Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 20:13

Blondel NuitLu par Francis Richard, Itinéraires.

Défi Premier roman.

 

"Ce que révèle la nuit", c'est tout un programme. Comètes, étoiles, mais aussi tendresses échangées et temps des mystères vus au télescope. Sous ce titre, l'écrivaine et journaliste vaudoise Sylvie Blondel fait revivre la figure méconnue de Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux, astronome vaudois et européen du dix-huitième siècle, mort à l'âge du Christ après une vie illustre consacrée à l'étude des comètes.

 

L'auteure aurait pu se contenter d'offrir au lectorat une biographie de Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux. Elle va plus loin, en donnant résolument à son ouvrage la forme du roman. La vie de cet astronome est ainsi doublée par celle d'un bonhomme tout à fait actuel, Hector Lenoir, qui s'intéresse justement à l'astrologue d'antan. Est-ce un double masculin de l'écrivain? La question est posée. Mais "Ce que révèle la nuit" joue plutôt sur les parallélismes entre Hector Lenoir et Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux: vie sentimentale particulière (comme s'il en existait de banales, tiens! D'ailleurs, où est passée Justine, son amie?), obsession. Ainsi naissent des résonances! L'auteure s'offre le luxe d'organiser une mystérieuse rencontre entre Hector Lenoir et Jean-Philippe Loy¨s de Chesaux. Est-elle réelle ou rêvée? Pas de réponse...

 

Dès lors qu'il est sujet de comètes, il est évident de placer son roman sous le signe de la nuit. La romancière le fait, avec succès, explorant dans un esprit presque romantique ce que la nuit apporte, révèle même. Dans le canton de Vaud encore sous la tutelle bernoise, l'observation des astres se déroule de nuit, avec un télescope neuf que Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux a élaboré. Les amours et la découverte de leurs aspects les plus tendres sont également nocturnes, à plus d'un titre puisqu'elles ont un parfum de secret et d'interdit pour l'astronome. D'autres épisodes encore se déroulent sous les étoiles, une nuit qui enseigne, faisant de "Ce que révèle la nuit" une belle rhapsodie en bleu nuit.

 

L'auteure se concentre sur les derniers jours de vie, les dernières heures même de Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux. A partir de ce qu'on sait de l'astronome, elle reconstruit un personnage de roman disert, quitte à ce qu'il passe pour inutilement bavard lorsqu'il parle des remèdes de sa mère. On admettra toutefois que ses longues tirades, à ce sujet, constituent une vision de l'histoire d'une médecine en devenir. Autour de la figure de l'astronome, l'auteure construit un univers, dessine des personnages tels que Gaspard, devenu mercenaire. Tout cela existe-t-il? Le lecteur y croit, en tout cas.

 

"Ce que révèle la nuit" réussit le grand écart entre notre époque et le dix-huitième siècle, et s'offre le plaisir de quelques références musicales et littéraires, entre autres à Guillaume Apollinaire ou à Arthur Rimbaud. Un historien attentif pourra certes tiquer sur certaines approximations (par exemple l'idée de "romand" (p. 123, "plateau romand") n'existe pas encore en tant que telle au dix-huitième siècle). Le lecteur goûtera en revanche l'art de la recréation d'un personnage suisse un peu oublié mais qui, malgré son jeune âge, a su marquer l'histoire mondiale de l'astronomie et de la science, sans pour autant oublier qu'il y a un Dieu là-haut. On pourrait aller jusqu'à dire que la vie de Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux a eu la durée d'une de ces comètes qu'il aimait à observer.

 

Sylvie Blondel, Ce que révèle la nuit, Zurich, Pearlbooksedition, 2016, préface de Claire Réach.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.