde lui en veut-il à présent, les gentils comme les méchants? L'auteur parvient également à dégager un élément très important du "système": tout le monde en profite. Rappel des faits: le taux de chômage atteint 25% à Naples, et les emplois honnêtes ne rapportent que des clopinettes. D'emblée, Roberto Saviano relève donc que les emplois, honnêtes ou non, relatifs à la camorra sont certes plus exigeants, mais rapportent bien davantage. Trafiquant de drogue à Scampia est par exemple plus lucratif que traducteur à Pontoise... même si c'est plus risqué. Plus valorisant aussi, puisque la camorra sait récompenser son personnel (armes, mobylettes, etc.) Autant dire qu'en s'attaquant à la camorra, Roberto Saviano s'attaque au fonctionnement de toute une société. Certains camorristes n'hésitent pas, même, à avancer que c'est grâce à eux que l'Italie est à présent dans la zone euro...

A lire de toute urgence, donc, et à recommander même aux allergiques aux best-sellers. Mais je préviens: c'est du lourd.

Roberto Saviano, Gomorra, Paris, Gallimard, 2007.
Günter Wallraff, Tête de Turc, Paris, La Découverte, 1986.

Photo: les "Vele" de Scampìa. Flickr/PiE81/SuPerDraS

Partager cet article
Repost0

commentaires

pc windows xp 05/12/2013 12:54

Naples is a place which has long tradition and culture of heritage.I dream of visiting naples a atleast for once in lifetime.On may exploration journey I will include Naples as well.The smal fishing town is beckoning me.

Jean-Marc Laherrère 06/11/2008 09:52

C'est du lourd et indispensable. Mais je l'ai lu chapitre après chapitre, avec des poses pour respirer, et le dernier m'a littéralement séché.

Daniel Fattore 08/11/2008 17:24


A petites doses donc - c'est une bonne solution, même si certains chapitres, par exemple celui qui relate la faida de Secondigliano, sont longs. L'ouvrage est en effet assez rude.


Thaïs 26/10/2008 15:27

J'ai vu des extraits du film, jamais je n'irai voir cela ! c'est trop violent; Néanmoins, ce que tu dis du livre est tentant simplement pour savoir...Même s'il devait si attendre je trouve l'auteur très courageux.

Daniel Fattore 26/10/2008 19:50


Le livre est fort instructif, mais il y a aussi des pages poignantes, fortes, violentes même. L'auteur est effectivement courageux! Il balance sans se gêner, et argumente de manière solide et
impressionnante. Bonne lecture donc...


liliba 24/10/2008 14:16

C'est noté pour une prochaine lecture.

Daniel Fattore 25/10/2008 00:25


Plutôt deux fois qu'une, j'espère! Ce livre m'obsède à présent, et c'est un ressenti assez rare.


Aliénor 24/10/2008 10:35

Je n'avais jusqu'ici pas envie de le lire...maintenant oui.

Daniel Fattore 25/10/2008 00:26


C'est du lourd, et du bon. Si vous avez une opportunité, foncez - il me semble qu'il existe en poche, ce qui permet une découverte à moindres frais.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.