Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 20:02

Il paraît que les éditeurs de tout poil exigent souvent que leurs auteurs changent le titres des textes qu'ils envisagent de publier. Un seul exemple? "Les enfants du veau d'or" n'est pas le titre d'origine de cet essai profond signé Jacques de Coulon - il avait opté pour quelque chose de beaucoup plus terre à terre. En revanche, il faut bien le dire, si "Ap. J.-C." de Vassilis Alexakis s'appelle ainsi, c'est la volonté de l'auteur, qui reculait devant l'idée de voir le nom du Christ en toutes lettres sur la couverture d'un de ses romans.

Sans doute serez-vous aussi face à un éditeur un jour, si cela ne vous est pas déjà arrivé. A vous, alors, de lui suggérer de jouer la carte de l'originalité. Une carte qui paie, depuis peu: à la fin mars, un prix du "titre le plus bizarre" a été décerné par The Bookseller pour la première fois en Angleterre, sur la base d'un vote en ligne. Le lauréat s'intitule: If You Want Closure In Your Relationship, Start With Your Legs (Si vous cherchez une solution à votre relation, commencez par les jambes). Paru chez Simon & Schuster, l'ouvrage est signé d'un mystérieux Big Boom.

Deux autres ouvrages ont été remarqués par le jury: "I Was Tortured By The Pigmy Love Queen" (j'ai été torturé par la reine de l'amour pygmée) et "Cheese Problems Solved" (La solution aux problèmes de fromage). Le premier texte est un petit roman de Jasper McCutcheon, publié chez Nazca Plains Corp. Le second est un ouvrage qui pourra paraître inutile aux Suisses et aux Français, puisqu'il vous dit tout sur le fromage (éditions CRC). J'ajoute qu'il n'a rien à voir avec une série de textes de management au titre tout aussi désopilant: "Qui a piqué mon fromage?". Ca existe, si, si.

Dans le domaine français, les candidats ne manquent pas. Le premier auquel je pense est naturellement "Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour?" de Georges Perec. Il y a aussi le savoureux "Cherche souris pour garder chat", d'Hélène Ray (qui irait bien avec l'histoire de fromage précitée). Sans oublier les splendides jeux de mots qui, souvent, constituent les titres de la série du Poulpe.

Alors, amis écrivains... osez le titre! Et si un titre vous a frappé, faites-en part ici...

Photo récupérée sur le site de BBC NEWS.
Voir la dépêche.

Détails sur Bookseller.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article

commentaires

Jenny la Martienne:0121: 13/04/2008 16:32

Un intermède entre ma plume et lecture de plumes.
Merci de votre visite sur mon "chou-être blog "
J'ai apprécié le vôtre au dessus des choux ordinaires qu'on croise sur over...
Un bon titre oui c'est un titre qui per- cu- te l'esprit et malheureusement plus nos temps courrent et plus c'est l'étiquette qui fait parfume le fromage.
M'enfin .... osons ou à defaut c-ausons !
A bientôt Jenny Mars-tyr

ps je me permets de vous rajouter dans mes C-D-C

Daniel Fattore 13/04/2008 18:16


Causons, en effet, ce sera avec plaisir! Je viens de glisser également votre blog dans ma propre liste de liens; merci de votre passage et de vos commentaires.
Quant aux étiquettes, il arrive qu'on se batte pour elles, jusque devant les tribunaux. J'écris justement un billet à ce sujet...


Jenny la Martienne:0121: 13/04/2008 16:32

Un intermède entre ma plume et lecture de plumes.
Merci de votre visite sur mon "chou-être blog "
J'ai apprécié le vôtre au dessus des choux ordinaires qu'on croise sur over...
Un bon titre oui c'est un titre qui per- cu- te l'esprit et malheureusement plus nos temps courrent et plus c'est l'étiquette qui fait parfume le fromage.
M'enfin .... osons ou à defaut c-ausons !
A bientôt Jenny Mars-tyr

ps je me permets de vous rajouter dans mes C-D-C

Blandine 06/04/2008 02:23

J'avais lu un article concernant ce prix très amusant, mais somme toute anecdotique. Dans le même temps, cela incite à réfléchir sur les critères qui déterminent les choix des lecteurs... il faut aussi tenir compte de la couverture, la collection, la 4e de couv... bref, l'habillage - et la plupart des lecteurs, heureusement, ne s'arrêtent pas au seul titre. Car je ne sais pas si j'aurais vraiment envie de me pencher sur "I Was Tortured By The Pigmy Love Queen" - la concision est parfois plus "payante" !

Daniel Fattore 06/04/2008 16:25


C'est assez anecdotique dans le genre, c'est vrai; d'autant plus que le prix est décerné sur la base du vote d'internautes. Le responsable du site avait du reste déclaré que ce système ouvrait la
porte à tout un tas de trucs scabreux.

Effectivement, au-delà du titre, il y a plein de choses qui déterminent l'achat, ou simplement l'intérêt du lecteur. La couverture? Elle peut être parlante; mais un livre de la collection Blanche
de Gallimard est finalement assez hermétique. La quatrième de couverture, en revanche, implique que le lecteur soit déjà un poil intéressé - suffisamment pour attraper le livre, le tourner, lire ce
qu'il y a derrière.

Je me souviens par ailleurs d'un truc encore plus dingue, qui avait été proposé sur le regretté site de "Je résiste à tout": désigner la couverture la plus moche du mois, sous le nom de
"kouvmosh". Sans doute vous en souvenez-vous...

... merci de votre passage!


titeplume 04/04/2008 22:37

OUPS MEA CULPA !! Je voulais dire Fattorius évidemment !! Je me plante de nom et toi tu dis rien !! terrible !! biz

Daniel Fattore 05/04/2008 13:06


No soucy! N'hésite pas à repasser de temps en temps... et merci de tes visites.


Pffftt... 04/04/2008 19:14

Le titre c'é ce ke l'on "imprime" direct dans nos synapses en découvrant la couv'. Bizarrement on prend souvent le riske de ne s'arrêter k'à ça pour faire un choix, il m'é arrivé de lire un boukin au titre totalement ringard mais au contenu finalement moderne et "efficacement" écrit...du coup pour ma future oeuvre j'hésite...entre "les chiens et les chats sont faits pour se bagarrer" ou "bof!"...je sais pas...sinan je peux tenter "surtout n'ouvrez pas ce roman, il est vraiment trop bon!!!" ouais c bien ça, c bon...

Daniel Fattore 04/04/2008 19:28


"Le roman que vous ne lirez jamais"?
"Attention, ce roman va vous tomber des mains"?
"Ce livre s'autodétruira dans dix secondes"?

Effectivement, le titre, c'est l'argument qui va marquer le lecteur, immédiatement; il joue un rôle déterminant dans le processus de choix, puis d'achat. Mais on a des surprises... et j'en ai eu,
comme vous. Dans un sens comme dans l'autre (titre crouille pour texte merveilleux, et vice versa).


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.