Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 19:42

... RIEN! Telle est la conclusion à laquelle je suis très vite arrivé, ce matin.

Avant tout, cependant, une précision: je ne suis pas en train de virer footeux, bien au contraire. Mais comme c'est dans l'air du temps, j'en parle. A ma façon, bien sûr...

Je commence par un rappel des faits qui m'ont conduit à l'affirmation péremptoire qui ouvre ce billet, avec évocation du contexte. L'entreprise qui m'emploie est assez engagée dans les championnats d'Europe de football qui s'ouvriront en juin. Elle a donc décidé de créer un blog sur le sujet, à l'usage de ses collaborateurs branchés à l'Intranet. Et ce matin, je découvre le billet de quelqu'un qui se demande ce qui va rester de l'événement de cet été, et se souvient d'instants mémorables de naguère.

Nuance doit être apportée, avant tout, entre ce qui reste dans la mémoire de ce passionné et "ce qui va rester", de façon objective. C'est à la deuxième question que j'ai répondu, déjà par une réponse sur le blog de l'entreprise. Je m'en vais développer ici mon point de vue.

Les beaux buts, les actions mémorables, les tirs d'anthologie sont certes admirables pour le connaisseur. Mais ont-ils pour destinée de marquer à jamais? Au départ, étaient-ils prémédités? Le footballeur, ou l'équipe gagnante, s'est-elle dit: "Ah, ce soir, je fais trois tirs d'anthologie, deux buts magiques et un petit coup de Main de Dieu pour me la jouer comme Maradona!"? J'en doute. La concrétisation d'une tactique s'effectue dans le feu de l'action, sans souci véritable de durer. Au niveau de la pratique du sport, nous nageons donc dans l'éphémère, pratiquement dans l'improvisation. Rien à voir avec ce défi, à la fois dérisoire et essentiel,  lancé à l'éternité, que l'on nomme "art", par exemple.

Autour de la pratique sportive, rien de transcendantal non plus: les stades construits ou réaménagés pour l'occasion ne brillent pas par leur extraordinaire architecture (on parle toujours de la beauté du Nid de Pékin, mais jamais du Stade de Suisse à Berne, avez-vous remarqué?); les vedettes du football sont condamnées à une carrière entre autres brillante (parfois), friquée (rarement), dopée (souvent) et éphémère (toujours); quant aux collections de vignettes Panini, elles passionneront dans le moment ceux qui s'y adonnent; mais une fois l'album rempli, force leur sera de constater qu'il est identique à celui du voisin. Les philatélistes ont résolu le problème en développant la collection thématique, mais c'est un autre sujet (que je pourrais aborder!)... Tout cela restera, d'accord, mais en quoi cela se distingue-t-il du premier produit industriel et utilitaire  venu?

Alors, qu'est-ce qui va rester, qui soit digne d'encombrer la mémoire non seulement de l'homme, mais de l'humanité? Quelques émotions éminemment personnelles, ou collectives, si vite passées? Quelques fugaces éclats de rire et gueulantes passionnées autour d'une bière, sur une terrasse ensoleillée? Est-ce que tout cela justifie le barouf qu'engendre une série de matches de foot? Permettez-moi d'en douter. Même les jumeaux Trix et Flix rejoindront le placard des fêtes passées au terme de la grand-messe du football à l'européenne.

Et quand on en fera autant pour la sortie d'un livre (sauf Harry Potter), réveillez-moi...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Air du temps
commenter cet article

commentaires

Thom 11/04/2008 01:46

Bien sûr. Evidemment. Rien ne va rester, dans le fond. Sinon, comme vous dites, une sommes d'émotions individuelles...qui n'ont rien de haïssables, sont mêmes sympathiques (oserais-je le dire ? j'en ai ressenti tant devant des matches de foot !). Mais qui effectivement, ne marqueront pas l'humanité. Ne marqueront sans doute pas grand chose - tout court. L'écart de langage, parler de "ce qui va rester"...c'est en effet maladroit (très contemporain, cela dit...corolaire du fameux "tout se vaut"). Ou du moins c'est voir à court terme. On peut même pousser le vice jusqu'à se demander ce que le monsieur, là, qui demande ce qui va rester...a lui-même retenu de la première Coupe du Monde en Uruguay. On en parle jamais, de celle-ci. Pourtant on imagine qu'elle ne devait pas être ni plus ni moins "vibrante" que les autres...Mais les témoins sont morts. Donc on l'a oubliée. Si ça ce n'est pas la preuve que ce qui reste n'est qu'une somme de petites émotions individuelles n'ayant que peu de rapport à l'histoire (et c'est un grand fan de sport qui le dit, hein...(à noter que je suis aussi grand amateur de...Camille Laurens, et que c'est suite à votre question en d'autres lieux que j'ai atterri ici, histoire de vous rassurer : il y a des gens qui l'apprécient oui, ils se cachent, c'est tout, ils ont un peu honte - on fait tout pour).

Au plaisir.

Daniel Fattore 12/04/2008 18:42


Ah, les championnats d'Uruguay... ils n'intéressent plus guère que les fans de quiz et quelques érudits du foot! Et quel épisode nous est revenu, à l'instar de la "Main de Dieu" en 1986 ou du "coup
de boule" en 2006? Et qui se souviendra de ces hauts faits dans 80 ans? Du côté solide, par ailleurs, je ne sache pas que l'Uruguay soit connu pour ses stades historiques - mais là aussi, si un
Uruguayen passe ici, peut-être pourra-t-il nous renseigner plus avant.

Quant à Camille Laurens, elle fait aujourd'hui l'objet d'un article d'intérêt, plutôt positif, dans les pages Magazine du journal suisse "La Liberté" de ce jour. Comme quoi...

A bientôt sur ces pages!


Pffftt... 08/04/2008 18:21

Toute ma compassion cher Daniel (et pas des moindres), j'en suis encore à me demander : mais pourkoi diable courir ??? et encore pire, derrière un ballon rond !!! Je préfère encore mieux lire Harry Potter, c dire...

Daniel Fattore 08/04/2008 22:39


Ouais, moi aussi, je préfère Harry Potter... Merci de ta sympathie! Et aussi de ta visite.
Quant à la question "Pourquoi courir derrière un ballon rond?", elle n'a pas de réponse rationnelle, je le crains... Nous sommes donc plantés dans la même impasse. Il faudra qu'on fasse un billet à
ce sujet.


Marie-Catherine 08/04/2008 13:52

Très facile d'applaudir, pour moi qui perd toujours au Trivial Pursuit à cause des questions sport.
Mais je le fais, et de bon coeur :
Clap ! Clap ! Clap !

(courage pour les éprouvantes semaines qui t'attendent au travail. ;-) )

Daniel Fattore 08/04/2008 22:37


Je risque de revenir sur le sujet, sur un ton tout aussi critique. N'hésite donc pas à repasser! Du reste, je viens de publier les aventures de Pôle-Emilie et de Victor - séquence nostalgie pour
les forumeurs d'A Vos Plumes.
Et merci pour l'encouragement: cent jours avec ce type d'opium du peuple, ça risque de ne pas être très joyce tous les jours.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.