Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 21:14

... quand on est un lecteur tout à fait ordinaire, qui se tient au courant mais n'est jamais sûr de son coup. On sait pertinemment que chaque rentrée littéraire est un événement majeur de la vie du livre francophone; on oublie rarement que du coup, il s'agit d'un moment essentiel pour le lecteur désireux de nourrir sa pile à lire (PAL) de la meilleure manière possible. De manière parfaitement subjective, voici quelques ficelles pour ne pas vous perdre dans ces forêts vierges infranchissables qu'on appelle les libraires.

1. Souvenez-vous des anciens. Il est plus que probable que ceux-ci, tout d'un coup, soient balancés en pâture au public à la période où les écoles reprennent leur activité. Peut-être les a-t-on ménagés autrefois? Mais une fois ou l'autre, il leur faudra bien entrer dans l'arène au moment le plus couru de la saison... au risque de passer parfaitement inaperçu dans la foule des combattants que vous avez découverts et appréciés. Cet inaperçu, ami lecteur, c'est à vous de le retrouver.

2. Interrogez votre libraire. Celui-ci n'a certes pas tout lu. Mais peut-être peut-il vous mettre sur la voie du livre indispensable que vous avez depuis longtemps dans le collimateur. Un exemple? Cela fait un petit moment que je recherche "Qui comme Ulysse", le dernier opus de Georges Flipo - et, seul, je ne suis pas parvenu à mettre le grappin dessus. J'interroge donc le libraire. Celui-ci ne trouve rien au rayon littéraire, va donc se renseigner au rayon voyages... ce qui lui permet de déposer, entre mes mains ravies, l'ouvrage en question. Dans la foulée, je recommande à la libraire un autre titre de l'auteur, en lui souhaitant une bonne lecture.  Il convient de ne jamais oublier qu'un ouvrage non exposé n'est pas forcément un ouvrage absent du stock. De mon côté, reste à lire le livre de Georges Flipo...

3. Passez commande. Vous avez repéré un ouvrage absolument fabuleux de la rentrée, par exemple dans la liste fort nourrie et commentée que produit Evene, année après année? Votre librairie ignore jusqu'à l'existence de ce truc? Secouez le cocotier. Pour peu que vous lui donniez des coordonnées précises, l'auteur vous en sera reconnaissant, le libraire aussi (avec les marges qu'il prend! Sans parler du distributeur...) et, avec un peu de chance et de flair, vous serez le plus heureux des lecteurs. Après tout, un livre qui n'est pas en stock, ce n'est pas un livre inexistant. Il me faudra procéder ainsi, en ce qui me concerne, pour un des opus de Rufus, sorti lors d'une des rentrées littéraires passées, et dont la thématique repose sur le téléphone portable et ses nuisances.

4. Contactez l'auteur. Les libraires sont costauds, et ils sont parfois susceptibles de miracles. Reste qu'ils n'ont pas forcément de pouvoir face à ce monde difficilement chiffrable et cernable qu'on appelle l'auto-édition et la micro-édition. Il paraît qu'il recèle des perles. A vous de gratter! L'Internet peut s'avérer un auxiliaire précieux pour dénicher les émules de Joseph Ouaknine.

5. Préparez-vous au printemps. C'est à cette saison que naissent les buzz, tout petits, tout discrets. Ce faisant, vous aurez l'honneur absolument insignifiant et essentiel de pouvoir dire, à la Toussaint: "Ce bouquin, je l'avais repéré à Pâques!". Peut-être vous sentirez-vous un peu comme le confiseur qui prépare les lapins de Pâques en chocolat en juillet de l'année précédente; qu'importe! Votre plaisir de lecture peut être à ce prix.

6. Préparez-vous à l'été. C'est à cette saison que le buzz devient audible, débarrassé des scories qu'il véhicule au printemps: l'été, c'est bien connu, tout le monde est en vacances. Les infos qui circulent en juillet et en août sont donc essentielles à votre rentrée, d'autant plus que personne n'est là pour les recueillir. Et puis, vous avez alors le temps de découvrir tranquillement les bonnes feuilles et de faire votre choix sur pièces.

7. Achetez, louez, empruntez. Lapalissade? Oui: il faut se procurer l'ouvrage de vos rêves avant de le...

8. Lire. Là, vous êtes arrivé au moment où l'écrémage produit sa quintessence. Ne laissez à personne d'autre que vous le plaisir de faire le tri. Certains blogueurs soutiennent que 90% de ce qu'on produit à la rentrée littéraire relève de la "bouse"; si l'on admet que c'est vrai (ce qu'à Dieu ne plaise!), reste qu'avec les 10% restants, il y a encore de quoi lire pendant toute une année, et largement! A ce moment, pour paraphraser Pepsi-Cola, que votre goût décide - seul celui-là, éminemment subjectif, permettra de faire le tri. La rentrée offre un choix suffisant pour que tout le monde y trouve son compte.

9. Ne pas prendre tout cela au sérieux. Après tout, vous êtes maître de votre PAL, et je n'ai de conseils à donner à personne... en revanche, peut-être en avez-vous à donner au modeste blogueur que je suis? En tout cas, bonne lecture et bien du plaisir.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article

commentaires

Quichottine :0010: 18/09/2008 16:37

Vous avez raison, Daniel...

(d'avoir mis Georges Flipo dans votre PAL... Je sais que c'est le genre de chose absurde à dire parce que ce n'est pas parce qu'on a aimé un lire que les autres vont l'aimer...)

En tout cas, j'ai une pile impressionnante de livres à lire et je ne sais pas comment je vais arriver à tout faire.

Si je vous dis que je ne tiens pas forcément compte des avis des autres... mais que, par contre, j'aime retrouver dans un livre l'humour et le style que j'ai découvert et apprécié sur le blog de son auteur, je crois que vous comprendrez mieux certains de mes coups de coeur.

Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans vos prochaines lectures.

Daniel Fattore 18/09/2008 20:54


Moi non plus, je ne sais pas comment je vais faire un sort à ma pile de lectures: il y en a bientôt jusqu'au plafond... J'essaierai cependant encore de suivre les "écrivains blogueurs" - y compris
les vôtres!


Thaïs 07/09/2008 20:53

Histoire de compléter l'éducation de marco, il y a aussi LAL, Liste à Lire et la différence avec la PAL ? Si j'ai tout compris la PAL tu as les livres physiquement qui s'empile alors que LAL c'est juste une liste de livres à lire. Donc généralement on prend dans sa LAL pour alimenter sa PAL et on se sert dans sa PAL.
Verstanden ?
J'ai vu d'autres sigles mais je ne sais plus lesquels...:-)

Daniel Fattore 07/09/2008 21:30


Ce sont effectivement les acronymes les plus usuels, et c'est bien comme toi que je les ai compris. Ma LAL prend la forme d'un petit carnet fort usagé à force d'être trimballé et feuilleté dans les
librairies d'ici et d'ailleurs.
Et le problème de la LAL, c'est qu'elle ne suffit pas à cadrer le lecteur compulsif, qui recherchera les ouvrages de sa LAL afin de nourrir sa PAL, mais n'hésitera pas à se procurer un livre qui
n'y figure pas, si affinités.


Thaïs 07/09/2008 17:03

Bravo pour ce billet à la fois plein de bon sens et d'une justesse. Tu as bien raison et il ne faut pas oublier que PAL veut aussi dire Plaisir A Lire...
Au fait Marco quand j'ai découvert les sites littéraires il n'y a pas longtemps, c'est la première question que j'ai posé en commentaire à MarcF je crois, qui m'a gentiment répondu. J'avais l'impression de poser une question d'extraterrestre :-(

Bon Daniel, il n'y a plus qu'à pour Georges...

Daniel Fattore 07/09/2008 20:05


"Plaisir à lire"... je la retiens, et avec plaisir! La mienne croît et se multplie... Georges Flipo a toujours fait figure, pour moi, d'écrivain introuvable: déjà lorsque j'ai demandé "Le Vertige
des auteurs" à un libraire, celui-ci l'avait bien dans son ordinateur... mais n'arrivait pas à le trouver dans l'assortiment. Finalement je suis tombé dessus tout seul et tout par hasard.

Enfin, merci pour les compliments!


Marco 07/09/2008 12:03

Billet très rafraîchissant, Daniel, surtout dans notre contexte morose où il n'est généralement question que de plans marketing et de perles égarées dans la masse; et billet très instructif: j'ai enfin appris, entre autres, ce que signifiait exactement le sigle barbare PAL (je n'ai jamais osé posé la question aux gens d'internet qui comparent leurs PAL toujours plus impressionnantes), merci donc aussi pour ton sens pédagogique :)
PS: j'ai hâte de voir ton avis sur le "Qui comme Ulysse" de G.Flipo.

Daniel Fattore 07/09/2008 20:07


Merci, et heureux d'avoir pu apporter ma pierre à l'édifice!
Quand on achète un livre en vue d'une lecture différée, devrait-on dire qu'on l'empale? "Qui comme Ulysse" est à présent de ceux-là... je me réjouis de l'attaquer, mais la file est longue.
Quant au contexte morose, tu ne crois pas si bien dire: certains journalistes considèrent que la rentrée littéraire 2008 n'est pas joyeuse du tout, vu les thèmes retenus par les éditeurs et
les écrivains.


Sabine 07/09/2008 00:49

Bonsoir, Daniel !

Je viens pour ma part d'acheter "Les mains gamines" d'Emmanuelle Pagano, chez P.O.L.

Tout un dossier lui est consacré dans le dernier "Matricule des anges" - ça m'a donné furieusement envie de la lire.

Daniel Fattore 07/09/2008 20:08


Emmanuelle Pagano a son propre blog; pour ma part, j'ai encore, dans ma pile, son roman "Les adolescents troglodytes". Que des titres intrigants: j'aime beaucoup le titre "Les mains gamines". Bonne
lecture donc!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.