Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 09:47

... on revient par la fenêtre. C'est un peu l'impression que j'ai quand je me rappelle les vicissitudes de la "réforme" orthographique lancée en 1990 par l'Académie française, Maurice Druon en tête. Qu'en dit actuellement l'institution du Quai de Conti? Avant tout qu'elle ne contient aucune disposition de caractère obligatoire; il s'agit donc plutôt de "recommandations". "Elle estime qu’il y a avantage à ce que lesdites recommandations ne soient pas mises en application par voie impérative et notamment par circulaire ministérielle", ajoute le site Internet de l'Académie française (déclaration du 17 janvier 1991).

Suite des événements en 1992: "
[...] nous n’avons inscrit à titre définitif que les modifications qui visaient principalement à harmoniser l’accentuation de certains mots, tels allègement, allègrement, etc., avec leur prononciation habituelle. Procédant aux rectifications de cet ordre nous avons indiqué, chaque fois que l’usage nous paraissait hésitant, l’existence ou la possibilité de deux graphies (évènement ou événement).", déclare Maurice Druon dans un "avertissement". 

Certaines graphies ont donc été intégrées au Dictionnaire de l'Académie française; les autres restent soumises à l'épreuve du temps, pour reprendre une expression chère aux Immortels, peu enclins à intégrer n'importe quel effet de mode à leur travail. On admet volontiers "chausse-trappe" ou "évènement", mais l'usage n'a pas encore renoncé à l'utilisation du circonflexe ou au changement de statut du tréma ("aigüe" plutôt que "aiguë").

Certaines graphies sont également reprises par les dictionnaires usuels à côté des orthographes qui nous sont familières, en particulier par le Robert, qui admet par exemple "platebande" à côté de "plate-bande". 

Alors, réforme? Si l'on oublie ce mot de "réforme" et son côté impératif, la chose devient franchement acceptable, et dans un tel esprit, nous intégrerons certains de ses éléments. Reste qu'il convient de ne pas être plus royaliste que le roi en tolérant "nénufar", par exemple, ou en reprenant les éléments les plus exotiques du document (qui écrit "vingt-et-un" pour 21, aujourd'hui? Cela est encore perçu comme fautif).

Sortie par la porte, rentrée par la fenêtre, donc? En tant que telles, les recommandations de 1990 ne sont pas admises en bloc dans les championnats d'orthographe. Seules comptent comme correctes les recommandations reprises par les dictionnaires usuels (en général Robert et Larousse). Je vous conseille de faire de même... cela choquera moins vos lecteurs.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Langue française
commenter cet article

commentaires

Pepe 25/07/2008 03:48

La révolusion de l'ortograf è déja komansé é èl se propaj rapidman! www.ortograf.net

Daniel Fattore 25/07/2008 21:11


Mouais...


Georges F. 13/05/2008 15:21

Je suis maniaque de l'orthographe, mais favorable à un aggiornamento de l'orthographe pour certaines byzantineries qui n'amusent plus personne. A propos, saviez-vous que Proust, oui, le petit Marcel, le fils du médecin, écrivait "nénufar" ,
Il est très bien votre site. Je l'ai mis en lien sur le mien. Si cette familiarité vous paraît déplacée, dites-le moi.

Daniel Fattore 13/05/2008 23:02


... il y en a toujours que ça amuse! ;-) Je savais effectivement que l'orthographe "nénufar" était admise autrefois - et même, qu'elle est plus justifiable que celle qu'on utilise aujourd'hui.
Reste la force de l'habitude...
Quant au lien, je vous en remercie infiniment! Je vais en faire de même vers votre site, si vous le voulez bien. Si cela peut générer du trafic de vous à moi et de moi à vous, ce sera tout
bénéfice.


Laurence 13/05/2008 13:56

En plus, si je ne me trompe pas, c'est différent entre la France et la Suisse, non ? Si j'ai bien compris, la Suisse a plus ou moins adopté la réforme et la France résiste, isn't it ? (Oups, pardon Messieurs les Académiciens, ça m'a échappé...). Du coup, il me semble que l'orthographe française était plus claire dans ma tête quand j'étais gamine que maintenant...

Daniel Fattore 13/05/2008 23:00


Pas faux: la Suisse a lancé une circulaire, ce que l'Académie déconseillait. Personnellement, je trouve ça démagogique: on fait croire aux professeurs du primaire que l'enseignement du français
s'en trouvera facilité... et ils foncent dans la combine, trop heureux de voir leur mission (apparemment) simplifiée.
Reste que tout cela est beaucoup moins clair (et, heureusement, moins directif) que la fameuse "Neue Rechtschreibung" allemande, imposée à coups de massue jusqu'à ce que ça passe - ça fait très
prussien comme explication, mais c'est un peu comme ça. Là aussi, les Suisses alémaniques ont joué les bons élèves. Résultat: l'allemand est encore moins lisible qu'avant. Surtout quand il est
écrit par des Alémaniques... J'en sais quelque chose, je le vérifie tous les jours.


Sophie 12/05/2008 17:33

Mais où vaton ?

Daniel Fattore 12/05/2008 18:00


Difficile question! Les temps sont durs, et tout semble fiche le camp...
Merci de votre visite; je m'en vais visiter votre propre blog incessamment.


Pffftt... 12/05/2008 16:25

Ah ouais alors événement! Mais ça ne fait pourtant pas si longtemps que j'arrive à l'écrire proprement et que me dites vous là ? évènement ? Bon va pour EvEnement c'est bien aussi nan ??? En tous les cas, pour Robert et Larousse, cela me semble un bon conseil, je ne veux pas choquer mes lecteurs moi, il manquerait plus que ça tiens !

Daniel Fattore 12/05/2008 17:59


C'est ce que me dit mon pote le petit Robert... qui est, je l'ai déjà rappelé, un gros bonnet.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.