Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 19:07


Il ne fait aucun doute qu'on a déjà beaucoup écrit sur "Le Diable s'habille en Prada", roman qui a fait connaître l'écrivain new-yorkais Lauren Weisberger. Une affaire qui roule, avec une bonne louche de suave méchanceté, une Tatie Danielle avec strass et paillettes - et un hymne au superficiel, parangon de la chick lit. Au cours de ma lecture, cependant, j'ai voulu savoir s'il y a quelque chose là-dessous. Et j'ai trouvé. Car "Le Diable s'habille en Prada" n'est pas qu'un roman frivole pour jeunesses évaporées. C'est aussi un fait de civilisation.

Le namedropping comme symptôme de tous les excès

Pour commencer, j'ai déjà eu l'occasion d'évoquer le procédé du namedropping, qui est endémique dans cet ouvrage, agressif et criant comme peut l'être la publicité à notre époque. Cela se justifie, certains commentateurs l'ont soulevé ici, par le milieu exploré: celui de la mode et du superficiel, de l'éphémère également, puisqu'il n'y a rien de plus périssable qu'un journal. Du fait de l'exploration d'un milieu où seules comptent les apparences, naturellement, le lecteur se retrouve le plus souvent à voir ce qui se passe: descriptions visuelles, etc.

Le débordement des noms amène à réfléchir sur le caractère hyperbolique de cet ouvrage, où tout est outré. La patronne est certes d'une méchanceté hors pair, les filles trop maigres, les gens trop riches. Tout au long du roman, en effet, l'auteur s'ingénie à montrer que la richesse n'a pas de plafond, mentionnant le prix délirant des choses (des chaussures à plusieurs centaines de dollars, des loyers dépassant allégrement l'indécence à mille dollars la pièce); certaines listes de marques font penser aux pléthoriques énumérations qu'on peut trouver chez un François Rabelais.

Miranda Priestly, manager crédible?

Méchante à l'excès, Miranda Priestly l'est sans aucun doute. Refusant toute question, elle fait penser à l'un des "principes de Blocher", devenus fameux en Suisse. Mais campe-t-elle pour autant une manager crédible? Excessive en tout, elle semble oublier qu'il vaut parfois mieux céder sur un point pour avoir davantage plus tard. Son caractère tyrannique engendre par ailleurs un roulement soutenu de son personnel, ce qui peut nuire à l'efficacité de tout le système: chaque nouveau collaborateur doit être formé, ce qui est autant d'énergie perdue. Miranda Priestly semble par ailleurs gagner énormément d'argent, ce qui étonne de la part d'une rédactrice en chef, même si bon nombre d'avantages sont liés à sa fonction, à l'exemple des transports, vêtements et accessoires gratuits. Le train de vie d'un rédacteur en chef permet-il d'avoir du personnel de maison? Certains flux de fonds pourraient faire pâlir un contrôleur de gestion attentif, d'autant plus qu'à l'instar de Miranda qui fait payer ses carrés Hermès par l'entreprise, tout le monde à Runway se paie sur la bête, se précipitant dans une incroyable curée qui commence, pour Andrea, par un téléphone portable Bang & Olufson à 500 dollars.

La rédactrice en chef de Runway exerce malgré tout une fascination irrésistible sur tous ceux qui savent qui elle est. Pourquoi? On peut certes la voir comme une manager tyrannique mais dotée d'une autorité et d'une aura - des gens comme cela, tout le monde en connaît. Je souhaite y voir plutôt l'incarnation du mythe américain de la "self-made woman": fille juive issue d'une famille riche en enfants et pauvre en argent, elle gravit les échelons jusqu'à atteindre un poste à responsabilités - où elle paraît cependant légèrement surévaluée, puisque le milieu de la mode n'a finalement rien de stratégique. Une "américanité" qui corrobore les aspects hyperboliques du roman, tant il est vrai qu'aux Etats-Unis, tout semble plus grand qu'en Europe. Fascinante Miranda donc, mais dont tout le monde, bien que passant son temps à genoux devant elle, cherche à profiter à fond, Andrea Sachs la première puisque si elle travaille pour elle, c'est uniquement dans la perspective de décrocher un emploi plus gratifiant ensuite.

Macho ou minet?

Un autre paradigme traverse l'ouvrage, celui des deux mondes entre lesquels Andrea Sachs, assistante de Miranda Priestly et narratrice, est tiraillée: celui de la famille, présentée comme "ce truc encombrant où l'on se sent si bien", où les sentiments sont authentiques. Agée de 23 ans, Andrea Sachs souhaite prendre ses distances avec ce cocon douillet mais étouffant, et c'est bien naturel. Cette approche permet de considérer la vision des deux hommes qui marquent l'année de vie d'Andrea au service de Miranda Priestly. Le premier, Alex, est le copain "officiel" de la narratrice. Il est présenté comme un mec bien, qui se donne à fond dans un métier honnête (enseignant dans un quartier sensible) tout en gardant les pieds sur Terre. Alex fait figure d'homme accompli et responsable, ayant un travail stable, capable de défendre sa femme s'il le faut - bref, quelque part, c'est un macho, au sens noble s'il en est un (celui qu'Alain Soral donne au terme, peut-être).

Face à lui, Andrea côtoie régulièrement Christian, jeune écrivain à succès, plus âgé qu'Alex mais bien moins stable, exerçant toutefois un métier qui fait davantage rêver, et dépourvu de copine officielle stable. Souvent décrit de manière visuelle (on connaît son habillement), il fait figure de minet. Tel est le choix qui s'offre à Andrea. Un choix qu'elle ne tranchera pas en fin de roman, puisqu'Alex a proposé un break, non interrompu lorsqu'on ferme le livre - une porte non close, une opportunité pour un nouveau texte.

Entre échec et ouverture

... car "Le Diable s'habille en Prada" est finalement aussi, si l'on y regarde de près, le récit d'un multiple échec. Au fond, la narratrice n'atteint aucun de ses objectifs: elle ne finit pas l'année de travail qu'elle s'était proposé d'accomplir aux côtés de Miranda Priestly, son copain Alex prend ses distances avec elle, et elle ne réalise pas son rêve d'enfance, pourtant honnête, d'entrer au journal "New Yorker". On est loin du happy end total à l'américaine, même si la jeune femme retrouve finalement le bonheur de côtoyer sa famille et sa meilleure amie, quitte le monde des apparences et du superficiel, dispose de suffisamment d'argent pour se lancer en littérature sans souci pendant un an, et produit des nouvelles pour un journal obscur, mais dont la rédactrice en chef est sympathique - une traversée du désert en perspective pour la (céli)battante Andrea Sachs.
Celle-ci pourrait faire l'objet d'un second roman, cent pour cent inventé ("Le Diable s'habille en Prada" est largement inspiré d'un vécu auquel l'auteur donne un sens), d'autant plus que tout est assez ouvert. Car - et c'est à nouveau une idée bien américaine, au moins depuis "Autant en emporte le vent" - l'échec permet toujours de rebondir.

Lauren Weisberger, Le Diable s'habille en Prada, Paris, Presses Pocket, 2003.
Photo: DVDRama.com

Partager cet article

Repost0

commentaires

businesswebdevs.com 28/08/2014 13:16

Either you are gonna be inspired or be disgusted by by Miranda Priestly’s nature. This is where it is extraordinary, letting us see how Miranda inhabits that world with a complete understanding of people's desires and frailties. She may be alarming on the outside, but is terrifying inside. The character really makes you feel that the devil really does wear Prada and the bottom line is: if you love fashion and gossip The Devil Wears Prada will make you smile, no doubt.

Magali 11/08/2014 22:05

Votre blog est très clair on comprend rapidement et simplement ce que vous voulez dire, mes compliments

DF 11/08/2014 22:14

Merci de votre visite! Je m'en vais visiter votre blog tout jeune à mon tour...

luciolelarouge 12/08/2009 10:30

Bonjour,
J'ai beaucoup apprécié votre analyse de ce livre que j'ai moi-même lu et décrié, il faut l'avouer. Chick'addict, je me suis arrêtée aux strass et aux paillettes ;o)
Vous pouvez retrouver ma critique sur le blog http://caquetages.over-blog.com/ consacré à la chick lit'. Le best pour moi est Sophie Kinsella et son "accro du shopping" si vous souhaitez comparer avec "le diable".
Bonne continuation dans vos lectures!

Daniel Fattore 12/08/2009 21:55


... j'ai aussi cherché à voir quelles valeurs ce livre véhiculait. Et question de ça, j'ai été comblé... c'est le portrait d'une sacrée société qu'on nous renvoie. Une autre grille de lecture
pourrait être celle d'un certain humour new-yorkais, mais je manque de clés pour vraiment l'analyser.
Je note Kinsella: j'en entends beaucoup parler, je pourrais y goûter un jour. Merci du tuyau!
Bonnes lectures à toi!


Nicolaï Lo Russo 28/05/2008 09:23

Quelle énergie, Daniel, pour revenir sur ce qui représente, quand même, un authentique néant sidéral ! Le pavé rose de la vacuité. Bravo pour avoir tâché néanmoins d'extraire quelque substantifique moelle de cette anthologie du cliché.

Daniel Fattore 28/05/2008 20:15


Néant? Disons que je suis parti dans ce truc en me demandant ce que j'allais pouvoir en tirer, si ce n'est un moment de divertissement. Avec, peut-être, l'envie de percer le secret des auteurs
américains, qui font tant de bouquins qu'on dévore. Vacuité? Je vous trouve un poil dur; mais je connais peu le genre de la chick lit, et je pars plutôt de l'idée qu'il y a bien pire que "Le Diable
s'habille en Prada" - tant il est vrai que même les genres décriés ont leur hiérarchie.
A présent, je devrais me pencher sur un auteur plus "tâcheron", dans le même genre - histoire d'avoir un autre point de comparaison. L'occasion risque de faire le larron...
Encore merci de votre passage et de votre message!


sophie kune 27/05/2008 11:49

je trouve votre analyse très juste.
merci pour ce bel éclairage.

Daniel Fattore 27/05/2008 22:07


... et merci de votre passage! Soyez la bienvenue. 
J'ai simplement cherché à savoir ce que Mme Weisberger a voulu dire à son lecteur, au-delà de la simple trame d'un roman de chick lit. Apparemment, j'ai trouvé quelque chose...


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.