Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 06:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, Ankya, Azilis, Bénédicte, Bookworm, Cagire, Caro[line], Chrestomanci, Chrys, Edelwe, Emma, Esmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Hambre, Herisson08, Hilde, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, MyrtilleD, Saphoo, Schlabaya, Séverine, Sophie57, Tinusia, Violette, Yueyin, Zik

 

Libera me domine de morte aeterna

 

Depuis toujours, poudre d'étoiles,

l'homme a laissé des traces de sa venue

terrestre. Dès l'aube, il choisissait

le silex et posait des couleurs dans les grottes,

sur les arbres des signes.

Superbe, obstinément, il gravait

son visage météore sur tous les murs

du monde.

 

Visage exsangue, rongé par la lèpre

et le temps. Le nez s'effrite,

la bouche s'effondre peu à peu.

Jamais l'homme n'arrachera la mort

de sa chair: ils sont liés

comme le cavalier à sa monture

dans la même chevauchée.

 

Hanté par Dieu, il a délivré de la pierre

et délivré du bois des êtres

plus vrais qu'en vérité de chair.

Et sous ses doigts sculptée,

la matière respirait.

 

La matière n'a pas le souffle

en elle, elle n'est qu'une image

du vivant.

 

Mais regarde comme il scintille,

l'homme, comme il luit, plus beau

que tout ce qui l'entoure dans la création.

 

Narcisse, souviens-toi, tu t'es noyé

jadis en t'adorant toi-même.

 

Regarde les cathédrales, les villes

du monde: leurs pierres chantent

l'éternité, défient le ciel.

 

Gratte-ciel gratte le ciel

tu t'y brûleras les ailes!

Tour de Babel, tour de Babel

y perdras ton missel!

 

Assez! Fini ce persiflage!

L'homme a inventé l'écriture:

La plume trempée dans la lumière

crève la mort comme une peau

de tambour.

Ecrire: porter à mains nues

le feu superbe. Capturer l'univers.

Rompre l'escalier immatériel du temps

qui tourbillonne. Guetter les mots

venus boire à la page, insectes légers

pris au filet, les coucher sur chiffon

ou soie de Chine...

 

... piège de soie, mâchoires de papier!

Le livre est une trappe...

 

... il est matrice de vie.

 

... où les mots figés dans leur élan

agonisent.

Je veux la parole libre

entre les bras du vent, libre de danser,

audacieuse sur les lèvres.

 

A peine tombée des lèvres,

elle retourne au silence,

aux sables, à l'oubli.

Moi je ne laisserai pas devenir

proie du néant les prophéties,

les combats de la nuit,

ni piétiner l'herbe douce des yeux,

ni s'éteindre la voix de mes pères.

"Et des anges de Dieu montaient

et descendaient le long de l'échelle."

Je porterai la voix jusqu'aux entrailles

du livre, et la parole vivra.

Si je les dis avec de l'encre,

figer peut-être les émois, changer

en signes immobiles des cris vivants:

"Qu'il me baise des baisers de sa bouche!"

 

Mais de la plume, creuser des puits

d'or à l'horizon, retenir l'instant,

le crépuscule qui déjà se signe,

jouer l'amour - fumée rime

avec étreinte, la soif avec les nuées -

composer l'inachevé,

jusqu'à ce que naisse

le livre.

Un fragment du divin entre les doigts,

palpe le manuscrit, ouvre-le, communie!

Le parfum de l'encens est demeuré intact,

la lumière crispée des ors étincelle.

De la page neuve jaillit rituelle

la mémoire, l'empreinte de la voix,

les prières retrouvent leurs ailes.

Ouvre le livre: le monde, l'âme

fluide des vivants restituent leur volubile

splendeur.

 

Laurence Verrey (1953- ), Vox aeterna, Le Mont-sur-Lausanne, Editions Ouverture, 1993.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.