Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 21:19

hebergeur imageJ'ai eu le bonheur de rencontrer Paul Fournel l'automne dernier, à l'occasion de la Fête du Livre de Saint-Etienne. Récipiendaire 2013 du prix Fauriel, il y faisait figure d'hôte d'honneur. Nous avons eu l'occasion de discuter en ces jours de fête: écriture de dictées, cours d'écriture créative à Sciences Po, Oulipo peut-être... Dès lors, ma lecture de son recueil "Humeurs badines", paru chez Dialogues (merci pour l'envoi!) a eu le goût agréable des retrouvailles.

 

Ce ne sont pas moins de quinze nouvelles à caractère érotique que l'auteur a réunies ici. Le lecteur coutumier de tels ouvrages sera frappé par le grand naturel qui se dégage du ton de la narration. A chaque fois, l'on est mis en présence de gens parfaitement normaux, ayant le plus souvent des obsessions et des penchants ordinaires, à l'instar du goût irrésistible d'un certain Profane Lulu pour tel bourrelet féminin: "Pour une demi-seconde encore, sa sexualité tout entière est sous l'effroyable menace d'une liposuccion.", conclut la première nouvelle du recueil, "Les mots magiques".

 

Profane Lulu, ai-je dit... c'est l'un des personnages récurrents de ce recueil, esthète styliste qui aime les femmes - tout cela s'expose de manière extensive dans "Essayage". Mais n'importe quel scrabbleur ou amateur d'anagrammes devinera Paul Fournel derrière ce nom. Le jeu d'anagrammes ouvre les portes des potentialités de la littérature, d'une manière tout oulipienne. L'auteur s'amuse avec cela dans "L'amour la poésie l'amour", qui relate les vicissitudes d'un poète soudain sec face à sa bien-aimée. Et s'il offre au lecteur un poème en anagrammes sur "Adèle Beck", il lui laisse le soin de rédiger à son tour un texte qui n'utiliserait que les lettres qui composent le nom de... Profane Lulu. Amusez-vous, amis des mots!

 

Les ambiances sont donc familières, habituelles, jamais controuvées. Reste qu'on peut y voir quelques images transparentes, parfois rouées. "Monte encore" est par exemple la mise en scène très concrète d'une certaine montée du désir, jusqu'à un sommet vu comme dûment mérité. Cette nouvelle fait écho à une autre suggérant l'ascension, "Te porter": "Le soir venu, je n'ai de cesse de t'élever, de réclamer ma part interminable de ton paysage immense.", y lit-on - ou, de manière plus directe, "Grimpe-moi." Mais qui grimpe ici? N'oublions pas que c'est en définitive l'auteur qui tire les ficelles - et qu'il est cycliste à ses heures, peut-être même familier de la danseuse...

 

L'auteur dépeint avec tendresse les rituels amoureux ("Cinéroman") qui forgent la complicité et lassent parfois - suggérant qu'une lecture est une histoire d'amour entre un livre et un lecteur et non entre deux lecteurs, quitte à suggérer que tout lecteur, toute lectrice trompe sa bien-aimée, son bien-aimé en épousant la respiration du texte d'un écrivain ou, bien sûr, d'une écrivaine. Infidélité également dans "Les cinq sens", qui déconstruit avec un sens méthodique du détail les traces d'une coucherie, à travers le regard d'une femme jalouse au flair de Sherlock Holmes. Cela rappelle une réalité bien présente ici: en matière d'érotisme, tous les sens sont convoqués - et tous ont un rôle dans "Humeurs badines".

 

Enfin, le recueil s'achève sur un bouquet de "brèves de sexe" qui sont autant d'embryons de nouvelles - ultime forme de littérature potentielle? C'est en tout cas à chaque fois "l'histoire de quelqu'un qui", résumée en quelques lignes. A moins que ce ne soit, tout simplement, une manière de faire travailler l'imagination du lecteur? De la part de l'actuel président de l'Ouvroir de littérature potentielle, ce serait la meilleure manière d'inciter à réaliser, dans l'esprit du lecteur sans lequel le meilleur des livres n'est rien, les potentialités que recèle la littérature.

 

Paul Fournel, Humeurs badines, Brest, Dialogues, 2013.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Liliba 26/01/2014 15:26

Mais enfin ? moi qui pensais que tu étais un garçon sérieux avec des lectures sérieuses ???
:)

DF 26/01/2014 16:00

Ah, mais il n'y a rien de plus sérieux que les lectures apparemment légères! ;-) Je ne peux que te recommander ce petit recueil, et plus généralement les ouvrages de cet auteur - qui sont fort divers, et volontiers malicieux, sous une allure parfois sérieuse - Oulipo oblige!

L'Irrégulière 15/01/2014 17:41

Il est en attente chez moi...

DF 17/01/2014 20:50

... affaire à suivre donc! Je me réjouis de connaître ton avis.

Fournel Paul 15/01/2014 12:24

Mille mercis! C'est vraiment très gentil à vous (et très finement lu!). Au plaisir.

DF 17/01/2014 20:49

Je vous en prie, ce fut avec plaisir! Je vous remercie pour les instants de lecture!

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.