Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 20:14

Sur un blog ami, j'avais signalé que j'étais en train de lire un bouquin sur les trafics d'armes. Ce n'était pas de la blague, puisque je suis effectivement en train de compulser l'ouvrage que Laurent Léger a consacré à ce sujet délicat et sensible.

J'en suis à peu près aux deux tiers, et un constat peut d'ores et déjà être fait: l'auteur privilégie l'approche par personnes, retraçant le portrait des trafiquants et, ce faisant, peignant le contexte dans lequel ils évoluent: Liberia, ex-Yougoslavie, Iran, etc. Une approche pertinente qui permet de découvrir des personnalités hautes en couleur. Dans ce milieu, il y a même un monsieur qui s'appelle Monsieur... et un autre qui s'est reconverti dans la poésie (peut-être le connaissez-vous) et les beaux-arts. Comme quoi ça mène à tout, et les voyages peuvent nourrir toute une inspiration.

Il y en a un autre qui a retenu mon attention, et dont l'ouvrage parle également. Non pas en tant que trafiquant, certes: le commerce de machines de mort n'intéresse que ceux qui s'y adonnent, et ne réfléchissent pas trop aux conséquences de leurs actes (mais réfléchissons-nous toujours aux conséquences des nôtres? Quant à moi, quand je lis ce genre de truc, je suis partagé entre la consternation et la recherche de la manière de profiter moi aussi du pactole... mais Laurent Léger en parle assez peu). Ce qui m'intrigue plutôt, c'est l'aspect "chasse à l'homme" qui l'accompagne.

Je m'explique.

Celui qu'on surnomme le "Bill Gates des trafics" fait en effet l'objet de nombreux sites Internet qui ne lui sont pas toujours favorables (loin de là!), tenus par des passionnés, bien informés ma foi, qui s'amusent à repérer ses avions, puis à les signaler, voire à poser leurs exigences aux institutions des pays où ils apparaissent: confisquez tel avion, arrêtez son propriétaire. Fort bien, me direz-vous: c'est la justice citoyenne, dont l'émergence forte a justement été rendue possible par la simplicité du Web. Chacun émet son avis, pose ce qu'il considère comme ses exigences légitimes, fonce même dans d'immenses raisonnements pour démontrer qu'il a raison. Et on finirait par les croire, tant c'est du solide, et tant ça part d'un sentiment de porter la justice.

Une telle démarche n'est-elle pas, cependant, au-delà de la "ligne jaune" (terme utilisé par un Laurent Léger journalistiquement pragmatique), voire rouge? Sans aucun doute, ce trafiquant d'arme se soucie-t-il comme d'une guigne de ce que font une équipe de blogueurs certes mordus, mais qui restent des amateurs. Sans doute, même, n'a-t-il même pas le temps de s'y intéresser. Mais des âmes plus faibles, ou plus exposées, pourraient (peuvent - et peut-être même que cela s'est déjà vu) céder à un tel harcèlement. Par ailleurs, le parti résolument "anti" pris par les blogueurs n'équivaut-il pas à émettre un jugement avant même que les institutions, l'Etat ne l'aient fait? Voire à faire fi de la présomption d'innocence dont bénéficie n'importe qui jusqu'à ce que le juge ait rendu son verdict? On peut ne pas être d'accord avec le trafic d'armes (c'est mon cas, et sans doute êtes-vous nombreux à penser comme moi); mais jusqu'où peut-on aller? Il n'est pas du ressort du citoyen, à mon avis, de se substituer aux pouvoirs exécutif (les flics) et judiciaire (les tribunaux) de son pays ou des instances qui les transcendent. Quand la justice tranche, c'est au nom du peuple, de l'Etat de droit - du moins en théorie. Mais quand un blogueur attaque quelqu'un, si abjects que ses actes semblent être, il n'engage que lui-même. Ce qui est assez troublant quand il s'érige en redresseurs de torts au nom d'une justice prétendument défaillante. Cela relève d'un Etat de fait, et à ce régime, pourquoi ne va-t-il pas directement casser la figure au gaillard?

Bon, je retourne à mon bouquin... il ne m'a pas encore parlé de la Tchétchénie, et ça m'étonne un peu. En revanche, pour ceux que ça captive, Carla del Ponte y figure. Côté gentil ou méchant? Je vous laisse la surprise...

Laurent Léger, Trafics d'armes, Paris, Flammarion/Enquête, 2006.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Marco 15/04/2008 21:27

Tiens, je n'avais jamais pensé à l'aspect "chasse à l'homme" que tu relèves, le plaisir de pister des gens louches dans un esprit "citoyen". Oui, Internet permet cela aussi, hélas.

Daniel Fattore 15/04/2008 22:03


... une affaire de ce genre a défrayé la chronique suisse il y a quelques semaines, au sujet d'un prêtre soupçonné de n'avoir pas des moeurs conformes à son statut. Le prélat a fini par se
suicider, et l'on soupçonne les médias, papier et web, de n'être pas étrangers à cette issue fatale. Tout cela a fait débat, des sites Internet ont été bouclés par prudence, etc. Attention
donc...

... et dans le même ordre d'idées, l'ouvrage "La Face cachée du Monde" (Pierre Péan et Philippe Cohen) n'hésite pas à avancer que "Le Monde" a poussé Pierre Bérégovoy au suicide. Hum-hum...
que voilà une responsabilité!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.