Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 20:17

hebergeur imageLe site de l'auteur.

 

Liane de Pougy fait partie de ces courtisanes dont le nom est resté dans les mémoires. Valérie Bonnier a décidé de lui consacrer un livre, "Confidences érotiques d'une courtisane", et même de lui donner la parole. Rédigé sous la forme d'une longue lettre, cet ouvrage pourrait passer pour une autobiographie fictive. L'auteure reconnaît cependant s'être librement inspirée de la vie de Liane de Pougy, recréant certains éléments afin de donner du piquant à son ouvrage.

 

L'époque n'est guère approfondie dans la narration; tout au plus saura-t-on qu'il y a eu deux guerres mondiales dans la vie de Liane de Pougy, et qu'elles servent d'arrière-plan à certains épisodes. Non - la narration progresse avant tout sur la base des relations humaines. Celles-ci sont dépeintes tantôt d'une manière générale, la narratrice (Liane de Pougy, donc), exposant sans complexe sa vision du monde et sa manière complexe, parfois misandre, de considérer les hommes. C'est que la narratrice est bisexuelle. Elle vit de manière très différente ses premières expériences sexuelles avec une femme (Soeur Evangeline) et avec un homme (son premier mari). Alors que ni l'une ni l'autre de ces expériences n'était souhaitée, désirée, espérée, seule la deuxième est explicitement désignée par le terme de "viol"...

 

Cela dit, les relations sexuelles sont toujours une occasion d'apprendre - et très vite, le lecteur découvre que Liane de Pougy installe son métier de courtisane dans une dynamique de domination: c'est toujours elle qui perçoit l'étincelle fugace de désir chez l'autre... et l'exploite - quitte à donner une version très concrète, parfois, de l'expression populaire et figurée "tenir quelqu'un par les couilles". Côté bourse d'ailleurs, sans jeu de mots, ses amants devenus fous d'elle enrichissent Liane de Pougy. Dès lors, par moments, il est permis de penser à "Nana" d'Emile Zola - une figure qui apparaît en filigrane dans "Confidences érotiques d'une courtisane".

 

Si elle transparaît, l'époque le fait là encore par le biais des personnages, réels ou imaginaires. Il y a un côté "presse people" avant l'heure à voir passer, dans les pages de "Confidences érotiques d'une courtisane", les politiciens et célébrités contemporaines de Liane de Pougy (1869-1950). On pense entre autres au fameux Félix Faure et à celle qui fut son amante, Marguerite Steinheil, stricte contemporaine de Liane de Pougy. Côté féminin, le lecteur verra passer aussi Sarah Bernhardt, ainsi que la belle Otéro ou Emilienne d'Alençon.

 

Enfin, il y a la vie des sens... l'auteure choisit de faire confiance à son imagination pour décrire ce qui se passe sous la couette ou dans le secret des alcôves. Le lecteur percevra une impression de grande diversité et d'inventivité à découvrir les situations mises en scène, en dépit d'une ou deux répétitions et de ficelles convenues, telles que les pratiques sexuelles dépravées d'un clergé catholique supposé être en manque - la question religieuse, abordée de manière volontiers critique, constitue d'ailleurs un fil rouge de "Confidences érotiques d'une courtisane". Cela dit, l'auteure choisit la voie de la description explicite mais délicate, qui émoustille le lecteur en douceur. Cette voie s'intègre d'ailleurs au style général de ce roman en forme de lettre, plutôt soigné voire précieux.

 

Quant au choix d'un roman en forme de lettre, justement, celui-ci est pleinement assumé par l'auteur, qui y a trouvé le meilleur moyen de donner la parole à son personnage. Du coup, le lecteur a l'impression d'avoir face à lui une personnalité, dans toutes ses dimensions, à cent lieues d'une figurine de papier. Il y a même un gros gros zeste de rouerie dans certaines tournures adressées au destinataire, un médecin fictif. Le lecteur, quant à lui (ou elle), éprouvera sur-le-champ les traits de caractère d'une personnalité affirmée, assoiffée d'une liberté que l'époque n'est pas forcément prompte à lui céder.

 

Valérie Bonnier, Confidences érotiques d'une courtisane, Chaintreaux, France-Empire, 2014.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valerian 18/09/2014 19:43

"Servir de paradis aux autres est un enfer", dira Liane de Pougy.
Le livre de Valérie Bonnier n'est nullement une autobiographie de Liane de Pougy.
L'auteur s'inspire librement, c'est-à-dire qu'elle invente à sa guise l'histoire de Liane de Pougy.
Elle lui prête même un dialogue qu'elle n'a jamais eut, elle ne la cite pas mot pour mot.
Car la vie de Liane de Pougy n'était une partie de jambes en l'air joyeuse, sa vie est celle d'une jeune prostituée née dans la misère, qui deviendra certes prostituée de luxe, mais qui témoignera que c'était l'enfer : "Une courtisane ne doit jamais pleurer, jamais souffrir. Elle doit étouffer toute forme de sentimentalité et jouer une comédie héroïque et continue."
Pour comprendre cette capacité à jouer ou à être d'une telle froideur, il faut comprendre la victime de viol qu'à été Liane de Pougy.
C'est en comprenant la tragédie de son existence que l'on comprend davantage cette femme qui aurait mérité d'être libre.
Personne n'est libre dans un bordel !

DF 18/09/2014 21:26

"Le livre de Valérie Bonnier n'est nullement une autobiographie de Liane de Pougy."

Ai-je laissé entendre cela?

Pierre François 29/05/2014 10:05

Je termine ce roman, que j'ai lu avec grand plaisir, savourant l'inventivité (et souvent la démesure) des nombreuses situations érotiques qu'a vécu, et pratiqué l'héroïne. Le style est beau, parfois lyrique, mais ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est l'humour sous-jacent qui parcourt ce livre, une manière de mordre la vie à pleines dents, une liberté de ton et de propos, et parfois, comme vous le dites, un gros zeste de rouerie.

DF 29/05/2014 21:14

... un mélange réussi, en effet! Merci de votre visite en ces parages!

Liliba 28/05/2014 23:31

Eh bien eh bien, on s'encanaille ? ;-)
Mais comme ma chère Irrégulière, ça pourrait me plaire aussi !

DF 29/05/2014 21:13

Je le pense aussi, en effet! De l'histoire et de la sensualité, c'est un fort beau mélange, bien réalisé.

Et - eh oui, je m'encanaille... ;-)

VALÉRIE BONNIER 24/05/2014 10:49

Merci pour cette très pertinente chronique de mon roman. Amicalement. Valérie

DF 26/05/2014 08:42

Je vous en prie! Merci pour l'envoi et - encore une fois - pour les heures de lecture. Amitiés à vous!

L'Irrégulière 24/05/2014 09:01

Je pense que ça pourrait me plaire !

DF 26/05/2014 08:42

C'est un chouette roman, en effet - je t'invite à y goûter! Bonne lecture!

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.