Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 19:14

hebergeur imageClaudette Oriol-Boyer et Tiina l'ont aussi lu.

Lu dans le cadre du défi Premier roman.

Le site du livre et de l'auteur.

Le site de l'éditeur.

 

Un regard rare sur un métier méconnu: tel est le projet littéraire qui sous-tend "Entre deux voix", premier roman de Jenny Sigot Müller. Elle-même interprète de conférence, elle propose avec cet ouvrage une tranche de vécu qui sonne vrai. Il s'agit aussi d'un véritable roman, plutôt que d'un journal, comme le suggère le sous-titre: "journal d'une jeune interprète de conférence".

 

Ce roman s'ouvre, comme de juste, sur la première prestation d'interprète de la narratrice, Sonia Clancy. L'auteur montre que tout se met en place en coulisses, comme si le roman se préparait pour accueillir son lectorat. Comme un premier chapitre a aussi une fonction d'exposition, l'auteur a pris soin de placer également l'antagoniste de sa narratrice, c'est-à-dire, au sens le plus strict, la méchante de l'histoire, à côté d'elle dans une cabine d'interprétation. Celle-ci est sans doute le seul personnage de premier plan à ne pas être nommé, comme si la narratrice souhaitait oublier ce mauvais souvenir qui va la poursuivre tout au long des deux cents pages de ce petit livre.

 

Les dessous du métier de l'interprétation sont présentés sans pesanteur, sans jamais verser dans le didactisme ennuyeux. On découvre donc les petites manies des interprètes (de quel côté interpréter? eau plate ou eau gazeuse? comment vivre une interprétation sur un sujet qui ne vous plaît pas?). L'auteure présente aussi les voyages à l'étranger (Bruxelles, Hanovre), suggérant l'émerveillement, mais aussi la lassitude qu'ils peuvent engendrer - surtout quand on n'en connaît que les grands hôtels et les salles de congrès. Très logiquement, l'auteur ne s'appesantit jamais sur des détails touristiques, son propos étant de témoigner d'un métier.

 

Il y a d'ailleurs aussi une certaine vision de la profession d'interprète qui transparaît au fil des pages, faite de sérieux (lorsqu'on a accepté une mission, on ne se désiste pas pour une mission plus intéressante), de goût du choix du mot juste et de la bonne intonation qui souligne le sens et, globalement, d'un intérêt marqué pour une activité dont le produit est en général fugace. Citant un professeur de la narratrice, une phrase donne une idée de ce que peut être l'interprétation: "Ne perdez jamais confiance. Persévérez. Persévérez encore et toujours. Vous ne serez jamais les spécialistes qui vous écoutent, mais vous maîtrisez les langues et façonnez les discours comme les artisans travaillent l'or. Soyez conscients de votre privilège. Le reste n'est que travail, alors travaillez autant que vous le pouvez."

 

Enfin, il y a l'entourage: la sollicitude des collègues masculins et de certains congressistes qu'on finit par connaître personnellement, la complicité avec les interprètes femmes, mais aussi les inimitiés. L'antagoniste déjà mentionnée sert de fil rouge peu aimable, puisqu'elle suggère qu'il peut aussi y avoir du mobbing dans un métier où la concurrence entre collègues est rude et où le manque de sérieux est immédiatement sanctionné par la disqualification.

 

Quelques mots sur l'écriture, enfin. Fluide et directe, elle ne réserve guère de surprises, et l'action respecte la chronologie. Pour cela sans doute, ce livre se lit avec une grande facilité, ce qui fait que le lecteur ne fera qu'une bouchée de ses deux cents pages. Cela, d'autant plus qu'il y a une volonté marquée de rester accessible. On le conseillera à toute personne intéressée par ce métier, que ce soit par curiosité ou par vocation. "Entre deux voix" en étant à sa deuxième édition, d'ailleurs, il semble qu'il ait d'ores et déjà trouvé son public.

 

Jenny Sigot Müller, Entre deux voix, Sainte-Croix, Mon Village, 2012.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lux1 23/10/2014 14:04

Merci pour cette belle découverte !

DF 24/10/2014 22:57

Avec plaisir!

dasola 22/10/2013 17:47

Bonsoir, voilà une profession fascinante qui demande une grande concentration. J'aurais aimé exercé cette profession qui est je pense une passion. On n'est pas interprète par hasard. Mais je suis assez nulle en langues étrangères. En tout cas, je note ce roman. Bonne soirée.

DF 22/10/2013 22:39

Il vaut la peine d'être découvert, en effet: il met en scène une profession méconnue. Et qui plus est, le regard proposé est celui d'une débutante qui en veut. Bonne soirée à toi, Dasola!

Anne 13/10/2013 21:16

Plutôt un récit qu'un roman, non ?

DF 13/10/2013 21:21

Bonjour Anne! "Entre deux voix" est bel et bien un roman - présenté comme tel, même s'il tient aussi du témoignage.

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.