Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 18:38

BabaAvec "Baba au rhum", publié dernièrement chez Cousu Mouche, l'écrivain romand Philippe Lamon promet une belle tranche de rigolade autour de la musique des années 1980, en mettant en scène un écrivain chargé par un éditeur de rédiger, en qualité de ghostwriter, la biographie de Veronica Lippi, célébrité à la suite d'un seul succès justement intitulé... "Baba au rhum".

 

Ce roman, le deuxième de l'écrivain, ancre une bonne partie de son humour dans les situations mises en scène et sur des personnages qui, pour certains d'entre eux ont quelque chose des caractéristiques improbables des figures d'un Carl Hiaasen. Belle construction, en particulier, que cette Veronica Lippi! L'auteur la présente comme une cougar lubrique et fantasque. Elle vit à Verbier avec son python royal, qu'elle aime par-dessus tout, et les cendres de sa mère, regroupées dans un pot de Nutella. Le ton est donné...

 

L'écrivain n'hésite pas à emprunter certains éléments à l'actualité pour les remettre dans des contextes tout différents, qui leur donnent une nouvelle résonance. De manière presque attendue, le python royal va faire un saut dans les égouts de Verbier avant de finir dans les toilettes de James Blunt. Plus surprenant, on devine derrière tel artiste mis en scène l'image du peintre jet-setteur Jérôme Rudin. De tels emprunts au réel sont nombreux, et chacun se délectera à les décrypter.

 

Naturellement, l'auteur s'amuse à parachuter des noms de stars d'hier et d'aujourd'hui, qui font contraste avec quelques anonymes. Cela suffit à donner de Verbier l'image d'une localité où les célébrités vivent. Plus important, l'auteur redonne vie aux vedettes des années 1980 et suivantes, suggérant que les stars, par exemple Johnny Hallyday, ont des faces cachées embarrassantes ou sulfureuses: pas de vedettes sans potins, si possible diffusés par une Veronica Lippi suspecte de mythomanie.

 

Le narrateur est donc un écrivain, Damien Dumas. Son nom de famille suggère immanquablement celui d'Alexandre Dumas, qui fit aussi écrire d'autres plumitifs à sa place. L'auteur a la sagesse de transcrire dans son roman les pages que Damien Dumas écrit sur Veronica Lippi, ce qui crée un contrepoint et une manière bien trouvée de revenir sur le passé de la chanteuse à succès. Habilement, l'auteur va jusqu'à montrer les progrès du rédacteur Damien Dumas et sa manière de se conformer progressivement aux attentes de son éditeur - encore un portrait de figure véreuse, aussi attachante qu'un anthropopithèque (1).

 

"Baba au rhum" est une friandise qui saura amuser les nostalgiques de la musique des années 1980 et les amateurs de vedettes sur le retour. L'auteur offre un ouvrage un peu barré, plein d'idées décalées voire délirantes propres à faire rire ou à rappeler quelques vieux souvenirs insolites.

 

Philippe Lamon, Baba au rhum, Genève, Cousu Mouche, 2016.

 

(1) Les lecteurs de "Baba au rhum" comprendront l'allusion! Et puisque j'ai pu caser ce mot, ai-je aussi droit à une bouteille de bordeaux?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean 30/05/2016 17:00

Anthropopithèque, un mot à placer dans une dictée!

Daniel Fattore 30/06/2016 22:39

Tout à fait! Dans le roman, cela fait aussi référence à un petit défi entre personnages, avec une bouteille de bordeaux à la clé.

Daniel Fattore 30/05/2016 17:56

En effet. Mais dans ce roman, c'est aussi un gag à répétition...

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.