Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 19:28

Au vieux livres - 3Ca y est, c'est les vacances, on profite de la période chaude et reposante pour partir à la mer ou à la montagne et embarquer, dans la foulée, les pavés qu'on n'a pas pu lire pendant l'année - des pavés avec lesquels on pourrait reconstruire la Voie Appienne... Mais n'a-t-on pas oublié quelque chose?

Certes non. Pas nous, en tout cas. Là où ça se corse, c'est quand on ajoute à l'agréable divertissement de la lecture en vacances le paramètre de la rentrée littéraire. Là, on commence à rigoler. Je garde en mémoire un article que Frédéric Beigbeder avait écrit dans "Lire" il y a quelques années à ce sujet. Il y expliquait qu'alors que nous autres, simples mortels, passions nos vacances à combler quelque retard dans la PAL, lui les passait à prendre de l'avance sur la rentrée littéraire. Très "99 francs", il se la jouait privilégié de la lecture, allant jusqu'à lâcher: "Quand vous lirez Sang lié de David Bosc (Allia), je l'aurai fini depuis longtemps." Cela s'appelait "Nous lisons les romans avant leur sortie", un exercice répété à six cents exemplaires. Ce récit a paru dans le numéro de juillet/août 2005.

Cette année, l'auteur de "Au secours pardon" revient sur le sujet, décidant pour une fois de faire d'un pensum un plaisir... ce qui ne l'empêche pas, alors que les écoles viennent à peine de fermer leurs portes, de faire résonner aux oreilles du lecteur compulsif, les premiers et lointains carillons de la rentrée littéraire. Cela, non sans rappeler au préalable ce qu'il pense de la rentrée, en trois points bien sentis quoiqu'un brin convenus. On se rappelle du reste qu'"Au secours pardon" avait paru en juin 2007 - chouette pied de nez à l'incontournable barouf d'automne, ou intolérable extension du domaine de la rentrée. A vous de juger...  

Et puis il y a David Foenkinos qui prend une puissante avance dans son billet du 2 juin dernier. "Je commence déjà à recevoir des livres de la rentrée littéraire. Il y a comme une ambiance de septembre dans ma boîte aux lettres", écrit-il sans détour. Un peu comme dans les supermarchés, où le matériel scolaire est vendu avant même la clôture scolaire de la fin du printemps... David Foenkinos soulève cependant un problème tout à fait pratique: en débordant sur le printemps, la rentrée littéraire va finir par occulter les publications du mois de mai, qui risquent fort de passer inaperçues. Alors, la rentrée, on l'attend, on l'honnit, on l'adore, la fera-t-on toute l'année? De mon côté, j'ai encore des tas de rentrées à digérer dans ma PAL... ce qui ne m'empêche pas de vous inciter, chers visiteurs, à guigner ce que le libraire vous propose en ce début d'été, produits frais estivaux ou ouvrages printaniers aux atours - gageons-le - certains.

L'article de Frédéric Beigbeder (2005):
http://www.lire.fr/chronique.asp/idR=142/idTC=11/idC=48858
L'autre article de Frédéric Beigbeder (2008): http://www.lire.fr/chronique.asp/idR=142/idTC=11/idC=52563
Le blog de David Foenkinos: http://www.livreshebdo.fr/weblog/webLogText.aspx?id=18

Photo: Flickr/julie70

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article

commentaires

patricia imhof 05/08/2008 21:43

Rebonjour ou plutôt Bonsoir Daniel,

Voici les coordonnées de mon peit bouquin...

Portraits à La Dérive, Malva
ISBN 978-2-7563-0863-0
Editions Bénévent: référencesur Dilicom
gencod no 301 241 080 0016

La première critique a été publiée par JCM sur
club-lecture-zurich

Si par aventure vous passez par ZH, on vous réservera un accueil VIP:-)))

Patricia

Daniel Fattore 05/08/2008 23:29


Je m'en vais donc noter cette référence; merci pour le tuyau! J'ai déjà eu l'occasion de parcourir la chronique de JCM sur le site du club de lecture zurichois. Je vous ferai signe si je suis de
passage à Zurich! Merci pour l'invitation.


patricia astrid imhof derivaz 18/07/2008 09:40

A propos des livres qui ne sont pas encore sortis...

Ce hiver, j'ai été immobilisée (voir murée dans mon appartement) suite à une fracture multiple du pied droit (faut-il préciser...) conséquence de mon imprudence (avoir accepté un voyage assez bref avec un beau motard) je me jette don sur mon ordi et envoie tous les textes qui me semblent publiables chez Bénévent à Nice (ville que j'aime bien...) Cela donne "Portraits à la Dérive" sous le pseudo de Malva, En mai (vive la liberté...) je reçois 30 exemplaires que je m'empresse d'envoyer à mes amis, quelques membres hardis de la famille, etc... (pour la petite histoire, un livre fut renvoyé par un ancien ami éditeur et un autre volé dans une boîte aux lettres...) Bref, j'abrège: tous ces veinards ont eu la chance de lire mon petit bouquin sans prétention avant sa publication, une première critique est déjà sortie chez JCM à Zurich (ville de mon exil involontaire....) Et donc j'attends sa parution pour le mois d'août, en plus il ne pèse pas lourd dans la valise et on peut même le lire à la plage, dans les transports publics ou sur une jolie terrasse...
Bonne lecture à tous, bonnes vacances et l'on se retrouve à la rentrée littéraire, pour sûr :-)

Daniel Fattore 18/07/2008 21:40


C'est noté! Où puis-je avoir un exemplaire dédicacé?
J'ai aussi eu l'occasion de lire en primeur des ouvrages publiés, notamment pour des raisons de relecture. Il m'arrive de sortir quelques coquilles dans les textes qu'on me soumet. Sinon, je n'ai
pas l'étrange chance de pouvoir prendre de l'avance sur la rentrée littéraire tout en me bronzant sur la plage... Encore merci de votre passage!


Aliénor 15/07/2008 10:32

Voilà une librairie comme je les aime et comme on n'en voit plus guère. J'adore cette photo !

Daniel Fattore 15/07/2008 21:34



Oui - j'ai aussi eu le coup de foudre pour cette image, qui colle bien avec le propos de l'article.
Merci de votre visite!



Thaïs 09/07/2008 10:17

ça doit faire très chic dans les soirées mondaines de l'été (à St Trop ou Ibiza) de parler des livres qui ne sont pas encore sortis !
Mais j'ai comme l'impression, que ce sont des personnes qui ne profitent pas de la saveur que peut constituer l'attente, l'attente pour acheter un livre (faute d'argent, parce qu'il n'est pas encore en bibliothèque ou manque de temps), l'attente de la lecture (faute de temps ou d' une PAL assez fournie...).
Vivons l'instant présent y compris pour choisir. Que nos coups de coeur se portent sur des livres actuels ou passés cela ne retirera rien à ceux que nous lirons en temps voulu dans le futur...
Enfin Beigbeder... no comment :-(

Daniel Fattore 09/07/2008 21:31



Effectivement, rien ne vaut ce petit supplément de valeur que confère l'attente... que les journalistes n'auront pas - eux auront, pour ceux que cela amuse, le délice un peu vain de tout lire
avant les autres. Je dois avouer que je garde encore une petite fierté d'avoir vu "Men in Black I" avant mes compatriotes, puisque je suis allé le voir à l'UGC De Brouckère, à Bruxelles, un mois
avant sa sortie en Suisse... Reste que j'ignore ce que le journaliste ressent encore de ce côté: tout plaisir, toute vanité s'use. Cela dit, ça doit être marrant d'entendre des journalistes
parler du "Fait du Prince" (de qui? ;-) ) avant tout le monde... là, je plussoie.

Enfin, en ce qui concerne Beigbeder, je n'ai pas DU TOUT aimé le premier roman que j'ai lu de lui, "L'amour dure trois ans". En revanche, force m'a été de constater que "99 francs", si énervant
qu'il soit, sonne juste... je ne l'ai donc pas (encore) tout à fait jeté à la poubelle... et j'ai "Windows on the world" sur ma PAL, pour trancher. Nous verrons bien! Mais je n'en fais pas une
affaire d'urgence absolue.

Merci de ton passage!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.