Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 19:24

hebergeur image"Aout, ile, flute: corriger ces orthographes est interdit", titrait sans ambages aucunes le journal gratuit "20 minutes", dans son édition d'hier. Un article que les aficionados de l'orthographe ne manqueront pas de lire en entier... avant de prendre position! Il y est fait référence de la "nouvelle orthographe recommandée" (et non "rectifiée", comme le suggère l'article, signé Jérôme Faas), lancée en 1990 et morte de sa belle mort peu après - quitte à s'offrir le luxe d'une résurrection.

 

Rien de nouveau sous le soleil

Loin des débats passionnés qui ont suivi, relevons d'abord que cet article n'a rien d'une information - en fa,t on n'est pas loin du marronnier. En effet, il y a pas mal de temps qu'on dit aux élèves des écoles que certaines orthographes qui nous paraîtraient étonnantes sont en fait parfaitement admises, en raison de cette "nouvelle orthographe recommandée". Certains ont même utilisé celle-ci comme prétexte pour écrire n'importe comment...

 

Sont concernés, selon l'article, les accents circonflexes sur les i et les u, appelés à disparaître. C'est un peu l'arbre qui cache la forêt - ou le chapeau pointu qui cache tout un corpus de retouches. On rappellera en effet que la fameuse "réforme" s'est aussi attaquée aux règles régissant le pluriel des noms composés (oui, on peut écrire "un sèche-cheveu" et "des gratte-ciels"!), allant jusqu'à en fusionner quelques-uns: ainsi est-il possible d'écrire "platebande" ou "plate-bande", voire "plateforme" (comme Michel Houellebecq) ou "plate-forme". A cette aune, il est même permis d'écrire "douçâtre" au lieu de "douceâtre"... et "nénufar" au lieu de "nénuphar". Et j'en passe...

 

L'article relève toutefois, et c'est à son honneur, que cette "nouvelle" orthographe est méconnue: "Elle est tolérée, peu enseignée. Les parents n'en savent rien." Allons plus loin: elle est si méconnue, et si surprenante parfois, que les personnes chargées de lire une lettre de candidature d'un futur apprenti considéreront sans aucun doute comme une erreur rédhibitoire des graphies non traditionnelles, "ultramodernes" pour reprendre le mot de Pierre Mayoraz, coorganisateur du championnat suisse d'orthographe. Même les professionnels de l'écrit, tels les traducteurs francophones, ne sont pas toujours totalement au fait de cette évolution.

 

Résistance ou militantisme?

Force est de constater que longtemps, la résistance rabique fut la règle. Elle se justifiait à plus d'un titre: que penser d'une réforme imposée d'en haut, présentée pour ainsi dire comme le fruit de savants cogitant dans leur tour d'ivoire? Seul l'usage sanctionne l'évolution de la langue! Celle-ci ne se décrète pas! Et puis, si l'on s'est fait suer à apprendre le français, la jeunesse n'a qu'à faire pareil!

 

Face à cette approche conservatrice, se trouvent les progressistes, qui jouent la carte du militantisme, allant jusqu'à déclarer que ces évolutions sont parfaitement entrées dans l'usage. Les championnats d'orthographe recèlent quelques provocateurs, champions de ces orthographes. C'est risqué: qui dit que les correcteurs les accepteront? Dès lors, mieux vaut, comme je l'ai déjà fait à plus d'une reprise, poser la question avant l'épreuve... La position la plus extrême qu'il m'ait été donné de voir est celle des éditions Quadrature, dont les livres sont systématiquement corrigés en fonction de cette "nouvelle orthographe recommandée". Je ne peux que saluer ici l'attention quasi sans faille des correcteurs!

 

Une approche pragmatique

Le journaliste Jérôme Faas propose cependant un sous-article qui suggère que les habitudes sont finalement tenaces... Cela dit, la position strictement conservatrice s'affaiblit depuis quelques années: les dictionnaires usuels, Robert d'abord, Larousse ensuite, ont choisi d'ouvrir leurs pages aux orthographes recommandées. Robert les place sur un pied d'égalité avec les orthographes usuelles, Larousse les marque d'un signe spécifique. Pour les candidats, c'est une facilité; pour les auteurs de dictée, c'est gênant parce qu'ils perdent quelques sources de pièges. Ainsi la dictée de Darius Rochebin, donnée sur le stand de L'Hebdo au Salon du Livre 2014, comprenait-elle quelques pièges qui n'en étaient pas.

 

Face à une évolution qui a quand même près d'un quart de siècle, quelle position adopter, alors? Perso, quand je vois "vingt-et-un" ou "flute", je me demande si mon vis-à-vis sait écrire juste ou s'il fait usage des latitudes de la "nouvelle orthographe recommandée". D'autres seront moins réfléchis et disqualifieront sans autre forme de procès celui qui néglige les accents circonflexes ou abuse des traits d'union.

 

Je recommande dès lors de faire preuve de pragmatisme, en gardant à l'esprit que l'orthographe traditionnelle reste l'usage communément reconnu, fondé sur une logique comprise et admise par toutes celles et tous ceux qui sont allés à l'école et ont eu de bons professeurs. Par conséquent, il convient aujourd'hui de la préférer. Cela dit, j'avoue qu'en cas de doute, quelques accents circonflexes judicieusement oubliés ou omis m'ont déjà permis de gagner une ou deux précieuses places dans des classements de dictées...

 

Source de l'illustration - revue par mes soins.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Langue française Orthographe
commenter cet article

commentaires

Liliba 28/05/2014 23:34

Je ne prétends pas maîtriser parfaitement l'orthographe et le jonglage avec les accents, loin de là, mais je suis un peu -beaucoup- réfractaire à cette "nouvelle orthographe". Modifier qqchose parce que l'usage la fait se transformer, ok, mais la modifier en se basant sur une faute que font les gens, eh bien, ça me fait hérisser le poil...

DF 29/05/2014 21:20

A titre personnel, je ne suis pas non plus très copain avec la "nouvelle orthographe", et rédige toujours avec une orthographe traditionnelle. Mais je suis obligé d'en reconnaître l'existence, par exemple lorsque je rédige des dictées: les dictionnaires l'ont intégrée, et certains pièges autrefois aisés (par exemple sur les accents circonflexes) n'ont plus lieu d'être.

Après, faute ou pas, c'est aussi question de perception et d'usage - le coup des circonflexes choque aujourd'hui; mais on s'offusquera sans doute moins de voir "plate-bande" ou "entre-temps" écrits en un seul mot.

J'ajoute que je suis certain qu'il y a, dans le vaste monde de la francophonie (plus de 220 millions de locuteurs), des recoins plus enclins que d'autres à appliquer les réformes, voire à exercer un certain militantisme, pas sain à mon avis, en leur faveur.

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.