Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 21:00
Writing HaikuEncore le fruit d'un jeu d'écriture - mais comme un seul haïku, c'est court, nous avons été invités à en pondre dix, rien de moins. Tout cela m'a permis de toucher à un genre nouveau, en espérant que je ne suis pas totalement à côté de la plaque. Voici donc le fruit de mes cogitations - puisqu'il a sauté du site http://www.oniris.be pour d'obscures raisons, je reprends ces textes ici. Bonne lecture! Vos avis sont les bienvenus, tant du point de vue de la forme que du fond. D'avance, je vous en remercie.



Le zizi stridule

Et les oiseaux zinzinulent.

Mais quel bizarre zoo !

 

Toute carapace

Demande un rossignol, passe-

Partout, clé du cœur.

 

Les uhlans hardis,

Face à des bachi-bouzouks,

Perdent leurs moyens.

 

Bijou d’amertume

Tout comme fibule d’or

Fichée dans mon cœur.

 

Un noyau d’abricot

Ne prend jamais le métro,

Sauf quand il fait chaud.

 

Valser, perdre haleine ;

Pas de danse à trois temps pleins :

Le bonheur à Vienne.

 

Oaristys chic,

Cupidon bande son arc :

Proche est le baiser.

 

Un amour sans tête,

Folie toute de raison :

Un amour s’entête.

 

Mètres se succèdent,

Milliers de coureurs derrière :

Marathon gagné.

 

Bouglione au printemps,

Rhynchotes volant : un clown

Pleure doucement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Bonsoir,

Je reviens vers vous au sujet du concours des éditions Liroli: une de mes compositions a été sélectionnée pour faire partie de ce recueil qui devrait sortir ce mois (88 auteurs, 88 compositions).

Merci pour cette suggestion sans laquelle je n'aurais pas tenté l'aventure.
D

Mais c'est formidable! Toutes mes félicitations - et heureux d'avoir pu vous rendre service. J'ai quant à moi laissé passer les échéances... hélas. Si je me procure le livre, j'aurai plaisir à vous
y lire.


S
J'avoue tout ignorer sur le haïku, mais les tiens m'ont paru tantôt franchement drôlatiques, tantôt d'une grande sagesse .
Félicitations pour cet exercice dans lequel je ne me risquerais pas
D

Je pense qu'il y faut pas mal d'exercice - cette première série a donc ses limites. Mais au contraire, essaie! L'un des commentateurs d'ici, Chris, en connaît un rayon; son blog est spécialisé dans
le domaine.


C
Merci pour le lien sur l'éditeur Iroli. Leur projet est une très bonne idée.

Bonne soirée.
D

Je vous en prie! Si vous jouez leur jeu et que votre texte est publié, faites-le moi savoir: j'aurais plaisir à vous lire de cette manière.
Bonne soirée à vous!


C
Bonsoir,

De nombreuses analogies ont été utilisées pour décrire le haïku, et celle-ci en vaut une autre. J'utiliserais personnellement l'image du court métrage (j'adore quand même Garfield et Calvin et Hobes).

La rime n'existe pas dans la poésie japonaise en général: cela est sans doute dû à la structure de la langue même (SOV). De plus la brièveté du haïku rend secondaire cet élément.

D'autres figures de style que la métaphore sont possible, comme la comparaison ou les néologismes...

Nonobstant le fait que le genre et nombre n'existe pas en japonais, l'utilisation du terme haikai en tant que pluriel me paraît acceptable : l'étymologie du terme pourrait signifier en un sens "réunion de haikus".

Le kigo, ou mot de saison peut être explicite (désignation express) ou évocateur. Il n'est pas obligatoirement un mot de la nature: la vie humaine recèle des mouvements cycliques qui révèlent la saison, comme la rentrée scolaire par exemple. Dans une acceptation stricte, il serait en général "validé" par la tradition (cad inséré dans un éphéméride poétique) pour pouvoir être utilisé. Mais le haïku moderne est sans doute plus souple.

Si cela vous intéresse, vous pouvez vous reporter à mon article sur le kigo dans 575 - Revue de haïku en ligne.

Amitiés.

PS: je crois que le caractère de haïku ou non ne disqualifie en rien la qualité d'une composition. J'ai apprécié vos poèmes et serais curieux d'en lire encore.
D

Merci pour ces précieuses informations, ainsi que de vos encouragements! Je ne connais pas grand-chose à ce genre poétique, donc c'est un vrai apprentissage pour moi. Je m'en vais donc me référer
avec profit à la revue "575" que vous évoquez.

Quant au haïkus/haïkaï, je pourrais avoir envie de remettre ça. Saviez-vous que l'éditeur "L'Iroli" lance en ce moment un appel à haïkus sur l'enfance? Cela se passe ici: http://www.editions-liroli.net.


C
Bonjour,

Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je vous présenterais quelques observations.

L'influence de la poésie occidentale me semble encore prégnante dans vos compositions de droite. Il manque pour certaines un mot de saison.

Celles de gauche penchent plus vers le senryu (la version humoristique, satyrique du haïku).

Il est à noter que la rime et la métaphore sont exclues dans le haïku

PS: "haïkai": le terme faisait à l'origine référence au haikai no renga, un genre de poésie populaire. Son sen a aujourd'hui été généralisé pour tout ce qui concerne le haïku et associé, notamment en France.

PS2: attention! Le japonais contenant beaucoup d'homophones, le lien avec le haïkai du karaté me semble peu probable: dans mon dictionnaire, je trouve ainsi 4 haïkai avec des caractères différents (kanjis).
D

Bien au contraire, dites seulement! C'est précieux...

Je ne connais guère que les éléments formels du haïku, et vu sa brièveté, je vois cela comme quelque chose d'aussi fulgurant qu'un strip de Garfield (désolé du côté trivial de la comparaison, très
occidental...) J'ignorais qu'on bannissait la rime et la métaphore - merci, donc, de ces informations, de cette leçon même! Et merci, aussi, pour les nuances entre haïku et senryu... Encore quelque
chose que j'ignorais.

En tout cas, merci de tous ces éléments!

En ce qui concerne le terme de "haïkaï", enfin, je le retiens et l'utilise personnellement comme simple pluriel de "haïku". Est-ce une simplification abusive, ou est-ce acceptable?

Le "mot de saison" doit-il être, par ailleurs, la désignation expresse d'une saison, ou simplement d'un mot évocateur de celle-ci?


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.