Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 20:52

sorbier.gifComment fonctionne un stagiaire amoureux? Telle est la question à laquelle s'efforce de répondre, avec un talent et un esprit certains, le petit roman "Le Stagiaire amoureux" de Thierry du Sorbier. Rapide rappel des faits: Amory est un stagiaire peu débrouillard, plumitif au sein de la rédaction d'un petit journal régional de province. A ce titre, l'incipit de ce bref roman est magistral: "Mais qui m'a trouvé un tordu pareil? Je dois vous dire une chose, Amory, corriger votre copie, ça donne l'impression de récurer des chiottes." Rien de tel pour vous camper un personnage.

Que faire avec un client comme cela? Impossible de le virer: il est pistonné. Le rédacteur en chef l'envoie donc dans un village où, preuves à l'appui, il ne s'est strictement jamais rien passé. On pourrait voir dans cet exil forcé (mais qu'Amory prend comme une promotion) une forme de voyage initiatique. Soit! Faisons-le. Comment Amory va-t-il réagir dans un tel patelin?

Il trouvera toujours quelque chose à raconter, débitant des articles entiers sur rien du tout, suscitant des avalanches de lettres de lecteurs favorables ou défavorables à sa prose. Mais voilà qu'une équipe de cinéma américaine débarque... des vedettes. C'est là que se noue le drame.

Le lecteur peut s'attendre, en effet, à ce qu'Amory réagisse comme un vrai journaliste, et saute sur le scoop afin de l'analyser sous toutes ses coutures. Il n'en sera rien: Amory préfère s'intéresser aux champignons de M. le Maire. C'est là que le rite initiatique prend un sens: l'aspirant journaliste ne réagit justement pas comme tel, ce qui le rend profondément différent. Le pire, c'est qu'il fait ce qu'on attend de lui: brasser de l'air plutôt que chercher l'information alors qu'elle est là. Autant dire que nous avons affaire au ravi de la crèche, plus proche de la vérité que d'autres parce qu'il regarde le monde avec un regard naïf plutôt que de sauter sur les choses à la mode.

L'ouvrage est par ailleurs traversé par le fromage: tous les villages évoqués portent le nom d'une gomme savoureuse, ce qui devrait donner faim à plus d'un. Mais l'un des détails les plus fondamentaux de ce roman reste le caractère irrémédiablement amoureux du stagiaire: dès qu'il rencontre une fille de son âge, il ne peut s'empêcher d'avoir un coup de foudre. Cela, avec le coup de coeur "à part" qu'il réserve à la standardiste de la réception du journal. Son exil initiatique à Saint-Paulin va le séparer de cette femme, et le jeter dans les bras d'une starlette hollywoodienne - une brève aventure qui lui vaudra les honneurs de la presse à scandale.

Et dès que Hollywood met les pieds quelque part, il faut un happy end conforme à ce que le public sent venir de manière énorme - et Thierry du Sorbier joue le jeu jusqu'au bout, avec une pointe d'humour. En effet, la standardiste tombe dans les bras de "celui qui a sorti une starlette hollywoodienne" au moment du générique de fin, avec les baisers passionnés de rigueur. Et par-delà ce happy end, on peut dire que l'épreuve initiatique est réussie... bien que d'une manière non orthodoxe. Alors, "Le Stagiaire amoureux", ouvrage plein d'une apparente légèreté, serait-il aussi un hymne à la différence? A vous d'en juger.

Thierry du Sorbier, Le Stagiaire amoureux, Paris, Buchet-Chastel, 2007.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Yv 05/10/2008 21:30

Désolé, pour ma part, je n'ai pas du tout aimé et je crois même avoir lâché avant la fin. Je sais c'est honteux, mais bon, on ne peut pas tout aimer.

Daniel Fattore 06/10/2008 20:33


Des goûts et des couleurs...! Pas de honte à avoir - les livres qui tombent des mains, ça arrive à tout le monde. Bonnes lectures à venir!


liliba 05/10/2008 15:10

Logique, non , que amours soit du féminin ?!

Ce livre me tente beaucoup, je le note.

Daniel Fattore 06/10/2008 20:35


Houm-houm!
Le livre est sympa, et rapidement lu. A ce titre, il est recommandable, en effet - fonce!


Thaïs 02/10/2008 08:14

Merci pour ces précisions. Je vais faire des progrès avec toi.:-)
et je m'aperçois que j'ai encore fait une faute dans le com, il faut vraiment que je fasse attention.
Bonne journée

Daniel Fattore 02/10/2008 22:20


Bonne journée, ou bonne nuit, à toi! Heureux d'avoir pu t'être utile.


Roxane 01/10/2008 14:59

Bonjour Daniel,


Vous venez de recevoir le prix : "J'aime ton blog" décerné par...moi.

Félicitations !

Roxane

Daniel Fattore 01/10/2008 21:51


Comme je vous l'ai dit chez vous: je vais m'en occuper incessamment... Merci beaucoup pour cette distinction!


Thaïs 01/10/2008 09:32

la couverture me fait un peu peur quand au contenu mais ton billet donne envie !
Heu je m'adresse au pro en orthographe : pourquoi ne dit-on pas les amours hollywoodiens ?

Daniel Fattore 01/10/2008 21:51


Ah, les couvertures embarrassantes! Le gros coeur rouge doit être le bandeau; de mon côté, j'ai eu en main un livre tout gris, très discret.
"Amour" au féminin? Tout comme "délices" et "orgues", "amour" devient féminin quand il est au pluriel. En notant par ailleurs que "orgues" ne devient féminin au pluriel que s'il ne désigne qu'un
seul instrument, p. ex. les grandes orgues de la cathédrale de Lausanne.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.