Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 20:41

... ou plutôt tout près de l'Alpe d'Huez, et pas en cyclisme, comme le titre pourrait le laisser entendre. J'ai en effet profité d'un petit week-end de libre pour aller participer à la dictée de La Garde en Oisans, organisée et rédigée par l'ancien Dico d'Or Jean Chalvin. Un auteur malicieux qui n'hésite pas à jouer avec les mots pour mieux balader ses candidats. Il m'a fait trébucher cinq fois... mais cette fois, c'est moi qui ai rendu la meilleure copie. De bon augure pour la fin août?

L'événement a eu lieu dans un charmant hôtel du village, à l'enseigne de "La Forêt de Maronne". Pas le temps de plonger dans la piscine de l'établissement, cependant: très vite, la quarantaine de candidats (surtout des candidates, en l'occurrence, et majoritairement des gens du village ou du département) s'est concentrée sur ses copies. La dictée abordait le thème du "coq", qui constitue l'un des symboles du village. L'occasion de jouer fréquemment avec les mots, entre coquecigrues et autres actes de "côcher" - le fait, pour un coq, de couvrir une poule. Reste que l'oiseau ne risquait pas d'attraper la grippe aviaire (virus H5N1, également présent dans le texte!), puisque l'auteur évoquait plus particulièrement... le coq du clocher du village. A noter, enfin, que les "piqués de la pédale" n'ont pas été oubliés par l'auteur de la dictée.

Sympathique ambiance donc... et les joutes se sont prolongées par un test sur les noms de vents, ainsi que d'un autre exercice ô combien périlleux sur l'histoire du Daupiné, concocté par Monsieur le Maire en personne. La méthode aléatoire qui fut la mienne m'a permis de glaner sept pauvres bonnes réponses sur 30 questions... il faudra que je replonge dans mes livres d'histoire! Si j'osais un mauvais jeu de mots, je dirais que c'est comme cela qu'on produit le "gratin dauphinois"...

Et les prix de cette étape de montagne (1450 mètres d'altitude quand même)?
Notons que cette année, les catégories furent nombreuses, entre les prix du fair-play et d'autres éléments aussi originaux qu'un prix de calligraphie. Un diplôme a été remis aux lauréats, ainsi qu'un cadeau en forme d'Opinel - d'anciennes séries limitées, d'après ce que j'ai pu voir.
Cette fois, j'ai le mien...!

En conclusion, je tiens à préciser que je ne me suis pas fait la route à vélo... sans quoi j'y serais encore.

Sur La Garde en Oisans:
http://www.lagardeenoisans.com
Sur le théâtre des opérations:
http://www.laforetdemaronne.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
D

... well, they are SO various! Do you read French? Anyway, thanks for passing by!


Q
Il fallait faire une photo de l'Opinel...

Non, je plaisante, il sera plus utile dans la réalité qu'en photographie sur un blog !

Merci d'être passé... et pour ce rire du soir.

(pas pour la dictée, mais pour l'ascension du col en vélo...)
D


Je suis sous-équipé en matière de photos numériques, hélas... Heureux d'avoir fait naître un éclat de rire à distance! ;-)



T
c'était un col de premiere catégorie, moi qui n'aime que le plat ;) bravo !
D

... et la dictée de Chalvin a imposé à chacun de pédaler un peu plus fort que d'habitude. Gare aux chaînes qui sautent!


A
Y'a plus qu'à acheter le saucisson pour aller avec l'Opinel ;-D
D

Je n'y avais même pas pensé, mais c'est d'une vérité inattaquable. Excellente idée donc! ;-)


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.