Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 22:12

hebergement imagesTout petit, tout court: voilà ce que l'on se dit lorsqu'on prend en main "Randonnée de nuit", le dernier recueil de nouvelles de l'écrivain et traducteur fribourgeois Patrick Chambettaz. Réparties sur 93 pages bien aérées, ses quatorze nouvelles, qui sont autant de miniatures, dévoilent un talent rare de l'auteur: celui d'installer un monde en trois ou quatre pages. Sans compter l'art de structurer un recueil avec adresse et d'y intégrer des nouvelles assez diverses.

 

Le lecteur appréciera avant tout, dès les premières lignes, la langue de l'auteur d'une fluidité admirable, héritée peut-être du métier de la traduction. Cela pourrait paraître froid ou empesé; mais, dépourvue de lyrisme inutile, sobre, la langue de l'auteur privilégie le passé (toutes les nouvelles de "Randonnée de nuit" sont rédigées au passé) et donne à goûter le subjonctif imparfait, comme une coquetterie, une friandise au goût oublié.

 

Cette option très classique, un peu à l'ancienne, donne aux trois premières nouvelles du recueil la nostalgie qui leur revient. Il y est question d'enfances d'autrefois, du temps où l'on pouvait offrir un abécédaire, où la maîtresse d'école était sévère mais savait reconnaître ses erreurs.

 

C'est là, justement, qu'apparaissent la force et la spécificité de "Randonnée de nuit": cette enviable talent de magnifier les situations les plus ordinaires, les plus quotidiennes, les plus banales en somme: un voyage en transports publics, une partie de pétanque, le bilan d'une vie en demi-teinte... L'intrigue des nouvelles du recueil repose le plus souvent sur peu de chose; mais sur ce peu de chose, l'auteur sait construire, avec une grande économie de moyens, une ambiance, des humeurs, voire suggérer une époque. Les nouvelles les plus brèves de ce recueil sont donc autant d'instantanés finement construits. Pas besoin de chute: tout est dans la peinture des impressions.

 

Auteur de plusieurs ouvrages avant celui-ci, l'auteur est également un créateur d'intrigues adroit, et tient à le rappeler au gré d'une poignée de nouvelles à l'action plus développée. "Les rêves de Talisha Walsh" est ainsi une nouvelle noire comme on les aime; l'auteur touche même au fantastique avec "Le quatrième nom", qui met en scène un homme doté d'un talent étrange.

 

Parfois, c'est vrai, le lecteur aurait aimé en savoir plus sur les personnages mis en scène, sur leurs relations: souvent, ils se résument à un prénom, à un ou deux traits de caractère. Cela suffit cependant à les faire fonctionner l'espace de quelques pages. "Randonnée de nuit" laisse le souvenir précieux d'un ouvrage maîtrisé, qui parvient à rassembler adroitement des nouvelles à la fois diverses dans l'esprit et proches dans le style. Elles s'inscrivent dans une évolution précise dessinée par un regroupement en cinq chapitres dont les titres commencent tous par É, de manière étonnante, et suggèrent des aspects évolutifs de la vie humaine: Éveils, Épopées, Émois, Étrangetés, Épilogues. "Randonnée nocturne" est donc un recueil bref, parfait pour découvrir un nouvel écrivain qui en vaut la peine!

 

Patrick Chambettaz, Randonnée de nuit, Paris, Mon Petit Editeur, 2014.

Pour en savoir plus sur Patrick Chambettaz et vous procurer "Randonnée nocturne", cliquez ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.