Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 19:33

Swann Amour

Lu par Alice, Anne Sophie, BDA, Jane Austen And Her World, Cloclo, Florence Chevalier, Lexie, Lily Martinez, Lune et plume, Miss Maureen, Sans grand intérêt, Thychat et Cloclochette, Tiphaine, Zakath Nath.

Le site de l'auteure.

Défi Premier roman.

 

C'est un roman qui oscille entre Jane Austen, "La Dame aux Camélias" et "Les Feux de l'amour"... et assume l'équilibre périlleux de cette triple filiation. Avec "Amour, orgueil et préjugés", Jess Swann a fait en 2013 son entrée dans le monde des lettres et de la romance, avec une adaptation moderne du célèbre "Orgueil et préjugés" de Jane Austen. Celle-ci pose avec acuité la question des forces et des limites d'une telle démarche.

 

Rappelons brièvement l'intrigue: il y a quatre filles à marier chez les Nothfield, domiciliés à Limerick en Ecosse, et justement, une entreprise s'installe près de chez elles. Du coup, les intrigues marchent à cent à l'heure en vue d'obtenir la meilleure union pour (presque) tout le monde, y compris les copines. C'est parfois un peu arrangé, certes, et le hasard joue son rôle...

 

La force de "Amour, orgueil et préjugés" est sans doute d'avoir mis en évidence, au gré de quatre unions, les différentes motivations qui peuvent conduire au mariage, en un dosage varié de raison et de passion. Cela dit, la romancière indique, au terme d'un crescendo des unions, que c'est bien l'amour passion qui est préférable: c'est celui-ci, au travers du personnage de Cassandra, qui est décrit avec le plus de détails - et le seul qui mérite, dans un roman presque sage par ailleurs, l'honneur d'une scène d'amour physique passionnée, explicite alors que les autres descriptions sont elliptiques, décrite d'une manière particulièrement réussie, et montrée comme une apothéose. Naturellement, c'est Cassandra, la narratrice, celle à laquelle le lecteur s'attache le plus, qui le vit! On est bien loin de l'union fort raisonnable entre l'obséquieux (et je pèse mes mots) Stanley et Emily, ou de l'union de Nikki avec l'interlope mais responsable Matthew, provoquée par une grossesse non souhaitée.

 

La romancière fait le grand écart entre le temps de Jane Austen et notre siècle. C'est patent dès le début, par le biais d'une écriture globalement très écrite, avec des dialogues très sages et soignés pour tous, qu'ils soient riches ou juste normaux. Le lecteur regrette ici un tel choix, fait au détriment du naturel et de la justesse de l'expression. Les rapports entre personnages, aussi, laissent l'impression curieuse de moeurs d'hier transposées avec une adaptation minimale à notre époque. Doralee, la mère de Cassandra, s'avère ainsi une manipulatrice, désireuse d'un beau mariage pour Cassandra, qu'on adorera certes détester. L'auteure justifie cela par l'obsession des feuilletons télévisés; est-ce suffisant? La télévision peut-elle tourner à ce point la tête à une personne? En face, cela dit, le père de Cassandra, professeur retraité, fait figure d'homme qui garde la tête sur les épaules, et c'est reposant, même si cette voix raisonnable peine à se faire entendre.

 

Les personnages de "Amour, orgueil et préjugés" manquent parfois de souffle ou de cohérence pour tenir sur un peu plus de 400 pages. Axés sur les questions amoureuses, ils en oublient parfois d'être eux-mêmes. On appréciera certes le caractère odieux et ombrageux de Damon Drayton, homme d'une richesse caricaturale (jet privé, club de golf, logis à Londres, etc.) mais l'auteure semble oublier que c'est aussi un manager soucieux de son entreprise: si elle suggère quelques pistes en début de roman, envisageant des difficultés pour l'entreprise dont il est responsable avec Matthew Lorley, elle ne les exploite pas plus loin. Matthew Lorley et Damon Drayton semblent des cadres dirigeants bien désoeuvrés et insouciants!

 

Dans la même idée, les décors restent bien à leur place de décors: les relations amoureuses étant au premier plan (encore et toujours!), le lecteur ne verra pas grand-chose de Limerick ou de Londres dans "Amour, orgueil et préjugés", et ne rêvera guère face au pittoresque de ces lieux, qu'il soit réel ou révélé par l'art de l'écrivain.

 

Alors certes, l'histoire fonctionne si l'on s'en tient aux sentiments amoureux. L'auteure en dégage les ressorts avec justesse, en mettant l'accent sur quelques rituels obligés comme la danse (salsa: il faut être de son temps) ou la conversation intellectuelle sur les classiques de la littérature - qui, soit dit en passant, aurait même mérité d'être plus pointue. Mais une telle démarche est-elle encore praticable après "Belle du Seigneur" d'Albert Cohen, qui a su démystifier un à un les passages obligés du roman sentimental? "Amour, orgueil et préjugés" joue à fond la cartes des sentiments, certes. Mais il met aussi en évidence, de manière parfois crue l'impossibilité, ou du moins la difficulté, de transposer certaines situations, à deux siècles de distance. Ce roman pose en somme la grave question: "Orgueil et préjugés" serait-il possible aujourd'hui, quasiment tel quel? Au lecteur de répondre...

 

Jess Swann, Amour, orgueil et préjugés, Semsales, Les Roses Bleues, 2013.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Tu poses de bonnes questions, mais je me demande aussi ce qu'il peut rester de Jane Austen dans un tel roman. Pour moi ce qui fait l'intérêt de ses romans, c'est son ironie, l'acuité de son regard porté sur le monde qui est le sien, la cruauté même qui est parfois la sienne pour décrire certains personnages. Alors la réduire à des histoires de mariage...
D
J'avoue avoir essayé de lire Jane Austen, sans succès... mais ce roman de Jess Swann ne m'a pas paru spécialement ironique - si l'on excepte certains personnages secondaires comme la mère, Doralee, qui est vraiment caricaturale. Mais dans "Amour, orgueil et préjugés", ce sont vraiment les intrigues amoureuses qui sont mises en avant. Ce qui laisse l'impression de regarder un feuilleton télévisé...
S
J'aime beaucoup ce roman. :)
Merci pour la découverte et cette belle chronique.
D
De mon côté, je suis un peu resté sur ma faim. Mais je sais que l'auteure a écrit d'autres ouvrages, non inspirés de Jane Austen, plus personnels et autonomes. Cela pourrait me donner envie à l'occasion!

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.