Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 20:42

Il est fort intéressant de se balader dans les "pages à supprimer" de Wikipedia. Il s'agit d'une espèce d'inventaire à la Prévert des pages qu'un contributeur a jugées indignes de figurer propose à la suppression, faisant appel à l'avis de ses pairs. Avis pas toujours autorisés, hélas... on trouve donc parfois des perles là-dedans.

C'est justement là qu'une certaine Barberine a refait surface. Barberine? L'affaire date de novembre dernier. Désireuse d'envoyer un manuscrit aux éditions Leo Scheer, elle est à l'origine d'un dialogue auteur/éditeur dont l'un ou l'autre blog s'est fait l'écho, et qui a débouché sur la création des
M@nuscrits chez l'éditeur. L'idée? Chacun peut envoyer le tapuscrit de son roman inédit à Leo Scheer, qui le publie sous une forme normalisée sur son site Internet, en le livrant au lectorat en ligne et en invitant chacun à commenter et à noter. Avec son texte "Rater mieux", Barberine a été la première à jouer ce jeu; elle a été suivie de pas mal d'autres.

L'affaire suivait son cours. Et pour moi, c'est justement sur Wikipedia qu'elle a refait surface. Leo Scheer y a en effet créé la page consacrée à la "rétropublication". Rétropublication, vous avez dit? C'est la technique consistant à publier sur papier un texte d'abord paru en ligne. Et c'est justement au manuscrit de Barberine que revient, selon l'article de Wikipedia, le redoutable honneur d'être le premier, en France, à être publié de la sorte. En anglais, on nomme le procédé "Reverse publishing"; apparemment assez neuve, elle aurait déjà des précédents dans le domaine anglophone.

Et voilà que l'article "Rétropublication" est menacé de passer à la poubelle: pas assez sourcé, pas assez connu, trop novateur comme concept. Que penser des avis de ceux qui proposent l'article à la suppression? Certains suggèrent même de créer d'abord l'article en anglais, comme s'il fallait toujours être à la traîne des wikipédiens anglophones. Je me suis permis de ramener mon grain de sel en ce qui concerne la proposition de supprimer, en votant pour la conservation de l'article. Puisque le procédé existe, il a sa place dans l'encyclopédie dite libre! Sans compter qu'on est en droit de penser que Leo Scheer connaît son métier d'éditeur, et en parle en connaissance de cause.

Et en guise de conclusion, je dirai qu'on se réjouit de voir le livre de Barberine!

L'article sur Wikipedia:
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9tropublication
Ce qu'en dit Leo Scheer: http://www.leoscheer.com/blog/2008/05/18/556-retropublication-et-wikipedia
Les Manuscrits: http://www.leoscheer.com/spip.php?page=manuscrit

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Wikipédia n'est nI une encyclopéde, ni un objet du monde du libre. Ce serait plutôt un lieu d'apprentissage du fascisme bureaucratique au sens où l'entend Rony Braumann dans le livre qui fait suite au "spécialiste". Les administrateurs y apprennent à lyncher tout ce qui est différent de leur petit monde par "acclamations" (cela se nomme le blocage communautaire) sans trop se poser de question, à "révoquer sans se poser de question sur la qualité" tout apport d'un supposé banni, à enquêter pour un oui ou pour un non sur l'identité des contributeurs anonymes quel que soit leur "comportement" s'ils intervienent dans des domaines sensibles (religion, politique, etc...)

Les administrateurs, entièrement pris par ce bénéfice secondaire qu'est le pouvor de bloquer, ne s'en rendent pas compte.

Quant aux wikiépdiens régulièrement inscrits, ils n'osent pas corriger les articles sensibles de crainte de se faire remarquer en s'opposant aux plus prosélytes ou aux plus obscurantstes et d'être bloqués.

Il en résulte qu'au lieu de se bonifier par l'accumulation des connaissances de nombreux contributeurs divers, les articles sont de plus en plus "corrompus" du fait de l'action des plus forts en gueule.
D


Merci de votre visite! Vous n'avez pas tout tort: plus j'y réfléchis, plus il y a des éléments foireux dans Wikipedia. Que cela soit le cas ou non, il convient de prendre ce truc pour ce qu'il
est: un point de départ qui ne dispense personne d'aller creuser plus loin. Et quand on en connaît les coulisses, j'en conviens, on a parfois envie de se pincer le nez...



P
c'est pas bien difficile à comprendre, wikipedia ne fait pas d'article sur la rétropublication parce que le terme n'est pour l'instant utilisé par quasi personne. Et oui Léo Scheer s'est bien ridiculisé en attaquant WP après avoir été invité à y écrire autre chose que son CV et celui de son épouse. Quand au "Il n'y a pas de fumée..", on sent la haute culture philosophique et littéraire des anti-wp. Vivement les critiques venues de gens n'ayant pas tenté de promouvoir leurs concepts pipos sur WP et n'ayant pas été bannis pour exaspération massive.
L
Chers zadorables Wikipédiens ! Quand c'est pour "dénoncer" l'homosexualité présumée d'un artiste sur la foi d'un témoignage au fin fond d'Internet, ou un scandale créé de toutes pièces par des internautes en mal de sensations, ils sont moins scrupuleux sur la pertinence des informations ! Mais qu'un sujet n'intéresse pas un des administrateurs-en-chef de ce monde merveilleux où la hiérarchie n'existe pas, où tous les Wikipédiens sont zégaux, et son heure a sonné...
D

Il y a d'autres tares rédhibitoires sur Wiki... et réciproquement, quand on veut remettre l'église au milieu du village, il faut sourcer à mort. Note aussi que tout le monde se plaint de
certaines approches de Wikipedia, de la gauche de la gauche aux révisionnistes les plus fervents en passant par... les gens normaux. Le blog d'Alithia, que j'ai déjà mentionné, permet de prendre du
recul face à cette grande encyclopédie - et c'est heureux.


C
Daniel,
J'avais - pour décrire l'ensemble des actions à réaliser pour passer du manuscrit présent sur internet au livre papier édité - pensé que le mot barberine convenait bien. La mener à terme pouvant être la "rater mieux". Rétropublication étant son synonyme lorsque le registre était soutenu (précisions dans le liens ci-dessus, ainsi que la chronologie de celles-ci). Voire demain ce que ces mots deviendront.
D


Christian, merci de votre passage! Je vais garder le site du "Roseau" en mémoire; les explications qui y figurent sont intéressantes.
"Barberine"? Pourquoi pas! L'auteur du récit endossera ainsi "nominalement" le rôle qu'elle joue dans la technique de la rétropublication en France, la catapultant ainsi dans l'histoire, pour
peu, en effet, que ces mots connaissent une fortune suffisante.
Côté Wikipedia, en revanche, la Barberine est en train de sombrer corps et biens...



F
Au sujet de la rétropublication, je me disais tout de même que c'est un peu dommage que l'éditeur ne prenne plus le risque inhérent à son métier. Un éditeur, pour moi, c'est un découvreur. Quel est l'intérêt de "découvrir" ce que tous ont déjà jugé ? Il ne s'agit plus alors finalement que d'imprimer...
D

Je n'avais pas vu la chose sous ce point de vue - on pourrait avancer que le manuscrit de Barberine, qui a fait un peu de bruit dans la blogosphère, revêt de ce fait un caractère emblématique. Nous
verrons si l'expérience va se poursuivre; peut-être se limitera-t-elle aux ouvrages qui auront non seulement été jugés bons par les lecteurs du web, mais aussi considérés "conformes à la ligne" par
l'éditeur.

Reste aussi que le procédé n'implique pas forcément le jugement préalable du lectorat Internet. On se rapprocherait alors de l'impression d'un texte préexistant mais jugé bon par un éditeur
curieux. Des légendes "urbaines" circulaient à ce sujet, bien avant le cas de Barberine; mais je n'en sais pas plus.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.