Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 05:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, Ankya, Azilis, Bénédicte, Bookworm, Cagire, Caro[line], Chrestomanci, Chrys, Edelwe, Emma, Esmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Herisson08, Hilde, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, MyrtilleD, Saphoo, Séverine, Tinusia, Violette, Yueyin

 

Images d'automne

 

Lorsque revient le doux automne,

Soulignant d'or les châtaigniers,

La brume s'installe et moutonne;

Lorsque revient le doux automne,

A la maison l'âtre chantonne...

Les foins embaument les greniers

Lorsque revient le doux automne,

Soulignant d'or les châtaigniers.

 

Le temps s'endort à la campagne,

L'oiseau déserte le jardin

Où l'ombre frileuse témoigne:

Le temps s'endort à la campagne;

Mais l'heure tiède l'accompagne

Et cueille un dernier grenadin!

Le temps s'endort à la campagne,

L'oiseau déserte le jardin.

 

Les bois sont de dentelle rousse

Et l'azur s'accroche aux roseaux

Qu'un vent malicieux retrousse.

Les bois sont de dentelle rousse,

Un pan de lumière éclabousse

Le soir où danse un vol d'oiseaux...

Les bois sont de dentelle rousse,

Et l'azur s'accroche aux roseaux.

 

Aline Morzier, dans Mélodies, Petit-Lancy, Cercle romand de poésie classique, 2002.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.