Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 21:27

Holparan Killer

Lu par Elijange, La Puce 801, Montse, Totalybrune.

Le site de la romancière.

 

On prend les mêmes et on recommence: pour "Killer nostrum", son deuxième roman, l'écrivaine Jennifer Holparan convoque à nouveau Darcy, la policière punk, et Tim, le prêtre qui roule en Lamborghini, pour une nouvelle affaire policière du côté de Boston.

 

L'écriture est intelligente, complexe même pour un polar: le lecteur va se retrouver confronté très vite à une belle bande de policiers aux caractères bien dessinés, et aussi à une série de flash-back. C'est qu'il sera question ici, entre autres, de la jeunesse chargée de Darcy. Et de Tim, par incidence. Un petit effort sera donc nécessaire pour entrer dans "Killer nostrum".

 

Cela dit, on retrouve dans "Killer nostrum" ce qui a fait l'excellence de "Cadaver sancti": des personnages bien dessinés et lâchés dans des situations improbables, des titres de chapitre accrocheurs, des dialogues qui claquent, un rythme trépidant et un humour un brin ravageur. Cela, autour d'une église catholique aux multiples tourments.

 

Sur ce coup-ci, le point de départ paraît convenu, pour ne pas dire cliché: il sera question d'un prêtre pédophile. Mais c'est mal connaître l'auteur que de se dire qu'elle va bêtement lâcher les chiens sur ce personnage: Jennifer Holparan développe une intrigue captivante où celui qu'on croit coupable n'est pas vraiment coupable, et s'il l'est, ce n'est pas de ce que l'on croit... Vous me suivez, là? Retenons donc que "Killer nostrum" fait tomber les masques les uns après les autres.

 

Autre force de "Killer nostrum": ce deuxième roman explore le passé chargé de Darcy. Et la romancière confronte directement ce personnage à lui-même, ce qui lui permet de le pousser dans ses derniers retranchements. Du point de vue du réalisme, on pourrait se demander si Darcy n'aurait pas pu se récuser sur cette enquête, qui la porte à rechercher la vérité sur son propre père. D'un autre côté, c'est pour cela qu'elle est dans la police... et il lui est impossible de reculer face à une telle mission. En face, Tim a aussi un peu de mal à s'intégrer à sa nouvelle paroisse.

 

Obligeant le diable et le bon Dieu à collaborer, "Killer nostrum" ne manque pas de situations rocambolesques, et c'est ce qui fait le charme de ce livre. En particulier, le lecteur adorera la description de la prise d'otages, moment fort de ce polar: des enfants rassemblés dans un bus scolaire sont séquestrés par le chauffeur. Comment la police va-t-elle s'en sortir? Je vous laisse voir...

 

Tout démarre dans un cimetière, avec une bande de pré-retraités bizarres et pas innocents, découvrant de drôles de choses derrière une tombe. A partir de ce point de départ, la romancière réussit à développer une intrigue prenante, le plus souvent bien rythmée, agrémentée d'un soupçon d'humour et d'un sens certain de la formule et de l'intrigue.

 

Jennifer Holparan, Killer nostrum, Paris, Nouvelles plumes, 2015.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Paill.Mic. 05/11/2016 18:42

Personnellement, je trouve que le 1er Livre de Jennifer Holparan est plus abouti que Killer Nostrum. Dans cette suite que je trouve courte, j'ai le sentiment que l'Auteure a été peu inspirée.

DF 07/11/2016 10:29

Merci pour votre message!
Effectivement, le point de départ m'a paru plus classique, avec une histoire de prêtres pédophiles, même si le ton reste vif.
A présent, du coup, je me réjouis de lire un autre roman d'elle!

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.