Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2008 6 12 /07 /juillet /2008 19:50

"Pretties", vous connaissez? C'est le genre de roman dont on dira un jour "Je vous parle d'un livre que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître"... Roman jeunesse donc, mais qui m'a finalement laissé perplexe.

Replaçons le contexte. "Pretties" est donc un roman d'anticipation signé Scott Westerfeld, romancier américain spécialisé dans la science-fiction et les romans destinés à la jeunesse. Là, on a un mélange des deux: Tally, le personnage principal, se retrouve embarquée dans des aventures auxquelles elle n'est pas préparée du fait de son statut de Pretty, une caste dont le but principal est de faire la fête et de récupérer de la gueule de bois de la veille.

Quelle analyse tirer d'un tel ouvrage, de 385 pages qui plus est, traduit très correctement mais sans éclat de l'anglais méricain? Quel ressenti partager? J'ai été surpris par toute la première partie, qui m'a fichu un drôle de malaise. L'ouvrage, je l'ai dit, s'adresse à la jeunesse. Or, que voit-on? Une équipe de post-adolescents âgés de seize à dix-huit ans en train de faire la foire et de boire des verres. Bel exemple! Bon, comme l'ouvrage est américain, on ne picole pas avant seize ans - quel bel exemple de politiquement correct. Jeunesse et révolte oui, mais on reste dans le politiquement correct... Un lectorat plus jeune que le public cible risque d'être très troublé, et un lectorat plus âgé de ne plus trouver cela de son âge.

Bon, poursuivons. Plus loin, Tally se retrouve dépositaire d'un secret qui lui permettra de sortir de son statut de Pretty, c'est-à-dire de "sois belle et tais-toi". A quel prix? C'est là, après la page cent, que commence réellement le côté aventureux du récit. Un peu tard, quand on sait qu'il vaut mieux être génial dès le départ pour ne pas lâcher son lecteur dans les premières pages. L'auteur se lance alors dans la description d'un univers technologique et totalitaire. Technologique parce qu'on est envahi de plances magnétiques qui font penser à de super planches de surf; totalitaire parce qu'on est en présence d'un Etat mal cerné mais dont les agents sont partout et contrôlent tout. Un classique en matière de science-fiction, me direz-vous; vous avez raison, vous répondrai-je.

L'auteur aborde également la visite du sauvage, qui vit dans une réserve surveillée par des anthropologues. L'occasion pour Tally de mesurer la distance qui sépare sa civilisation technologique de celle d'humains présentés comme très, très nature... au point qu'ils ne sentent pas bon. Cela permet à l'auteur de placer un couplet sur les civilisations manipulées à leur insu par d'autres civilisations. Est-ce notre cas? La question est posée; reste à se demander si c'est la première fois. L'auteur ose même toucher à la transcendance, au divin.

Bref, je ne suis pas rentré dans cet ouvrage, quand bien même je l'ai lu jusqu'au bout, pour les raisons évoquées ci-dessus. Il y en a une autre encore, dont l'auteur n'est pas vraiment responsable: j'ai choisi de commencer ma découverte de son petit monde par le tome 2 de sa tétralogie. Résultat: sans doute me manquait-il plusieurs éléments et données me permettant de mieux comprendre les enjeux de l'affaire. Hum-hum...


Scott Westerfeld, Pretties, Paris, Pocket Jeunesse, 2007.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Klemocius 01/07/2010 22:04


Je n'aurai jamais pensé commencer par le deuxième tome...
Pour moi, le premier aussi n'a vraiment démarré qu'une fois les 100 premières pages passées. Mais j'imaginais cela normal pour le premier d'une saga. S'ils sont tous comme ça, par contre...
Malgré tout, la fin du premier donne vraiment envie de connaître la suite! Alors je pense que je me laisserai facilement tenter :)


Daniel Fattore 01/07/2010 22:18



Les circonstances ont fait que j'ai eu ce tome 2 dans les mains, un peu par hasard - sans même savoir qu'il y avait un tome 1. Résultat: je me suis lancé... mais le ressenti fut pour le moins
mitigé.
Essayez, cependant: j'ai l'impression que le tome 2 ne peut pleinement se comprendre qu'avec certains éléments acquis dans le tome 1. Et je me réjouis de découvrir votre avis...



A_girl_from_earth 22/07/2008 11:55

En voilà pourtant une bonne idée de billet! Les couvertures embarassantes & cie! Je vais me pencher sur le sujet et probablement te tagger! Mouahaha!

Daniel Fattore 22/07/2008 21:34


Whouahahhah! Il y a de quoi faire, en effet. Affaire à suivre donc!


A_girl_from_earth 17/07/2008 00:18

Ben moi c'est quand même le genre de livres, s'ils ne m'intéressent pas de prime abord, où je suis quand même curieuse de comprendre leur "succès" mais dans lesquels je ne vais pas me plonger en pensant découvrir le roman du siècle. Enfin je ne vais pas me précipiter pour autant, mais je garde les titres en mémoire! :) (en plus je me vois bien m'afficher avec des titres comme Pretties, Uglies... sous le bras, dans la rue... :))

Daniel Fattore 17/07/2008 22:01


... au pire, emprunte-les à la bibliothèque. Comme cela, pas de regrets financiers si ça ne te plaît pas.
Quant à s'afficher avec ce genre de truc, bhen je me suis aussi posé des questions - mais je n'ai eu aucune réaction. Et j'ai déjà eu bien pire (en termes de couvertures qui
font jaser) sous le coude.
Ce serait un sujet, au fond: dans votre carrière de lecteur, laquelle des couvertures avez-vous eu le plus de peine à assumer? De mon côté, c'est inavouable, donc JOKER!


sybilline 14/07/2008 19:24

Bof! Je pense que je vais m'abstenir... Il y a une telle masse de livres dans le genre branché- post moderne- et je critique tout en me complaisant dans ce monde que je critique, que je préfère investir ailleurs

Daniel Fattore 14/07/2008 23:21


Pas de souci: je ne pense pas que je vais me faire les trois autres tomes de cette série. Il y a plus drôle, plus agréable, plus intense (pour reprendre un terme cher à ce livre) à découvrir - même
dans les rayons jeunesse ou science-fiction auxquels on pourrait rattacher ce roman.

Et la littérature portant sur la technologie a déjà produit des trucs autrement originaux - je pense à "Tueur de portable sans mobile apparent", roman tordu de Phil Marso qui toiurne autour des
téléphones portables, ou aux grands classiques que sont "1984", ou (dans le registre cinématographique), "Gattaca" - sans oublier les nouvelles de Philip K. Dick, qui restent d'une incroyable
actualité à mon humble avis.


A_girl_from_earth 12/07/2008 22:54

Pfff... n'empêche je viens d'aller faire un tour sur Amazon... et euh... chui quand même intriguée par cette tétralogie...m...!!!

Daniel Fattore 13/07/2008 17:57


Ploum-ploum... (petit air innocent) Le cas échéant, attaque par le volume 1, c'est sans doute la moins mauvaise solution. Peut-être y trouveras-tu ton compte? Tiens-moi au courant.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.