Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 18:02

hebergeur imageLu par A l'ombre du cerisier.

 

Né en 1948, l'écrivain algérien Abdelkader Djemaï a déjà un grand nombre d'ouvrages à son actif. Depuis "La dernière nuit de l'Emir", il en a encore publié d'autres; c'est cependant de celui-ci, paru en 2012 au Seuil et lu entre deux fêtes de fin d'année, que j'entends vous parler un peu.

 

Ce court roman s'ouvre sur le moment où l'émir Abd el-Kader quitte le port de Djemâa-Ghazaouët à bord du navire "Le Solon" avec une nonantaine des siens, après une dernière défaite face à l'armée française. Dès lors, c'est progressivement tout un contexte historique qui se développe sous la plume de l'auteur.

 

Celle-ci s'avère d'une grande sobriété. Le récit est épuré, va à l'essentiel, se concentre sur le concret, évite la facilité des dialogues et des grands effets. Les chapitres restent courts, ce qui soutient le rythme de lecture. Au-delà de l'épisode de l'embarquement qui ouvre le récit, ce dernier retrace pourtant, progressivement, tout un contexte historique: quinze ans de guerre entre la France et l'Algérie au dix-neuvième siècle. Documenté, "La dernière nuit de l'Emir" a des allures de quintessence.

 

Et plus généralement, c'est toute la vie de l'émir qui est dépeinte. Cela, dans un souci d'hommage respectueux: Abd el-Kader est représenté comme un homme de grande culture, humaniste ouvert sur le monde. Face à cela, presque sans insister, l'auteur parvient à montrer, par moments, le rôle pas toujours brillant, parfois barbare même, de la France: représentations de l'émir en barbare sanguinaire par les artistes peintres (cas d'Horace Vernet et de sa "Bataille de la Smala"), mensonges, etc.

 

Le récit est enrichi de documents (courrier du Maréchal Bugeaud, par exemple) et de citations d'Abd el-Kader qui donnent un contrepoint bienvenu à un récit des plus épurés. De l'affaire de l'éventail du Bey d'Alger jusqu'à la fin de l'Empire et au-delà, l'auteur algérien offre ainsi à ses lecteurs un voyage historique qui, s'il est bref et concis, s'avère vaste quand même.

 

Abdelkader Djemaï, La dernière nuit de l'Emir, Paris, Seuil, 2012.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.