Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 06:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Anjelica, Ankya, Azilis, Bénédicte, Bookworm, Caro[line],Chrys, Emma, Fleur, George, Herisson08, Hilde, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, MyrtilleD, Séverine, Violette.

 

 

XXVII

 

Quelle épée me partage l'âme, m'ouvre au milieu du coeur ce gouffre d'être séparé de toi et que tu meures de deuil et que je meure?

 

Les roses ont la chair qui se décompose et l'eau pourrit dans les mares mais je crois que je connais la haine.

 

Les uhlans, les famines et le trépas foulent ce chemin où tu pleurs doucement notre jour dont déjà penchait la tête sur les collines à sépulcres.

 

N'étais-tu pas ma longue lumière d'été au soir de qui, accablé par l'amour, je sombrais dans un rêve obsédé d'astres?

 

Quand le frémissement de ton approche me réveillait avant le chant du coq, n'aurai-je donc descellé mes paupières que pour me rendormir sur ma naissance?

 

La destruction nous profane et son prince nous marche sur les yeux mais c'est en vain que ses démons me raclent la mémoire sous le crâne où ton nom ne cesse guère.

 

De quel puits sont sortis sur le monde tant de dieux souterrains avec leur face de houille et leurs tenailles sans empêcher tes os phosphorescents de traverser ma nuit?

 

Certes je me tais mais les phrases en débris murmurent à la cime des trembles ton âme qu'elles cachaient.

 

Jean Grosjean (1912-2006), La Gloire, Paris, Poésie/Gallimard, 1969.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Alba Kertz 15/12/2015 11:54

Que de détresse dans ce beau texte, j'allais dire sans issue, une véritable et cruelle description de désespoirs incessants... Il en est qui, bien que la vie avec ses joies, ses petits plaisirs et ses peines plus légères soient revenus peu à peu, restent chevillés en vous, investissant à jamais l'âme et le corps, jusqu'à la fin de cette infime portion de monde qui vous est allouée, qui s'appelle votre existence terrestre. C'est bouleversant d'émotion. Merci pour ces lignes ! Alba

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.