Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 22:08

Bahnfahrt/train trip GruyèresUn petit texte rédigé à temps perdu (il y en a peu ces temps, je traduis à tour de bras), assez de saison à mon avis. Bonne lecture! A noter que la vigne de Gruyères est un projet bien réel, et paraît-il bien avancé.

Cheveux d’or

 

En cette douce fin de printemps, le soleil baignait la colline ronde et verte sur laquelle était juché le château de Gruyères, promettant au monde la prospérité qu’offraient des champs de blé bien grandis et des vignes aux grains gorgés comme celles qui poussaient sur les coteaux de la citadelle. L’or des rayons paraissait inviter n’importe quel apprenti sorcier à transformer sa pierre philosophale en or. Cela n’avait point échappé à l’attention du mage Valentin, désireux depuis toujours d’accroître par des moyens surnaturels une fortune que le travail ne suffisait plus à étendre. Et son grimoire, glané à une quelconque fête du livre, lui soufflait justement que ce clair crépuscule de mai serait favorable à ses desseins.

C’est pourquoi Valentin avait sorti sa belle table de cuisine en bois, et l’avait placée au cœur du petit vignoble, planté en chasselas, qui devait servir de théâtre à ses desseins. Parce qu’il lui fallait de la matière première, il avait également recueilli force blocs de plomb, s’efforçant ainsi de coller au but suprême des milliers de mages qui, avant lui, ont tenté sa folle gageure. Tout cela, il l’installa rapidement, au moment où l’astre du jour commençait à caresser la Terre de Gruyère d’un peu plus près que pendant la journée. En un rien de temps, tout était disposé pour le grand prodige.

Pourtant, que de préparatifs avant d’en arriver à cette apothéose, qui semblait une délivrance à Valentin ! Cette matière vile et noire qu’il voulait transformer en or, il avait dû l’habiller de mille substances aux noms ésotériques. Le grimoire lui fournissait quelques indications ; mais il lui avait fallu se rendre encore dans mille bibliothèques spécialisées ou confidentielles afin de trouver les données qui manquaient à  son antique ouvrage. Cela, sans compter la difficile recherche du moment le plus favorable. Une fois établi que certaines dates étaient propices, en effet, une condition encore devait être remplie : que le soleil resplendisse au plus fort, et baigne toute la contrée de sa jaune chaleur ! Ce jour-là était arrivé, enfin, après de multiples crépuscules incertains ou pluvieux. Sous le soleil, Valentin rayonnait, tout en arborant la mine grave de ceux qui s’apprêtent à écrire l’histoire en lettres enluminées.

Le mage avait disposé le grimoire près de lui, sur un lutrin de bois, afin d’avoir sous les yeux les formules propitiatoires. Sa Swatch se trouvait face à lui, sur la table, juste à côté des morceaux de plomb qu’il y avait posés : qui sait si elle allait se transformer en Rolex ? En attendant, elle lui hoqueta qu’il était l’heure de réciter la première prière à Mammon, divinité de la fortune matérielle et de l’aisance terrestre. Puis vint l’oraison à Freya, déesse germanique de la fertilité, dont il convenait de s’attirer les bonnes grâces si l’on voulait être riche longtemps, tant il est vrai qu’un simple monceau d’or, si gros fût-il, restait un bien limité.

Alors que Valentin psalmodiait sans relâche patenôtres et poèmes cabalistiques, le soleil déclinait, nimbant toute la région d’un halo orangé qui la faisait paraître plus chaleureuse, plus féconde également. Soudain, le pays paraissait opulent sous les derniers feux du jour. La lumière entourait de ses rayons les fleurs de chasselas accrochées à leurs ceps. Tout était plus beau : les mouches à miel redoublaient d’ardeur dans les prairies où fleurissait la marguerite, les toitures du château s’offraient resplendissantes au regard, plus rouges, plus neuves qu’aux plus beaux jours de l’été. Dans les champs, les blés ondoyaient paresseusement, caressés par la brise. Et sur la table de Valentin, le plomb noir semblait changer… se changer en or ? Au terme d’une longue prière au dieu inca du Soleil, Valentin voulut s’assurer que tout se déroulait bien. Le fallait-il ? Eût-il mieux valu s’en remettre aux pouvoirs conjugués du panthéon mondial ? Toujours est-il qu’en voyant le plomb baigné du rayonnement précieux du soleil, Valentin perdit connaissance, terrassé par l’émotion. Il s’effondra au milieu des ceps de vigne, et s’éteignit aussitôt. Jamais il ne toucherait du doigt le trésor des dieux.

Et peu à peu, le soleil descendit derrière la ligne d’horizon, mettant un terme à son éphémère transfiguration vespérale. Les vignes redevenaient vignes, le vert des prairies reprenait sa teinte sombre, et le château retrouvait son austère carrure de forteresse médiévale difficilement magnifiée par quelques comtes prodigues. Le nez dans la terre nourricière, Valentin ne bougeait plus ; la mort avait fait son œuvre. Et les derniers rayons du soleil vinrent encore gambader un instant dans ses cheveux avant de disparaître, y déposant quelques précieuses gouttes de l’or le plus pur.


Photo: Flickr/Rasmus99 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Texte très sympathique, mais pourquoi justement à Gruyères ?
D
<br /> Cela aurait pu se passer ailleurs, c'est vrai; mais c'est ce qui m'est venu sous les doigts, au clavier, voire avant. Comme j'habite tout près, par ailleurs, j'ai eu envie de mettre ça en scène,<br /> même si dans l'absolu, il y a des coins plus ensoleillés que Gruyères.<br /> <br /> <br />
T
j'aime bien le mélange des genres , passé et présent et la poésie dégagée de ce texte.<br /> Autre chose le vrai chasselas me semble-t-il est en Bourgogne, en Suisse c'est du fendant :-) ...<br /> Bon je te laisse Gruyères (je ne savais pas pour le "s") qui semble vraiment ravissant comme village.
D
<br /> ... en Bourgogne, n'est-ce pas plutôt le chardonnay? A Chablis, en tout cas...? Ce qui se passe, c'est que le chasselas est très cultivé en Suisse; son originalité, c'est qu'il est également<br /> vinifié, alors que presque partout ailleurs, il sert plutôt de raisin de table. Le "fendant" est en fait le nom qu'on donne au chasselas en Valais.<br /> <br /> Par ailleurs, Gruyère(s) a deux orthographes: la région (et le fromage qui y est produit, AOC, méfiez-vous des contrefaçons, surtout si elles ont des trous!) s'écrit "Gruyère", et la ville (avec le<br /> château, ce qui en fait une ville...) s'écrit "Gruyères". Les habitants du cru sont les "Gruériens", non les "Gruyériens", comme on l'entend parfois. N'hésitez pas à y faire un tour: c'est<br /> effectivement ravissant! Et si vous aimez l'art fantastique et Alien, vous serez servie puisque le créateur des décors d'Alien a son musée à Gruyères.<br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.