Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 21:01

On le sait depuis hier: c'est Jean Clair, Conservateur général du patrimoine, qui remplacera l'écrivain Bertrand Poirot-Delpech au 39e fauteuil de l'Académie française. Historien d'art âgé de 67 ans (soit un poil plus vieux que le cadet de l'Académie, Erik Orsenna), diplômé en sciences et en lettres, Jean Clair dirige de nombreux musées tout au long de sa carrière, jalonnée par ailleurs de nombreuses décorations.

Le processus menant à l'élection de Jean Clair a eu quelque chose de tortueux. La première tentative de nommer un successeur à Bertrand Poirot-Delpech a eu lieu le 7 février dernier, et s'est soldée par une élection blanche.

Celle du 22 mai a également connu ses vicissitudes. René Clair n'était en effet pas seul à briguer le siège de Bertrand Poirot-Delpech. Face à lui, se trouvait en effet un adversaire aux arguments peu orthodoxes mais séduisants: Pierre Bergé. Entrepreneur spécialisé dans le luxe, fortuné par ailleurs, Pierre Bergé s'est adonné au mécénat, contribuant au lustre de plus d'une élection à l'Académie française en finançant un habit vert ou un apéritif. Il n'en fallait pas plus pour que certains Immortels en place perçoivent sa candidature d'un bon oeil, son élection devant prendre la forme d'un remerciement.

C'était compter sans l'opposition d'autres Immortels, tout aussi déterminés, qui n'ont eu de cesse de rameuter des candidatures afin de couler celle de l'industriel en favorisant les voix éparses. Concrètement, l'écrivain Daniel Rondeau a effectivement envoyé sa lettre de candidature, de même que l'historien Joël Schmidt. Tous deux ont cependant retiré leur candidature avant le jour de l'élection, flairant peut-être une manoeuvre.  

Résultat des courses en chiffres, donc: Jean Clair est élu avec 16 voix sur 28, contre 7 à Pierre Bergé, un bulletin blanc et quatre croix noires. Ce n'est donc pas cette fois encore que l'Académie française ouvrira ses portes au monde des affaires. "L'argent n'achète pas l'Académie française", diront certains. Reste que l'opération permet à l'institution du Quai de Conti d'avoir à présent 38 sièges pourvus, sur 40 - un résultat honorable après l'hécatombe qui l'a frappée en 2007. La prochaine élection est fixée au 19 juin 2008; l'enjeu sera la succession de Henri Troyat au fauteuil n° 28. L'écrivain Olivier Germain-Thomas est candidat; face à lui, se trouve le diplomate et prix Goncourt Jean-Christophe Rufin.

Photo: Le Nouvel Observateur.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Filleke 26/05/2008 16:24

Je ne sais si vous avez entendu, ce vendredi, sur France Culture, cette émission qui posait la question de savoir si l'Académie française était une institution dépassée, désuète...
La discussion était... édifiante.

Daniel Fattore 26/05/2008 22:37


Alors... édifiante en quoi?

Je n'ai pas eu l'occasion d'entendre cette émission... mais j'ai eu l'occasion de me poser la question, voisine, de l'utilité de l'Académie française. Alors? Réformable peut-être, mais
indispensable sans doute! Cela, même si les bases légales sont souvent lacunaires, en particulier pour les pays francophones hors France, qui n'y ont guère de représentants. D'un autre côté, c'est
pratique: la France prend en charge tout le boulot de régulation de la langue française, et tout le monde profite ainsi du plus beau des outils qui soient, sans qu'il soit dénaturé par des
incapables, pardon: des linguistes locaux. S'il fallait une optimisation? Peut-être admettre des correspondants étrangers. C'est ce qui se pratique en Espagne, apparemment avec succès, autour d'un
aréopage similaire.


Georges F. 24/05/2008 21:00

Merci, Daniel, excellent billet. On croirait un début de roman. D'ailleurs, je me demande si...

Daniel Fattore 25/05/2008 12:04


Je vous en prie...
... et pourquoi pas?

Sylvain Vasseur en habit vert? Il faudrait le ressusciter d'abord! ;-)
Après "le vertige des auteurs", "la fièvre verte"! Mais là, le titre est déjà pris.


Laurence 24/05/2008 12:17

Effectivement, s'il y a bien une institution qu'on imagine indépendante des finances, c'est bien l'Académie Française... L'honneur est sauf pour cette fois, mais pour combien de temps ?

Daniel Fattore 24/05/2008 18:25


Pourtant, l'Académie française se débrouille très bien avec ses finances, gérant un certain patrimoine de logements, de fondations, etc. L'Etat français ne lui verse pas une énorme subvention en
tant que telle, même si d'un autre côté, le personnel de l'institution du Quai de Conti est payé par le contribuable...


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.