Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 19:42

C'est l'histoire de Marc Bonnet... non.
C'est l'histoire d'Alban Moulin... non plus.
C'est l'histoire des deux.

Avec "Le Monologue de la chaise vide", l'écrivain stéphanois Antoine Geraci signe sans doute l'un de ses romans les plus forts, tant au point de vue du travail littéraire que de l'impact qu'il peut avoir sur le lecteur. L'histoire tient en peu de lignes: un brillant physicien subit un traitement psychiatrique à la suite d'un accident de voiture ayant coûté la mort d'une de ses connaissances. Le récit suit l'évolution des pensées du patient, en un monologue où le cri côtoie le murmure.

Le lecteur est donc parachuté dans l'univers mental du personnage, mais aussi de son double, puisque le narrateur semble avoir acquis la personnalité d'un autre, d'un criminel. Celui-ci se lance dès le début par une confession de sa vie, commençant par la chose la plus évidente qui soit: "Je suis né!" Une naissance qu'il ne manquera pas de rappeler... le ressassement va ensuite prendre la forme d'une série d'objets et personnages récurrents, que l'on peut voir sur les cases noires du damier qui occupe la première page de couverture du livre: un chat, un sapin, une maison en feu, des femmes agressées. Tout cela se répète en un cortège délirant: sans cesse, le narrateur ressasse le même scénario avec les femmes qu'il assassine, et à chaque fois, le sang coule.

Et peu à peu, apparaît un deuxième personnage. Difficile de dire d'emblée qu'il occupe le même cerveau: le narrateur le présente comme un élément étranger nommé Alban Moulin, auquel il fera d'abord lâcher prise en lui plantant une fourchette dans la main. Le lecteur se dit peut-être, à un moment donné, que le patient est soigné dans de bien piètres conditions; peut-être s'est-il attaché à Marc, personnage unique, psychopathe fini, qui est finalement sur la voie de la guérison, au gré des questions que lui posent "les Blancs", c'est-à-dire les psychiatres. L'auteur sait dévoiler ses cartes avec lenteur...

Et peu à peu, Alban Moulin prend forme. L'un des éléments caractéristiques de cette évolution est l'apparition, dans le texte, de paragraphes tirés de livres de physique - celle-ci occupant, sur la page de couverture, les cases blanches du damier. S'appuyant littéralement sur la "chaise vide" du titre, s'adressant à elle, Alban Moulin reprend peu à peu le dessus; lorsqu'on lui demande son identité, en particulier, elle lui vient de manière de plus en plus naturelle, et surtout de plus en plus longue, avant que Marc Bonnet ne reprenne le dessus et n'embrouille les cartes. A coups de points de suspension ou d'exclamation, l'auteur dépeint cette bataille de deux âmes pour la domination d'un esprit avec un brio certain.

Enfin, il faut bien une fin cyclique à un tel ouvrage, puisque parfois, les esprits tournent en rond à défaut de tourner rond - c'est du reste le cas avec les ressassements narrés au fil de cette soixantaine de pages.

A noter que "Le Monologue de la chaise vide" a été adapté au théâtre (photo tirée du spectacle), avec Alain Besset dans le rôle principal.

Antoine Geraci, Le Monologue de la chaise vide, Groslay, Ivoire-Clair, 2004.

Partager cet article
Repost0

commentaires

liliba 24/09/2008 21:36

Je ne connais pas du tout, mais ne saurai passer à coté.
Cher Daniel, vous êtes un terrible agravateur de LAL !

Daniel Fattore 24/09/2008 21:42



Je devrais demander des royalties aux éditeurs... ;-)
Celui-ci est chaudement recommandable, de par sa force! Il est paru chez un éditeur d'importance régionale, actif dans la Loire. Je vous souhaite une bonne lecture!



Fantasio 14/09/2008 09:41

J'ai beaucoup aimé ce livre fou, logique et terrible. Je dois l'avoir encore dans un coin. C'est un roman à relire. Du même auteur je conseillerai "Le Géomètre et le notaire", petit livre très réjouissant.

Daniel Fattore 16/09/2008 22:17


"Le Géomètre et le notaire" est le premier livre que j'ai lu d'Antoine Geraci, et c'est celui qui m'a permis de faire connaissance avec l'auteur! Effectivement, c'est un livre réjouissant et
(presque) immoral, que j'ai adoré. J'ai aussi un certain souvenir de "Que veux-tu qu'on fasse du corps", déjà plus amer, ou de l'intrigant "Silènos", qui aborde aussi le thème d'un corps (en
l'occurrence celui d'un vestige de statue grecque) hanté par l'âme d'un autre. C'est en effet un auteur à découvrir!


Filleke 12/09/2008 15:18

Mais !! Je ne connaissais pas !! Et bien sûr, vous tentez ma lecture. Hop, encore une fois après vous avoir lu, je file à la librairie. Je vous rapporte quelque chose ?

Daniel Fattore 16/09/2008 22:36


Aeuh... un bon livre, peut-être? ;-)
Reste qu'Antoine Geraci écrit des livres excellents... je le suis depuis plusieurs années, avec délices. D'avance, bonne lecture!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.