Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 21:04

Dami BoulevardSept récits. Tous à la première personne du singulier. Et tous situés quelque part en Amérique, dans des lieux que l'auteur a visités. Champion suisse d'orthographe, lauréat de la Dictée des Amériques en 2004, Olivier Dami vient de publier son premier recueil de nouvelles, "Boulevard des Amériques", aux éditions "L'Harmattan". Et loin des clichés faciles, il offre un regard sur des gens ordinaires, saisis dans des lieux et situations volontiers inattendus, mais toujours pertinents lorsqu'il s'agit de dire le Nouveau Continent.

 

La voiture en panne, le désert, le motel: il y a bien quelques classiques dans "Le monstre de Gila", nouvelle qui ouvre le recueil. Le désert peut symboliser, aux yeux du lecteur, les grands espaces vierges - et, aux yeux du nouvel écrivain, l'immensité des territoires littéraires à conquérir, pour peu qu'il ménage sa monture... et ait un peu de chance. Et de la chance, les personnages principaux, un homme et une femme, en ont pas mal dans cette nouvelle heureuse de bout en bout, bien moins dangereuse que le "monstre de Gila" éponyme.

 

Les textes du recueil arborent toujours un certain sourire. Cela, même lorsqu'il est question de drames, à l'instar des catastrophes naturelles survenues en Haïti il y a quelques années. Sans pathos déplacé, sans dramatisation facile, l'auteur montre dans "Au lendemain d'Isaac" les ravages, esquisse l'histoire d'un pays qu'on croirait maudit. Et surtout, il montre les gens, tant les habitants que les coopérants des ONG sur place, tous désireux de reconstruire - à telle enseigne que même sur un fond dramatique, l'impression d'optimisme à tout crin domine.

 

De manière transversale, "Boulevard des Amériques" évoque aussi des thèmes qui, s'ils ne viennent pas forcément en premier à l'esprit lorsqu'on parle d'Amérique, lui sont quand même liés. On pense à la religion, qui joue un rôle central dans "Dans le nid du condor", où l'auteur s'essaie avec succès à la narration à deux points de vue. Les Amérindiens ont aussi leur place dans ce recueil, par exemple avec "Le passage intérieur", beau récit de vie d'un gars des rues de Vancouver qui trouve finalement sa voie au contact avec les arts et la nature. Et puis, la nature, dans toute sa diversité généreuse, s'invite dans le recueil; la richesse éclatante du vocabulaire de l'auteur, sa précision aussi, fait écho à son exubérance. Et en arrière-plan, pointe une inquiétude face aux menaces qui pèsent sur cette nature opulente, comme on le voit dans "Les sept soeurs".

 

Précise, l'écriture sait trouver les chemins de l'oralité si nécessaire, afin de recréer les voix de ses personnages, sans exagération toutefois: l'impression d'un grand soin demeure. Soin qui se met au service d'une grande netteté narrative. Le lecteur plonge avec bonheur dans les pages de "Boulevard des Amériques". Peut-être se dira-t-il que telle péripétie, plus universelle qu'une autre, aurait bien pu lui arriver sur le Vieux Continent. Mais il ressortira de sa lecture avec un certain sourire. Celui que l'auteur a su communiquer au fil des pages.

 

Olivier Dami, Boulevard des Amériques, Paris, L'Harmattan, 2016.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.