Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 22:49

calvados par globevisionsIl y a quelques jours, j'avais publié une chronique sur un roman campé en Normandie, où l'alcool semblait mener les affaires... voici à nouveau un sonnet, fruit de mes réflexions embrumées, autour d'un breuvage qu'on nomme Calvados. A noter qu'en l'écrivant, je pompais un Calva de facture artisanale dont on sentait bien les degrés. Miam!

Calvados

-En as-tu, mon ami, de ce bon digestif?
Celui-là que l'on sort de la chair d'une pomme?
Tu le sais: le calva sait chauffer un coeur d'homme:
Il enflamme et nourrit tout ton sang d'un feu vif.

- En veux-tu, mon très cher, même en apéritif?
Tu prendras du meilleur; ce n'est pas de la gomme!
Tout ce jus des vergers s'aidera d'une tomme
Pour donner à ton air fières joes, rouge pif.

Les Normands ont touours distillé le fruit d'Eve.
Pour un jus savoureux à Paris l'on endêve
D'ignorer le mystère ô combien convoité

Qui permet d'aprécier le fameux Cavados.
Gare à qui souhaitera divulguer le secret:
Le curieux, tu le sais, tombera sur un os!

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Textes originaux
commenter cet article

commentaires

Aliénor 10/09/2008 10:45

Auriez-vous également en réserve un petit texte sur le cognac ? J'ai une préférence pour ce breuvage.

Daniel Fattore 10/09/2008 21:53


J'y pense, j'y pense! Mais je suis moins connaisseur de cognacs.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.