Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 20:30
Qu'on le sache: depuis plus de quinze ans, je résiste à toutes les pressions tendant à me faire acheter un téléphone portable - je ne suis pas copain avec Mobilou, et c'est un doux euphémisme. Autant dire que je n'ai pu qu'être attiré par l'ouvrage "Le Dossier noir du portable", signé de l'avocat Richard Forget et paru en 2006.

Avec un titre pareil, l'auteur annonce clairement la couleur: son ouvrage est une enquête à charge, ambitionnant de présenter à ses lecteurs tout ce que le téléphone portable peut avoir de dangereux. Certaines pages sont assez virulentes, ce qui tranche avec la présentation très sérieuse et modérée que l'auteur en a faite chez Ruquier au moment de sa parution.

Tout cela commence comme un roman - une option sympathique de la part de l'auteur, mais malheureusement peu suivie au fil des pages: l'avocat reçoit la visite de deux représentants de l'association Priartem, critique face au téléphone portable et aux antennes. Il choisit de les défendre face aux juges et, béotien en matière de technique, décide de se renseigner. Sa compagne devient peu à peu aussi convaincue que lui, voire plus, ce qui donne de jolies pages de recherches à deux voix.

Donner la forme d'un roman au début du livre est une bonne idée: l'auteur choisit d'aborder en premier les questions techniques. Il démontre ainsi que les ondes des téléphones portables et celles de votre four micro-ondes sont parentes, et que les technologies utilisées ont été abandonnées par les armées... parce qu'elles étaient malsaines pour les militaires de carrière. Les cas des antennes sont abordés, et illustrés par l'affaire Nadine Jeanjon (agricultrice qui voit tous ses poussins crever dans l'oeuf depuis qu'on a installé une antenne près de chez elle) et l'affaire de Saint-Cyr-l'Ecole (cancers chez des enfants).

Richard Forget présente également des rapports volontiers occultés parce qu'ils mettent en avant le caractère potentiellement dangereux des ondes utilisées pour faire fonctionner les portables. "Le dossier noir du portable" est bien étayé, et met aussi en évidence les collusions d'intérêts touchant certains chercheurs tendant à minimiser les risques. Jouer à se faire peur? De telles recherches, et les pressions exercées sur certains scientifiques, tendent à mon avis à démontrer qu'il y a anguille sous roche.

Je dois dire que j'attendais Richard Forget au tournant en ce qui concerne les aspects sociaux, qu'on oublie volontiers, mais qui ont été abordés par ailleurs dans un bref texte paru dans le livre collectif "La Tyrannie technologique". Eh bien... l'auteur ne les oublie pas! Il rappelle que la recherche du coltan, matériau indispensable à la production de ces appareils, est à l'origine de guerres civiles et de la disparition de gorilles en Afrique; il évoque les sonneries intempestives, les conversations indiscrètes, les possibilités de flicage qu'offre un appareil qu'on peut localiser en permanence même s'il est éteint, etc.

Fort complet donc, l'ouvrage est celui d'un homme étonné par l'étendue de la cause qu'il s'apprête à défendre, et qui est de plus en plus conquis par celle-ci. Avocat, juge, partie? L'homme sait en tout cas intéresser son lectorat grâce à des chapitres brefs. Un regret? L'ouvrage ne présente pas de bibliographie structurée. En revanche, il renvoie notamment au site Internet http://www.next-up.org, très fouillé et spécialisé dans les risques liés à la technologie.

Regards critiques sur le téléphone portable:
Richard Forget, Le dossier noir du portable, Pharos/Jacques-Marie Laffont, 2006.

Collectif, La tyrannie technologique, L'Echappée, 2007.

Versant plus cocasse:
Phil Marso, Tueur de portable sans mobile apparent, Mégacom-Ik, 1999.

Phil Marso est le créateur de la journée mondiale sans portable, fixée au 6 février.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Philippe 05/02/2009 00:09

Petite réponse à Kami,

ma soeur est décédée à 53 ans (et pas 92 ans...) d'un cancer aux bronches faisant suite à une tumeur au cerveau.

Elle s'était remise de l'opération au cerveau et se croyait protégée en utilisant un kit mains libres, le portable étant donc au niveau des bronches ...
Elle ne sentait pas les ondes du portable, moi si.
Pour ma part, j'ai téléphoné 4 ou 5 fois avec le portable d'un autre, quelques minutes à chaque fois.
La dernière fois, j'ai eu mal à l'oreille gauche pendant deux semaines.
Je ne peux plus téléphoner avec un fixe de cette oreille.

Philippe

Daniel Fattore 05/02/2009 21:41


Aïe - toute ma sympathie.

Quant au portable, ça me fait drôle d'en utiliser un - tant il est rare que je m'en serve. Mais même sans cela, tout le monde baigne dans un jus d'ondes dont on ne sait trop quels sont les dégâts
qu'il peut engendrer. C'est justement à cause de cela que Bouygues devra démonter ses antennes: principe de précaution.


Pollux 02/10/2008 20:19

C'est marrant de tomber sur cet article aors que j'ai entendu parler tout à l'heure de ces opérateurs condamnés à démonter leurs antennes...

Et bien j'ai un portable mais je suis loin d'y être accro... A vrai dire, il ne sonne jamais et je m'en sers excessivement peu... Mais je suis un peu addict à la technologie alors...je m'promène avec...

Cela dit, j'ai bien peur que l'avenir nous réserve plein de mauvaises surprises du même style que l'amiante...

Daniel Fattore 02/10/2008 22:22


Je n'ai tout simplement pas de portable, ça fait des années que je fais de la résistance... Et en effet, on risque de se retrouver avec de sympathiques joyeusetés dans quelques années, faute
d'avoir bien prévu le coup. Notez qu'en Finlande, il n'y a même plus de cabines téléphoniques: tout le monde au portable!


Kami 13/09/2008 18:09

J'ai déjà fait mon deuil savez vous. Je mourrais d'un cancer de la tête à 92 ans, c'est écrit.

Daniel Fattore 16/09/2008 22:24


... deuil du portable? Deuil de la vie sans portable? A vous de choisir... et, finalement, à vous de choisir le goût de votre cancer - si vous me permettez cette once de cynisme. Je pourrais être
copain avec celui du poumon parce que rien ne vaut un bon petit Cohiba, avec celui des voies digestives sous toutes formes parce que quand même, un petit Côtes du Forez, y'a que ça de vrai, etc.
Arriver à 92 ans, pourquoi pas - pour autant que même à cet âge avancé, je pourrai lire les mille et une surprises de la rentrée littéraire.
Merci de votre visite! Je m'en vais explorer votre blog à mon tour.


sybilline 10/09/2008 09:22

Comme dit Fantasio, tout dépend de l'usage que l'on fait de cet insrument qui peut aussi bien sauver des vies (cas de personnes égarées en forêt...) que la ruiner (excès d'ondes à tout le moins douteuses..). Toute invention a son côté clair (un petit message d'encouragement peut être si bienfaisant) comme son côté obscur ( être enfermé dans sa bulle gsm comme d'autres le sont dans leur bulle mp3)

Daniel Fattore 10/09/2008 21:54


Pas faux - même si cela ne va pas me faire basculer dans le camp des porteurs de portables. Le tout serait au moins de faire en sorte d'en réduire les nuisances techniques au minimum, sans oublier,
en effet, l'aspect social.


Hussard 82 08/09/2008 13:50

c'est génial que vous n'ayez pas de portable !
je trouve cela courageux en 2008.
très drôle que vous vous remettiez à parler de ça, après le lien que j'ai mis sur mon avant dernier post, une satire de la téléphonie mobile datant de 1993.
bien à vous

Daniel Fattore 08/09/2008 22:49


... oh, je vais aller voir ça sans plus tarder! Mais effectivement, je résiste encore et toujours. J'ai d'autres personnes qui font de mêm dans mon entourage, mais ce sont en principe des gens plus
âgés. Et j'ai également subi des pressions pour adopter mon petit Mobilou à moi. Je résiste, encore et toujours. Et vous-même?


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.